Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy et l'Olympia (2ème extrait)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy et l'Olympia (2ème extrait) Mar 26 Fév 2013 - 19:54

En janvier 1964, Françoise Hardy faisait la couverture du magazine Musica à l'occasion de son récent passage à l'Olympia. Raymond Mouly lui consacrait un article laudateur.

Elle était pour les plus de trente ans une sorte de néo-Gréco qui aurait chanté juste du premier coup. Les teenagers, eux, étaient plus réservés. "Elle n'est ni rock, ni twist, elle croule", disaient-ils. Pourtant, quand les magazines hebdomadaires à l'usage des adultes eurent épuisé le pittoresque du sujet Hardy, souligné que son art tendait à redonner à la chanson française sa dignité perdue, insisté sur le fait qu'aux futurs récitals de cette chanteuses on n’aurait jamais à déplorer le moindre bris de fauteuil, ils revinrent à leurs familles princières favorites et oublièrent Françoise pendant un an. Cette durée de temps suffit aux jeunes pour acheter deux millions et demi des disques de Françoise Hardy. Ils l’avaient reconnue pour une des leurs, et finalement ne la trouvaient pas aussi "réactionnaire" qu'ils l’avaient supposé de prime abord.

Françoise Hardy - Olympia

Et elle, pendant des mois, miraculeuse de séduction non apprise, riche à millions d'inexpérience scénique, irrésistiblement attirante à force de gestes malhabiles, promena sa désinvolte silhouette longiligne sur les places des provinces. Chaque soir de cette longue tournée, cinq ou six cents fans nouveaux la trouvaient belle, l'écoutaient avec un recueillement inhabituel, sentaient la parfaite harmonie entre la personnalité de cette jeune fille à la fois romantique et sauvage et toute une part secrète d'eux-mêmes. Ils disaient : "On croit à ce qu'elle chante." Cela signifiait : elle met en chansons une démarche de la pensée qui est aussi la nôtre, elle exprime sans apprêt ni convention les purs sentiments que nous éprouvons sans même les formuler. Bref, ils l'acceptaient parce qu'elle venait à eux par la seule voie sur quoi se fonde la vraie popularité : celle du cœur.
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy et l'Olympia (2ème extrait) Ven 1 Mar 2013 - 11:26

C'est étrange d'avoir comparé Françoise Hardy à Gréco à ses débuts. Si elles pouvaient avoir certaines similitudes vestimentaires (robe noire) leurs styles n'avaient quand même pas grand chose à voir. Shocked
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy et l'Olympia (2ème extrait)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: