Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8317
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 4 Sam 20 Mai 2017 - 11:53

— Ce " Françoise Hardy Show " vous a valu d'enrichissantes rencontres ?
— Il m'a permis de connaître Eugène Ionesco, dont j'admire profondément " La Cantatrice chauve " et " La leçon ". M. Ionesco habite Montparnasse. Koralnik a dit à cet homme de théâtre, d'une timidité inconcevable : " Françoise rêve énormément. Comme vous êtes un spécialiste de l'onirisme, vous allez échanger vos points de vue sur la science des rêves. Moquez-vous de mes caméras. Imaginez quelles sont absentes. " " Je prends un avion à midi " a répliqué Ionesco, blême de trac à la pensée d'être filmé. A minuit, nous bavardions encore. M. Ionesco venait de me promettre : " Je vais vous écrire des textes de chansons. "

— Dans cette production de Michèle Arnaud, vous avez également Bernard Buffet comme partenaire ?
— Oui. Il assiste à un étrange " passage " : celui d'un couple — Udo Jürgens et moi — qui s'acharne à vivre, dans sa réalité quotidienne, une existence mythique, et qui, perdu dans ses fantasmes, parvient mal à séparer le réel — le réel banal — de ses songes échevelés. Buffet a l’œil absolu, le regard du peintre qui fixe " l'éternité dans un instant ".

— Vous dialoguez aussi avec Georges Brassens ?
— J'étais tellement troublée par sa simplicité — moi qui le tiens pour un génie — que j'ai ressenti une sorte de sentiment de l'absurde. Sensation accablante : tout ce que j'expliquais — ayant trait à la chanson — tombait à côté. Plus une flèche n'atteignait son but.

144 brins de muguet
pour " Lady Françoise "

— Ravi de son duo avec B.B. dans " Bonnie and Clyde " et de son tirage exceptionnel, Serge Gainsbourg vous a rendu visite à Londres Avec les mains pleines : d'airs et de poèmes que vous interpréterez demain
— Ils résultent d'un défi amical. Nous nous croisons, Serge et moi, la veille de Noël, dans un studio d'Europe Numéro 1

— " Alors, dis-je, de ma voix la plus humble, vous me refusez même une mini-chanson ? "
— " C'est vous, riposte-t-il, qui refusez de me chanter. "
Françoise chantera Gainsbourg. Elle continuera à conduire sa Rolls gris métallisé à parements bleus, mais pas à plus de 60 kilomètres à l'heure. Elle achèvera de meubler " La Pia Rannella " (sa maison corse, au sud-ouest de Calvi) dans un style mis à la mode par les ensembliers du XVIIIe siècle : en éclairant de taches de couleurs bahuts et armoires. Elle ne tournera pas un film sous la direction de Jean-Marie Périer, son ex-fiancé : par crainte que cette épreuve ne soit pour lui un crève-cœur. Par contre, elle sortira, longtemps encore, avec Jacques Dutronc. Fin, spirituel, farfelu, ce copain l'amuse. Il lui a fait porter, le 1e mai, dans son appartement du Savoy, 144 brins de muguet, adressés à " Lady Françoise ".
" Lady Françoise " désormais, le Tout-Londres n'appelle plus qu'ainsi Miss Hardy.

Yves Salgues
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
18 mai 1968 - Le 4ème récital au Savoy - Jours de France - Partie 4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: