Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy et Thomas Dutronc dans Mères et fils (9ème extrait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy et Thomas Dutronc dans Mères et fils (9ème extrait) Sam 23 Juin 2012 - 8:45

En 2008, Françoise Hardy et Thomas Dutronc discutent ensemble à l'instigation des sœurs Massenet qui retranscrivent la rencontre dans un chapitre de leur livre "Mères et fils".

Thomas : En Corse aussi, j'étais tout le temps avec vous. D'ailleurs, encore maintenant, j'y vais tout le temps. J'ai une maison dans un village pas très loin de la maison familiale. C'est pratique. C'est la maison de ma copine, un endroit que j'aime beaucoup. La Corse, c'est devenu quelque chose de très important. J'ai un peu mes racines là-bas..

Françoise : Oui, j'ai eu ma maison en 1966.

Thomas : Même si on n'allait pas à la mer ensemble, j'allais me balader dans les collines à côté. Du coup, j'aime beaucoup me retrouver dans la nature, comme ça...

Françoise : Ah oui ! ton papa n'est jamais allé à la plage, en tout cas à partir du moment où il a été connu. Moi, j'y allais tous les jours à midi.

Thomas : Mes parents n'avaient pas vraiment d’activités en Corse. Ils n'allaient pas se balader, ni à la mer ni à la montagne. Ils ne disaient jamais : "Tiens, on va faire un pique-nique." Rien. Maman lisait des bouquins, enfermée dans sa chambre toute la journée, et mon père...

Thomas Dutronc et Françoise Hardy
Françoise : Oui, mais je m'occupais de tout le reste, les courses, la vaisselle, les repas...

Thomas : Et mon père faisait venir tous ses copains à la maison. Donc moi, j'étais leur barman. Je servais les pastis à midi à tous les copains de mon père et je demandais des petits pourboires. Je faisais ça pendant une heure ou deux. Et le soir, j'insistais pour que les gens prennent des cocktails, parce que c'est un peu ennuyeux le pastis ou le whisky alors que je voulais faire des curaçaos bleus... Je faisais ça tout le temps parce que, effectivement, toi, tu restais à lire.

Françoise : Je lisais au moment de la sieste qui était le seul moment où je pouvais me reposer un petit peu.

Thomas : On ne sortait jamais de la maison pour aller au resto par exemple.

Françoise : Mais c'est ton père qui ne voulait jamais sortir !

Thomas : Ah, il y avait la pétanque ! Ça, c'était sympa. On s'amusait bien,. Il y avait mes grands-parents : on jouait aux cartes avec eux. Je faisais venir les copains aussi. Il y avait des amis que je faisais venir en vacances à partir de huit, neuf ans. Mais on était un peu enfermés. On se baladait moins que d'autres enfants qui pouvaient aller à la mer ou à la montagne.
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy et Thomas Dutronc dans Mères et fils (9ème extrait) Sam 23 Juin 2012 - 12:50

On sent un sentiment ambivalent de Thomas pour ses séjours d'enfance en Corse avec toutefois la gratitude d'avoir pu découvrir ses beaux paysages et de continuer à s'en rassasier pleinement aujourd'hui. coeur

A lire et relire les inactivités récurrentes du couple Hardy-Dutronc en Corse, on peut s'interroger. Auraient-ils vu la différence s'ils avaient été parqués dans un autre endroit isolé en Chine, en Italie, au Pérou ou même au coeur de la Creuse ? ange vert
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy et Thomas Dutronc dans Mères et fils (9ème extrait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: