Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy parle de cinéma (9ème extrait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy parle de cinéma (9ème extrait) Mar 6 Juil 2010 - 19:04

En février 2005, Françoise Hardy était interviewée pour Studio Magazine.

Studio : "Vos films préférés, vous les partagez ?"
Françoise Hardy : "Oui. J'ai ordonné récemment à mon fils Thomas de regarder La chatte sur un toit brûlant de Richard Brooks, et Mulholland Drive, dont je lui avais fait une copie. Il a tardé un peu, et quand il l'a vu, il est devenu fou et m'a appelée pour me dire qu'il ne comprenait pas tout. Mais j'avais enregistré à la suite, l'émission de Canal+ où Lynch et d'autres donnaient des clés. Moi, c'est Etienne Daho, lequel était très «twinpeaksé», qui m'avait initiée à Lynch et à la musique d'Angelo Badalamenti. J'avais d'ailleurs contacté ce dernier pour mon disque, mais il est booké sur des années... Un film que Jacques m'a fait découvrir et qu'il adore, c'est Paysage dans le brouillard de Théo Angelopoulos. Une pure merveille esthétique. Je le mets sur le même plan que Maurice, et plus haut, Retour à Howards End, et encore plus haut, Les vestiges du jour de James Ivory."

Françoise Hardy : "Et puis, je ne dois pas oublier Les prédateurs de Tony Scott. Deneu­ve y est magique. C'est un film fort sur le vieillissement. Il y a une scène où Bowie prend de l'âge très rapidement. C'est extra­ordinaire, parce que c'est ce qui se passe dans la vie; le vieillissement arrive de plus en plus vite... Quand il demande un dernier baiser à Deneuve, et qu'elle ne peut pas... Quelle scène !
J'avais lu sur François Mitter­rand qu'il savait capter une partie de l'énergie de la personne qui était en face de lui. Moi-même, quand je reste longtemps isolée pour mon travail, je dépéris; et puis, dès que je me retrouve entourée, je ressens comme un courant d'énergie qui circule et me requinque... Les prédateurs, qui symbolise la vampirisation, eh, bien, je peux vous dire que dans la vie, ça existe aussi."
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy parle de cinéma (9ème extrait) Mer 7 Juil 2010 - 15:39

Ca commence fort. Razz "J'ai ordonné récemment à mon fils...." Shocked Je ne savais pas Françoise si autoritaire. interloqué

Ceci dit les films qui sont évoqués sont plutôt réussis même si pour la plupart ils ne traitent que de sujets sentimentaux. king En même temps on ne peut pas vraiment s'attendre à autre chose de la part de Françoise. Razz

La chatte sur un toit brûlant et Les prédateurs sont deux films que j'aie beaucoup appréciés même si le premier a peut-être un peu mal vieilli. Il faut dire que les acteurs sont particulièrement convainquants et beaux : Elizabeth Taylor, Paul Newman, Catherine Deneuve, David Bowie (avant sa phase "vieillesse excessive bien sûr"). clap

Je me souviens que dans Les prédateurs Deneuve avait promis la jeunesse éternelle à Bowie mais en fait c'était "juste" la vie éternelle puisque la vieillesse était inéluctable à un moment donné. C'était assez énigmatique comme film d'ailleurs. On ne savait pas exactement quoi penser de la fin. scratch
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy parle de cinéma (9ème extrait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: