Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 11 mars 2015 - Actualités Sympatico (Canada)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8317
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 11 mars 2015 - Actualités Sympatico (Canada) Jeu 12 Mar 2015 - 14:05

Une Françoise vieille, mais hardie
Par Monique Crépault le 11 mars, 2015

La belle jeune fille qui a bercé de sa douce aura l’âme romantique de tant de jeunes a vieilli. Françoise Hardy est devenue une vieille femme malade dont on se rit quand elle ose donner son avis sur certains sujets.
Après une année sabbatique qui commençait à lui peser, l’ancienne idole française a écrit un livre intitulé Avis non autorisés… dans lequel elle donne son opinion sur, entre autres, la vieillesse, la politique, la littérature et l’économie.
Je ne savais rien de la parution du livre de Françoise Hardy quand cette semaine a atterri sur mon fil d’actualité un commentaire d’une amie FB qui déclarait n’avoir pas pu supporter de regarder plus de 20 minutes d’une entrevue avec l’ancienne chanteuse populaire.
Je suis une fan de toujours de Françoise Hardy. Dès que son nom apparaît quelque part, je clique, je lis ou j’écoute. J’ai donc cliqué et regardé ladite entrevue. Jusqu’au bout. Et j’ai compris mon amie PB.
Je n’ai jamais vu une entrevue aussi odieuse.
Imaginez des hyènes ricanantes autour d’une colombe vieillissante qui les regarde sans comprendre. Ça donne une entrevue qui dure quand même un bon quarante minutes. C’est insupportable.

Personne n’a pas le droit d’être aussi odieux avec quelqu’un. Encore moins quelqu’un qui nous a déjà donné ça, entre autres:



Une artiste sensible, une femme lucide
Françoise Hardy est une femme que j’admire, même si je ne suis pas toujours d’accord avec ses idées ou ses choix. C’est une femme intelligente, qui a de l’humour, qui est humble, ouverte, lucide et honnête, c’est aussi une grande artiste qui ne mérite certainement pas le mépris qu’on lui démontre dans cette entrevue.
Question de me faire une idée, j’ai acheté Avis non autorisés.. et je l’ai lu (j’avais déjà lu et apprécié son excellente autobiographie, Le désespoir des singes et autres bagatelles).
Il y a des longueurs dans Avis non autorisés…, certains sujets me touchent moins que d’autres, mais rarement me suis-je ennuyée en le lisant. J’ai plutôt découvert une pensée à la fois libre, directe, intense, sensible et originale.
Au sujet de la surpopulation, par exemple, l’un des premiers sujets sur lesquels elle donne son avis, Françoise Hardy écrit :
Citation :
« La responsabilité de la surpopulation incombe en grande partie à l’obscurantisme religieux (catholique, islamiste ou autre) qui conditionne trop les femmes ».
Sur l’euthanasie, elle déclare que :
Citation :
« Farouche partisane dès mes jeunes années du droit à mourir, je suis scandalisée par la rigidité des médecins qui ne veulent pas en entendre parler et condamnent leurs confrères qui osent penser autrement ».
Sur la religion, elle se questionne :
Citation :
« Faut-il rire ou pleurer de ce que les ambitions personnelles, le fanatisme idéologique et l’étroitesse d’esprit utilisent la religion pour commette les pires infamies et faire du prosélytisme avec des convictions dune incommensurable stupidité — ne serait-ce que celle de la suprématie d’une croyance sur les autres — au nom d’une religion dont le message originel continue d’être dénaturé par les plus bornés, les plus rigides de ses représentants et de ses adeptes ».
Quand elle parle d’économie, elle suggère :
Citation :
« La seule solution serait que les salaires deviennent équivalents pour un travail analogue partout dans le monde, et j’ai toujours pensé que cette évolution était inévitable à très long terme ».
De la richesse, elle dit entre autres:
Citation :
« Ce n’est pas le fait qu’il y ait des plus riches qui me dérange, c’est le fait que certaines personnes soient plus riches à force d’exploiter les autres de façon éhontée ».
Ce sont là, semble-t-il, de bien belles et intelligentes façons de résumer des sujets aussi complexes qu’épineux.

Parler caca, ça fait encore ricaner

Françoise Hardy, qui souffre de troubles à l’estomac depuis sa jeunesse, parle aussi dans son bouquin des divers régimes, diètes et thérapies qu’elle a suivis au fil des ans, parfois bien naïvement, pour tenter de soulager ses douleurs. Elle dépeint ces expériences qu’elle traite elle-même de surréalistes, avec humour et détachement, en riant d’elle-même et de sa naïveté.
Citation :
« On trouve dans le milieu médical autant de fous que dans n’importe quel milieu », écrit-elle entre autres.
Mais si je n’avais pas lu le livre, l’entrevue m’aurait laissée sur l’impression qu’il n’était surtout que la longue description, en long et en large, tout ce qui entre et sort de ses entrailles. Ce qui est loin d’être le cas.

Cette partie sur laquelle insiste tant l’entrevue ne prouve qu’une chose : que ce n’est pas parce que tu es un animateur télé d’âge mûr que tu as dépassé ta phase anale.
Françoise Hardy est une femme élégante et réservée, avec un sens de l’humour et une intelligence que l’âge n’a pas altérés. Durant toute l’entrevue, on la perçoit étonnée par des attaques incessantes non seulement de l’animateur, mais aussi d’une chroniqueuse qui, du haut de sa jeunesse, s’adresse avec mépris à la femme âgée qu’est devenue Françoise Hardy, en la traitant comme on traiterait une mémé gâteuse.
On a là une femme qui a fait ses preuves en tant que chanteuse, interprète, compositrice et écrivaine, une femme simple et honnête, qui ne frime pas, qui tente de communiquer ce qu’elle est et ce qu’elle pense, et on nous la renvoie comme une vieille folle ridicule, dépassée, rétrograde et antiféministe (parce qu’elle a osé écrire ne pas aimer les romans de Virginia Woolf).
Si je dis que je n’aime pas les romans de Proust, est-ce que ça veut dire que je suis antigaie ?

Le syndrome de la vieille folle

Françoise Hardy est peut-être vieille, mais elle n’est pas folle. C’est une femme qui a des idées (ce qu’on ne peut pas dire de tout le monde) et qui a le courage de les partager (idem).
Si Françoise Hardy s’était appelée François Hardy, aurait-on plutôt salué son courage, son humour et sa franchise plutôt que de s’en moquer ? La belle et douce Françoise est devenue ce qui effraie tellement notre société : une vieille femme, malade certes, mais qui a toute sa tête et tous ses mots nécessaires pour nous renvoyer un reflet pas toujours flatteur.
Je serais curieuse de connaître votre opinion sur cette entrevue. Vous rend-elle aussi mal à l’aise que moi ?

source : http://actualites.sympatico.ca/nouvelles/blogue/une-francoise-vieille-mais-hardie
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
11 mars 2015 - Actualités Sympatico (Canada)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise :: Archives :: Avis non autorisés (promo)-
Sauter vers: