Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie) Sam 17 Mar 2012 - 8:56

En 1988, Jean-Eric Perrin rencontrait Françoise Hardy à l'occasion de la sortie de l'album Décalages. Sa chronique est parue légèrement remaniée à l'intérieur du livre "J'ai encore esquinté mon vernis en jouant un ré sur ma Gibson" en mai 2009.

Françoise Hardy, la femme, ne faisait rien pour satisfaire les fantasmes de star quelle avait fait naître, en grande partie au moment de l’album du même nom, en 1977. L’année du punk, elle chantait du Jonasz et du Sheller. Et on ne lui en voulait pas. L’année d’après, en 78, elle écoutait de la musique saoule, et pour parfaire notre état d'ébriété, publiait Gin Tonic en 80, avec sa pochette sexy où la liane qui fit tomber raide d’amour Dylan, les Stones et une bonne partie de la planète mâle dans les sixties, se recroquevillait dans un frigo, à côté d’une paire d’escarpins à talons aiguilles, parfaite allégorie de ces eighties commençantes, qui seraient plastiques et publicitaires. D’ailleurs c'était la boite de Thierry Ardisson qui avait signé cette image. Elle enchaînera avec A Suivre, un disque avec Louis Chédid, puis le prémonitoire Quelqu’un qui s'en va, en 1982, avant ces six années d’absence choisie.

Françoise Hardy - Billie Holiday
Un vrai cauchemar de fan que ces absences, et puis ce côté popote, ses impossibles casquettes Groovies qu’elle s'obstinait à porter à la télévision, sa dévorante passion pour une science aussi peu rock'n roll que l'astrologie, son perpétuel dénigrement d'elle-même, de la chanson, ce dilettantisme forcené... On voulait quelle soit à la face du monde la plus grande, et elle ne faisait rien que se tromper ! Sans parler de ses positions politiques, quelle prenait le risque d’afficher à l’inverse de celles qui sont courantes dans la profession.
C’est vrai quoi, on la voulait triomphante, impériale, à défaut d’être beautiful loseuse. Billie Holiday, au moins, avait de vrais défauts qui la rendaient inoubliable : négresse, pute, junkie, perdante et tellement divine quand, un camélia derrière l’oreille, elle ouvrait la bouche comme le chemin du purgatoire...
La voix de Françoise Hardy procure le même sentiment d'attachement que celle, pourtant opposée, de Billie Holiday : on s'interroge souvent sur le sexe des anges, mais on sait qu'ils ne peuvent avoir qu'une voix : la sienne. C'est une responsabilité qu'elle a toujours refusée, ne voulant être qu'une femme ordinaire, et comble du vice, y réussissant.
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie) Lun 19 Mar 2012 - 9:51

Mettre sur le même plan Françoise Hardy et Billie Holiday, fallait oser. ange vert

On devine facilement la grande admiration de l'auteur de l'article pour Françoise. C'est très beau cette phrase : "On s'interroge souvent sur le sexe des anges, mais on sait qu'ils ne peuvent avoir qu'une voix : la sienne".... rose
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie) Lun 19 Mar 2012 - 18:23

Cet homme possède un vrai talent pour écrire et c'est un régal de le lire . Je ne sais pas s'il est aussi investi envers d'autres artistes, mais on a l'impression "d'y être" et de partager quelque chose. Tout comme Alexandre j'ai particulièrement apprécié la phrase qu'il cite. Elle vient quelque peu contre balancer "C’est vrai quoi, on la voulait triomphante, impériale, à défaut d’être beautiful loseuse" . Une façon de signifier que son talent efface tout le reste
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie) Jeu 22 Mar 2012 - 10:14

Françoise Hardy a beaucoup de caractère et a préféré vivre sa vie personnelle de femme plutôt que de jouer la carte de la star. Rolling Eyes
C'est dommage pour nous mais sûrement une bonne solution pour son équilibre à elle. rose
Pour un fan c'est toujours plutôt frustrant même si au final Françoise distille une œuvre discrète et rigoureuse qui s'imprègne dans l'histoire de la chanson plus sûrement qu'avec des chansons plus commerciales mais moins intéressantes. bises
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy par Jean-Eric Perrin (3ème partie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: