Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8404
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 2 Sam 13 Mai 2017 - 10:24


Une personnalité
qui assume son propre destin


La vérité est que depuis 1966, Françoise Hardy est une tout autre jeune femme. Auparavant, elle était un personnage. A présent, il s’agit d'une personnalité qui assume son propre destin et que guide le sentiment d’une ambitieuse escalade.

— Dans la chanson et tous ses prolongements, il est impossible de réussir seule, observe-t-elle, lucide et souriante. Le show business est régi par des rapaces qui dévorent les mésanges : des Louis XV qui se jouent de leurs vassaux.
Quoi qu'il en soit, voici deux ans, un garçon au visage de clergyman — portant vareuse noire et collerette blanche — a quitté son maître Johnny Stark pour s’occuper exclusivement d'elle. Son nom : Lionel Roc.
" J'étais un assistant, déclare Lionel. Ma confiance en Françoise m'a, du jour au lendemain, métamorphosé en pilote. Néanmoins, il faut tenir le gouvernail à deux mains pour conduire ce bateau. "
Il faut croire que ce capitaine de vaisseau a mené sa passagère à bon port. Analysons les résultats.


Une mauvaise chanson s’étiole comme une fleur privée de lumière


— Quelles raisons vous ont poussée, Françoise Hardy, à créer votre maison de disques ? Et pourquoi l’avez-vous baptisée d'une marque insolite : " Asparagus " ?
— Au lycée, mes camarades me surnommaient " l'Asperge " : à cause de mon style longiligne, de ma démarche légèrement fatiguée. Cela suffit à vous emprisonner dans une légende. " Asparagus " est une réaction contre cette légende. Distribués par Vogue — la firme qui m'a découverte et que je ne renie point — nous traitons pour l’étranger avec United Artist's : département musical des célèbres Artistes Associés fondés par Charlie Chaplin

— Il est curieux de constater que, pour lancer votre marque et votre premier microsillon " Asparagus ", vous ayez choisi, comme titre vedette, une mélodie datant de 1961 : " Ma Jeunesse fout le camp ", qui fut écrite pour Jean-Claude Pascal ?
— Il n'y a pas de vieilles ou de jeunes chansons. Ce qui les départage, c'est la qualité. Une bonne chanson ne vieillit jamais. Par contre, une mauvaise chanson s'étiole d’emblée, comme une fleur privée de lumière. Autre exemple : si j'ai repris à mon compte " Les ronds dans l'eau " — dont nous devons à Nicole Croisille la version originale — c'est que cet air me convenait spécifiquement. Certaines de mes collègues peuvent interpréter indifféremment les mélodies les plus diverses. Est-ce ma force ou ma faiblesse : je possède un registre très restreint ?
— Qu'est-ce qui détermine le choix de vos paroles et de vos musiques ?
— Tout d'abord, le sentiment. Je suis moins une chanteuse de charme qu'une interprète de situations amoureuses, de sujets passionnels. Sans doute, cette recherche résulte-t-elle de ma nature passive ? C'est une contradiction logique : je dois entrer en action tout de suite. Voilà pourquoi un impératif catégorique commande tous mes textes, je ne m'exprime qu'à la première personne. C'est la dictature du " je ", " Je ", " nous ", " tu ".
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: