Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy dans le Berliner Morgenpost (3ème extrait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy dans le Berliner Morgenpost (3ème extrait) Sam 15 Oct 2011 - 9:48

A l'occasion de la sortie de Tant de belles choses en Allemagne, le Berliner Morgenpost du 25 février 2005 consacrait un article à Françoise Hardy.

[Tant de belles choses] est un album de chansons nouvelles, imprégné de la tristesse pour laquelle la diva n'a pas d'autre explication que : "Ca a toujours été ma marque de fabrique". Dans la chanson-titre, elle explique à une jeune fille suicidaire, qu'il y a quand même beaucoup de belles choses pour lesquelles vivre vaut la peine - mais elle l'exprime d'une voix qui vous invite à se suicider. Elle rit quand elle se souvient de l'enregistrement : "En chantant, j'ai essayé de ne pas penser au texte. "

Françoise Hardy a rayonné plus que tout autre artiste de la chanson, à l'exception de Serge Gainsbourg, au-delà des frontières nationales et artistiques étroites du genre : dans les années soixante, Bob Dylan et Mick Jagger étaient amoureux d'elle, et dans les années quatre-vingt-dix, elle a fait des duos avec Damon Albarn et Iggy Pop. Son album "Le Danger" de 1996 était du rock pur. Le monde de la chanson est devenu légèrement stérile mais maintenant il semble reprendre vie grâce à de jeunes artistes. L'un des plus remarqués parmi les auteurs de la jeune génération a écrit une chanson pour Françoise Hardy.

Texte d'origine :
Es ist ein echtes Chansonalbum, durchweht von jener Traurigkeit, für die die Diva keine andere Erklärung hat als: "Das war eben immer mein Markenzeichen." In dem Titellied erklärt sie einem jungen lebensmüden Mädchen, wie viele schöne Dinge es doch gebe, für die zu leben sich lohne - doch sie trägt es mit einer Stimme vor, die zum Selbstmord auffordert. Sie lacht, als sie sich an die Aufnahme erinnert: "Ich habe versucht, beim Singen nicht an den Text zu denken.
Françoise Hardy hat mehr als jeder andere Chanson-Künstler mit Ausnahme von Serge Gainsbourg über die engen nationalen und künstlerischen Grenzen dieses Genres hinaus gestrahlt: In den Sechzigern waren Bob Dylan und Mick Jagger in sie verliebt, und in den Neunzigern nahm sie Duette mit Damon Albarn und Iggy Pop auf. Ihr Album "Le Danger " von 1996 war reiner Rock. Doch nun ist die etwas steril gewordene Chansonszene von jüngeren Künstlern wieder belebt worden. Einer der profiliertesten unter den Nachwuchsautoren schrieb jetzt auch für Françoise Hardy ein Lied."

Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy dans le Berliner Morgenpost (3ème extrait) Lun 17 Oct 2011 - 13:34

J'ai jamais entendu l'histoire de la "jeune fille suicidaire". pale Ca doit être réservé aux lecteurs allemands. respect

L'auteur remarqué c'est Biolay ? girl
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy dans le Berliner Morgenpost (3ème extrait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: