Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Mai 2013 - La repubblica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8307
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Mai 2013 - La repubblica Jeu 9 Mai 2013 - 14:28

Pour la sortie du livre en Italie ("L'amore folle"), la repubblica a interviewé Françoise Hardy.

Au milieu du ressassement des anecdotes mille fois rebattues, quelques informations nouvelles émergent. clown

L'amour fou sortira en mai en Italie. Le roman évoque sous les traits de monsieur X, les trois hommes de sa vie. "Certaines des situations n'ont pas été tout à fait vécues comme elles sont racontées mais en revanche les sentiments de la protagoniste sont authentiques."

"J'ai appris que la chose que nous ne pouvons pas supporter, c'est le manque de réciprocité : celui qui vous fait vous sentir inadéquate, mais vous fait exiger l'exclusivité."

"Comme j'ai adoré la musique italienne. Et deux garçons en particulier : Adriano Celentano et Gianni Morandi. Nous avons fait un Cantagiro ensemble. Adriano passait dans les rues remplies de gens et pouvait obtenir un silence religieux. J'écoutais "Se non avessi più te" de Gianni très fort, il avait un charme fou. "

" Je devais faire une version audio du livre (l'amour fou), mais j'ai refusé parce que j'aurais dû le relire."

Pour plus de détail (et aussi plus d'exactitude rose ), lire l'article en italien : http://d.repubblica.it/dmemory/2013/05/04/attualita/intervista/096mad83996.html
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Jeu 9 Mai 2013 - 18:27

" Je devais faire une version audio du livre (l'amour fou), mais j'ai refusé parce que j'aurais dû le relire." [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]. Toujours aussi spontanée ! Au delà de se (re)pencher sur son texte au risque de cultiver sa mélancolie, elle a dû amplement se relire au moment de son écriture. En tous cas ils avaient prévu large côté marketing [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] ! Cela aurait été sympa de l'entendre lire son œuvre et lui aurait sans doute donné une autre dimension, ce qui l'a peut être fait reculer pour éviter de revivre de trop près les évènements qu'elle narre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Ven 10 Mai 2013 - 11:02

Du Françoise pur jus. clown C'est tout de même dommage qu'elle ait refusé car ce projet avait énormément de sens. En lisant elle-même ses aventures de "fiction", elle aurait probablement insuffler un peu de vie dans ce roman si désincarné. Rolling Eyes

Ce qui est amusant, c'est que les Italiens affirment que X est la synthèse de trois hommes que Françoise aurait aimés. Jusqu'à présent, Françoise n'avait jamais été aussi précise; C'est étonnant qu'elle se soit laissée aller à cette confidence supplémentaire. bises

Sinon, l'article est repris par le site littéraire ilmiolibro.it ( http://ilmiolibro.kataweb.it/booknews_dettaglio_news.asp?tipoord=news&id_contenuto=3739636 ) qui nous présente la couverture du livre. clap

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le sens du marketing a poussé les Italiens à privilégier une photo des années 60, à l'époque ou Françoise était au faîte de la notoriété en Italie. Ca me semble d'ailleurs une bonne idée dans la mesure où cette "fiction" est tout de même largement autobiographique et où la passion est souvent plutôt associée à tort ou à raison à l'époque de la jeunesse. clown

Je trouve quand même un peu curieux que ce roman ait été traduit en italien alors que ça n'a pas été le cas pour le désespoir des singes... Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8307
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Ven 10 Mai 2013 - 17:01

La photo choisie pour la version italienne peut laisser à penser que Françoise raconte en détail ses amours des années 60. C'est un peu racoleur et probablement plus vendeur mais les lecteurs non avertis pourraient être un peu surpris de leur achat. Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 581
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: Mai 2013 - La Repubblica Dim 1 Sep 2013 - 2:59

A la sortie de la traduction italienne de "L'amour fou» en mai 2013, un interview de 4 pages avec FH a été publié dans un numéro de mai de "D", un supplément hebdomadaire de "La Repubblica".
   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Attualità
Intervista
Il ritorno di Françoise Gli amori folli di Madame Hardy
Un romanzo confessione dolce e sofferto. I segreti di Françoise un'introversa diventata icona
di Giovanni N. Ciullo
Vieni, seguimi in casa". Leggera, persino fragile, Françoise Hardy ci dà le spalle per farci strada verso il suo appartamento parigino, a pochi passi dal Bois de Boulogne. È una posizione privilegiata per osservarla senza discrezione. Jeans stretti e giacca nera, scarpe basse e bianchissime, come i capelli, andamento lento e corpo androgino:è bella, è ancora molto bella l'ex ragazza yè-yè arrivata alla vigilia dei settant'anni. "Merci d'être là", grazie di essere qui, dice con una voce in cui cerchiamo di ritrovare traccia dei sussurri ante-litteram (e ante-Carla Bruni) di un'icona degli anni 60 che ha avuto un percorso fra i più originali nella storia della musica francese: esordio fulminante (nel 1962) e rapido ritiro dalle scene (dal 1968 l'addio ai concerti dal vivo), corteggiamenti celebri (Mick Jagger la definì "la donna ideale", Bob Dylan le dedicò un poema, David Bowie la inseguì per una vita, Jacques Prévert fece in tempo a scrivere per lei), un matrimonio (con il cantautore Jacques Dutronc) e un figlio (Thomas) che adora. E milioni di copie vendute, con oltre trenta dischi, in una carriera durata di fatto mezzo secolo. Per questo anniversario, Madame Hardy ha aperto il cassetto in cui, da venticinque anni, conservava il diario personale. Una racconto autobiografico delle sue relazioni sentimentali, una tela di Penelope "le cui parole ho continuato a cucire e scucire negli anni, in maniera maniacale, mescolando le storie importanti della mia vita. Non avrei mai pensato di farlo, ma i 50 anni di carriera meritavano una novità. E così, ecco questa recita romanzata degli amori che mi hanno resa folle. Perché tutto ciò che richiede un'attrazione totale, che pretende un desiderio violento, può solo farti impazzire". È L'Amour fou (L'amore folle in italiano, in arrivo a fine maggio per la fiorentina Edizioni Clichy), che racconta, attraverso un Monsieur X, i suoi tre uomini, "diversi, ma simili. Ognuno di loro si può riconoscere, ma in parte. Perché sono sempre stata ispirata dallo stesso tipo e ho avuto con tutti la medesima attitudine". Alcune delle situazioni che racconta non le ha vissute proprio così, ma i sentimenti della protagonista, quelli sì sono autentici. "C'è l'incontro di due solitudini e tanta sofferenza. C'è una donna che fa di tutto per far paura al suo compagno. Da farlo fuggire. Perché, amando, ho imparato che la cosa che non riusciamo a sopportare è la mancanza di reciprocità: quella che ti porta a sentirti inadeguata, ma a pretendere l'esclusività. A me è successo con quelli che mi hanno idolatrata per il ruolo pubblico: a un certo punto ho avuto voglia di vederli sparire, addirittura di ucciderli. In privato, è successo il contrario: la masochista sono stata io. Così ho cercato solo sadici. O li ho costretti a diventarlo. È un classico: ho armato con un bastone la mano che mi avrebbe poi bastonata". Françoise Hardy è seduta, le gambe allungate sul suo divano di pelle nera, in una sala piena di finestre, di mobili laccati di rosso, con un mappamondo al centro, "La verità è che sono una solitaria, una marziana. Da sempre. Ingenua come poche, non avevo alcuna coscienza di me". Anche il successo è arrivato per caso. Una chitarra in regalo per il diploma, le radio, le prime canzoni. Fino a quell'intermezzo musicale, durante la diretta di un'elezione politica, in cui la Francia intera impazzì per la ragazzina che cantava (sussurrando) Tous le garçons et le filles. Due milioni di copie vendute in pochi mesi, e contratti, concerti, tournée. "Pensare che la mia prima casa discografica l'aveva scartata. Fu una delle rare volte in cui imposi la mia volontà". Di quegli anni è la relazione con il fotografo Jean-Marie Périer. "Io sempre in giro, lui anche, furono quattro anni di vero inferno. Quando finì, giurai a me stessa che non avrei mai più accettato quel tipo di vita. Conobbi Jacques Dutronc e la nostra casa discografica ci spedì in Corsica, nel 1968, per registrare un disco. Vivevamo in un'isolamento totale, non venimmo nemmeno a sapere delle manifestazioni di piazza, di Parigi che bruciava. Tornando in città, qualche tempo dopo, scoprimmo che era stato ucciso Bob Kennedy. Non volevo più ripartire in tournée: e approfittai di quella lunga pausa per abbandonare le scene". Sorride, Madame Hardy, ricordando quegli anni. Ed è qui che ci racconta divertita di altri uomini: le star che hanno incrociato la sua vita, senza incrociarne davvero il destino. "Quando conobbi Mick Jagger rimasi fulminata: aveva un carisma incredibile. Un giorno, mentre giravo per Londra, da sola come sempre, me lo ritrovai davanti: mi fece un sorriso che avrebbe sciolto chiunque. Io, timida, ricambiai e tirai dritto. Tempo dopo lessi un'intervista a un magazine in cui sosteneva che fossi la sua "femme idèale". Incassai i complimenti e basta. Lui usciva con Christine (Chrissie) Shrimpton, davvero bruttina, poi si mise con Marianne Faithfull. Ero troppo normale per lui". E Bob Dylan? "La sua musica mi commuoveva. Scrisse un poema per me (For Françoise Hardy at the Seine's Edge..., ndr) e una sera mi invitò nella sua camera d'albergo per farmi sentire in anteprima due inediti. Magro, scheletrico, aveva le unghie lunghe e le dita gialle, mi fece quasi paura". La sua non-storia con David Bowie è questa. "Sapevo che aveva tutto quello che cercavo in un uomo. Andavo a sentirlo dal vivo ogni volta che potevo, ma evitavo di incontrarlo vis-à-vis. Poi, quattro anni fa, un suo invito: "Sono a Parigi per due concerti, scegli una data". Arrivo e me lo ritrovo all'ingresso. "Era ora", mi dice con un filo di quella voce che da quarant'anni adoravo, "scusa ma l'aria condizionata in camera stanotte era troppo alta"". Infine, gli italiani. "Come mi piaceva la vostra musica. E due ragazzi su tutti: Adriano Celentano e Gianni Morandi. Abbiamo fatto un Cantagiro insieme. Adriano arrivava nelle piazze stracolme di gente e riusciva a creare un religioso silenzio. Di Gianni ascoltavo a tutto volume Se non avessi più te, aveva una carica pazzesca". L'energia è quella che a lei, invece, è sempre mancata. "Ed è la ragione della mia fragilità", confessa oggi Françoise. "Se sono quella che sono, è per il tipo di infanzia che ho avuto. I miei non erano sposati, mia sorella e io siamo cresciute con una madre severa: lavorava tanto e viveva per noi. Mio padre non c'era mai, ma volle iscrivermi a una scuola cattolica di cui poi non pagava le rate. Mi vergognavo di questa non-famiglia". Ammette che forse anche per questo lei è stata una mamma chioccia. "E ansiosa. Per fortuna Thomas era un bambino determinato, a cui non potevi imporre tante regole. Quando cercavo di convincerlo a fare una cosa, a prendere una medicina senza protestare, mi diceva: "Vabbè, mamma, sono solo un bambino". Oggi anche lui è un musicista di successo. E come Jacques Ducronc, suo padre, compagno di Hardy, vive più spesso in Corsica che a Parigi. "Io invece preferisco stare in città, sull'isola ci torno d'estate". Da sempre appassionata di astrologia, ha lavorato in questo campo. "La gente pensa agli indovini e ai ciarlatani. Ma io non faccio oroscopi, solo previsioni: mi sento più come un meteorologo con le stelle". È un libro aperto Françoise, come il suo, che non riesce a leggere da quando è stato stampato. "Dovevo farne un audiobook, ma mi sono rifiutata perché avrei dovuto rileggerlo". è soprattutto il cassetto da cui ha tirato fuori il manoscritto, a darle da pensare. "Da lì viene un vuoto che mi crea un'inquietudine leggera. Voglio programmare qualcosa di nuovo, subito. La vita è un soffio".

In libreria Un romanzo-confessione, una storia d'amore intensa, sofferta, fra passioni e gelosie, erotismo e assenze. "Nel suo L'amore folle Françoise Hardy racconta senza difese la generosità in amore. Ci è sembrato un buon motivo per scegliere di pubblicare il suo dolce, straziante romanzo. Perché fare come lei, abbassare lo scudo per offrire la faccia al vento, è il solo modo di capirlo fino in fondo, questo mondo", dice Tommaso Gurrieri, direttore editoriale delle Edizioni Clichy, che nella collana Gare du Nord porta dal 22 maggio il romanzo in libreria in Italia (176 pag., 15 euro). In anteprima sarà presente al Salone del Libro di Torino (16-20/5). Info: edizioniclichy.it.


Dernière édition par sundridge18 le Dim 1 Sep 2013 - 3:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 581
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Dim 1 Sep 2013 - 3:09

 Malheureusement, je ne parle pas italien mais voici la traduction de Google  (C'est probablement un peu bizarre).

Le retour de Wild Grass Madame Françoise Hardy
Un roman confession douce et souffert. Les secrets d'un introverti devenir une icône Françoise

Venez , suivez-moi à la maison. "Light , même fragile , Françoise Hardy nous donne de faire notre chemin de retour à son appartement à Paris, à quelques pas du Bois de Boulogne. D ' une position privilégiée pour observer sans discrétion. Tight jeans et veste noire, chaussures et très blanc, comme les cheveux, la lenteur et le corps androgyne :? . est belle , est encore très belle ye -ye ex-petite amie est venu à la veille de soixante-dix ans » merci d'être là" , je vous remercie d'être ici dit-il avec une voix dans laquelle nous essayons de trouver des traces de souffle avant l'heure (et pré- Carla Bruni ) d'une icône des années 60 qui ont eu un parcours des plus originaux de l'histoire de la musique française : débuts fulminante ( en 1962 ) et le retrait rapide de la scène ( depuis 1968 adieu aux concerts ) , flirts célèbre ( Mick Jagger a appelé « la femme idéale », il a dédié un poème Bob Dylan, David Bowie l'a poursuivie pendant toute une vie , Jacques Prévert fait en de temps à écrire pour elle) , un mariage ( avec le chanteur Jacques Dutronc ) et un fils (Thomas) qui vénère . et des millions d' exemplaires vendus, avec plus de trente disques , dans une carrière qui a duré un demi-siècle , en fait . pour cet anniversaire , madame Hardy a ouvert le tiroir où vingt-cinq années, a gardé le journal. un récit autobiographique de ses relations amoureuses , une toile de Pénélope " dont les paroles , j'ai continué à coudre et à débourser au fil des ans , dans un maniaque, agitant les histoires importantes de ma vie. Je n'ai jamais pensé à cela , mais la carrière de 50 ans méritais une nouveauté. Et oui, voici romancée ce jeu de l'amour qui me rendait fou . Parce que tout ce qui nécessite attraction totale, qui revendique un désir violent, il ne peut que vous rendre fou . "C'est L'Amour fou ( fou d'amour en italien , en arrivant à la fin du mois de mai pour les éditions florentins Clichy ) , qui raconte par un monsieur X , ses trois hommes », différente, mais similaire. Chacun d'eux peut être reconnu, mais en partie. Parce que j'ai toujours été inspiré par le même type et de tout ce que j'ai eu avec la même attitude. " Certaines des situations qui dit qu'il n'a pas vécu comme ça, mais les sentiments de la protagoniste, oui ceux sont authentiques . " Il ya une réunion de deux la solitude et la souffrance. Il ya une femme qui fait tout pour effrayer son compagnon. De lui, fuir. Pourquoi , aimer, j'ai appris que la chose que nous ne pouvons pas supporter , c'est le manque de réciprocité : celui qui vous fait vous sentir inadéquate, mais d'exiger l'exclusivité. Il m'est arrivé avec ceux que j'ai idolâtré pour le rôle public : à un moment que je voulais les voir disparaître , même pour les tuer. En privé , c'est le contraire qui s'est passé: le masochiste n'était pas moi. Alors, j'ai essayé quelques sadiques . Ou ai-je eu à le devenir. C'est un classique : Je armé d'un bâton ma main que je puis faire sauter " Françoise Hardy est assis , les jambes allongées sur son canapé en cuir noir dans une salle pleine de fenêtres , meubles laqués en rouge, avec un globe. centre : «La vérité est que je suis un solitaire, un Martien . Toujours . Naive comme quelques-uns , je n'avais aucun sens de moi-même. "Même le succès est venu par hasard. Une guitare comme un cadeau pour l'obtention du diplôme , la radio, les premières chansons. Jusqu'à ce que la musique de bits de données lors de la diffusion en direct d'une politique d' élection , dans lequel l' ensemble de la France est devenue folle pour la jeune fille qui chantait ( chuchotant ) Tous les garçons et le filles . Deux millions d'exemplaires vendus en quelques mois , et les contrats , concerts, visites guidées. " Quand je pense que mon premier label avait rejeté . C'était l'une des rares fois où fiscales ma volonté. " Ces années est la relation avec le photographe Jean -Marie Périer . « Je suis toujours là , lui aussi , était de quatre années d'enfer . Quand ce fut fini , je me suis juré que je n'aurais jamais accepter ce genre de vie . J'ai rencontré Jacques Dutronc et notre maison de disques nous a envoyé en Corse, en 1968 , d'enregistrer un disque. Nous vivions dans un'isolamento total, nous étions savons même pas des manifestations , l'incendie de Paris. De retour en ville , quelque temps plus tard , nous avons découvert que Bobby Kennedy avait été tué. Je ne voulais pas partir en tournée: . . Et j'ai profité de la longue pause de quitter la scène » Il sourit , madame Hardy , se souvenant de ces années et qui nous dit amusé des autres hommes : les stars qui ont traversé sa vie , de traverser sans . vraiment destin " Quand j'ai rencontré Mick Jagger j'ai été brûlé : il avait un charisme incroyable . Un jour , alors que je tournais à Londres , seul comme toujours, je me suis retrouvé en face : Il me fit un sourire qui ferait fondre n'importe qui. I, timide , je suis retourné et j'ai tiré tout droit . Plus tard, j'ai lu une interview avec un magazine dans lequel il prétendait que j'étais son «idéal femme . " Encaissé l'arrêt des compliments . Il sortit avec Christine ( Chrissie ) Shrimpton , vraiment laid, puis s'assit avec Marianne Faithfull . J'étais trop normal pour lui. " Et Bob Dylan ? " Sa musique m'a ému . Il a écrit un poème pour moi (Pour Françoise Hardy au bord de la Seine ... , ndlr) et une nuit m'a invité dans sa chambre d'hôtel pour me faire sentir un aperçu de deux nouvelles chansons . Mince , squelettique , avait les ongles et les doigts jaunes longues , failli me faire peur . " Sa non - histoire avec David Bowie est la suivante. " Je savais que j'avais tout ce que je cherchais chez un homme. Je suis allé à l'entendre en direct chaque fois que je le pouvais, mais j'ai évité de le rencontrer vis- à-vis. Ensuite, il ya quatre ans , son invitation : «Je suis à Paris pour deux concerts , choisissez une date . " Arrivée et je le trouve à l'entrée. «Il était temps », dit-il avec une voix faible que j'aimais depuis quarante ans, «désolé , mais l'air conditionné dans la salle ce soir était trop élevé " . " Enfin , les Italiens . " Comment j'ai adoré votre musique. Et deux garçons de tous : Adriano Celentano et Gianni Morandi . Nous avons fait un Cantagiro ensemble. Adriano est venu dans les rues remplies de gens et pourrait créer un silence religieux . Gianni écouté fort Si j'avais plus que vous, a eu une charge folle. "L'énergie est celui qui pour elle, cependant, a toujours manqué . " Et c'est la raison de ma faiblesse », il avoue aujourd'hui Françoise . « S'ils sont qui je suis, c'est le genre d' enfance que j'avais. Mon n'étaient pas mariés , ma soeur et moi avons grandi avec une mère stricte : il a travaillé dur et a vécu pour nous. Mon père n'était jamais là , mais il a voulu s'inscrire dans une école catholique dont je ne payais pas les versements. J'avais honte de ce non - famille . »Il admet que peut-être pour cette raison qu'elle était une mère poule . " Et anxieux. Heureusement, Thomas était un enfant déterminé , qui ne pouvaient pas imposer de règles. Quand j'ai essayé de lui faire faire quelque chose , de prendre des médicaments sans protester , m'a dit : « Oh , maman, je suis juste un bébé. " Aujourd'hui, il est un musicien à succès . Et comme Jacques Ducronc , son père, compagnon Hardy , vit le plus souvent en Corse et à Paris. " Mais je préfère rester dans la ville , sur l'île remontant à l'été . " Toujours passionnée par l'astrologie, a travaillé dans ce domaine . «Les gens pensent de devins et charlatans Mais je ne fais pas horoscopes , seulement des prévisions : . Je me sens plus comme un météorologue avec les Stars». Il s'agit d'une Françoise de livre ouvert, comme le sien, qui ne savent pas lire , car il a été imprimé. «Je devais faire un livre audio , mais j'ai refusé parce que je devais le relire . " est au-dessus du bac à partir duquel il a sorti le manuscrit , lui donner quelque chose à penser. " Comme il ya une légère dépression qui me cause de l'anxiété . Vous voulez quelque chose de nouveau programme , en ce moment . Vie est un souffle» .

 Dans la bibliothèque Un roman - confession, une histoire d'amour intense, douloureuse , entre les passions et les jalousies , l'érotisme et de blessures. " Dans son amour insensé Françoise Hardy raconte générosité sans défense dans l'amour. Cela semblait une bonne raison de choisir de publier son doux, roman déchirant. Pourquoi aimez- elle, abaissant le bouclier d'offrir visage au vent , est la seule façon de comprendre en profondeur, ce monde », explique Thomas Gurrieri , directeur de la rédaction de Edizioni Clichy, Gare du Nord dans la série qui mène à partir du 22 mai, le roman en librairie en Italie (176 p. , 15 euros ) . Un aperçu sera présent à la Foire du livre de Turin ( 16-20/5 ) . Info: edizioniclichy.it
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8307
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Dim 1 Sep 2013 - 9:10

Vous comprendrez au vu de la longueur du texte qui revient sempiternellement sur les mêmes clichés et les mêmes anecdotes relues et rebattues à l'envi pourquoi j'avais renoncé à me lancer dans la traduction de l'article lors de sa parution en mai... pour simplement mentionner les quelques lignes qui selon moi avait quelque peu d'intérêt Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Mai 2013 - La repubblica Dim 1 Sep 2013 - 13:41

C'est vrai qu'on avait bien ri avec cette sortie typiquement hardyenne : " Je devais faire une version audio du livre (l'amour fou), mais j'ai refusé parce que j'aurais dû le relire." waou 
Revenir en haut Aller en bas
 
Mai 2013 - La repubblica
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise :: Archives :: L'amour fou (promo)-
Sauter vers: