Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8324
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2 Mer 9 Aoû 2017 - 10:14

Michel FIELD : [Être authentique] n’est-ce pas une façon de se donner un bon rôle aussi ?

Françoise HARDY : Je ne dis pas que ce soit une valeur suprême. On est partis d’une question : vous me demandiez ce que je dirais à quelqu’un qui ne me connaît pas sur qui je suis et je suis partie d’un trait de caractère dont on me dit qu’il m’appartient plus ou moins. Mais je ne sais pas si c’est la valeur suprême. Tout est une question de dose à chaque fois. Je crois que c’est quand même une qualité dans la mesure où je préfère les gens qui ont suffisamment cette qualité-là à ceux qui ne l’ont pas du tout.

Michel FIELD : A quoi sentez-vous cette qualité chez les autres ?
Françoise HARDY : Justement, je ne sais pas toujours la repérer. Il y a des apparences qui sont extrêmement trompeuses et je peux, comme tout un chacun, me faire piéger par les apparences. Avoir l’impression que quelqu’un est complètement fiable alors qu’il ne l’est pas du tout, avoir l’impression qu’il me dit des choses sur lesquelles je peux compter alors que ce n’est pas le cas, alors qu’au contraire je peux me faire manipuler .... Je redoute effectivement les gens chez qui je pressens une faculté de manipulation importante.

Michel FIELD : On a l’impression que vous avez toujours été ailleurs que là où l’image publique de vous se posait ...

Françoise HARDY : Ça m’est toujours difficile de parler de l’image publique puisque c’est extérieur à moi. Malgré tout, quand j’y pense - plus exactement quand on m’y fait penser -, j’ai l’impression que l’image publique que j’ai,
est en rapport avec certaines chansons que les gens connaissent de moi, qui ne sont pas toujours les chansons dont je suis la plus fière, mais qui ont le plus plu ... Parmi elles, il y a la première évidemment "Tous les garçons et les filles", il y a eu aussi par la suite "Comment te dire adieu ?", et "Message personnel" de Michel BERGER ... Ce sont des chansons qui donnent l’image de quelqu’un de sentimental, de mélancolique - il me semble que mon image publique c’est un peu ça - et en ce sens, elle correspond à ma réalité, à ce que je suis à l’intérieur ...

Michel FIELD : Pourquoi ne les aimez-vous pas, si elles correspondent à cette réalité ?

Françoise HARDY : Ce n’est pas que je ne les aime pas ... J’aime beaucoup "Message Personnel". "Tous les garçons et les filles", j’aimais beaucoup cette chanson au début, mais je trouve qu’elle a mal vieilli ... Toutes mes chansons parlent plus ou moins de la même chose, ce sont toujours un peu les mêmes thèmes ... Simplement au fur et à mesure qu’on avance dans le temps, que l’on grandit - enfin c’est ce qui est souhaitable -, on dit les mêmes choses d’une manière un tout petit peu plus fine, plus élaborée, plus profonde ... Donc, évidemment, je regrette que ma première chanson reste la plus connue, dans la mesure où j’ai fait par la suite des tas d’autres chansons qui étaient de meilleure qualité.
Michel FIELD : Ce n’est pas la première fois qu’on se voit et à chaque fois vous revenez sur cette chanson.

Françoise HARDY : C’est vous qui avez commencé, ce n’est pas moi ! J’en ai parlé par rapport à mon image publique, mais c’est vous qui m’avez amenée à en parler, sinon je n’en parle pas.

Michel FIELD : Comment avoir un point de fixation aussi négatif ?

Françoise HARDY : Ce n’est pas aussi négatif que ça, parce que je sais tout ce que je dois à cette chanson et pour parler d’authenticité, justement, alors voilà une chanson totalement simplette, totalement authentique qui disait exactement, au premier degré absolu, ce que j’étais à cette époque-là !
Michel FIELD : Et c’était quoi pour le dire avec les mots d’aujourd’hui ?

Françoise HARDY : C’était une chanson totalement adolescente, de l’adolescente hyper-complexée qui ne pouvait pas imaginer ... pour qui l’amour avec quelqu’un du sexe opposé représentait un rêve inaccessible. Voilà quoi ! C’est tout bête, tout simple et, en même temps ...
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1253
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2 Jeu 10 Aoû 2017 - 23:55

C'est clair que Françoise a fait de meilleures chansons, mais ce sont rarement les meilleures chansons, et encore moins les plus subtiles, que les gens retiennent. Ce sont justement souvent les chansons les plus simples qui font mouche, parce qu'elles touchent plus de gens. Mais il y a peut-être autre chose qui nous dépassé: je ne sais pas si vous avez observé les "charts" du site Rate Your Music, un site de passionnés du disque, essentiellement américain. Beaucoup de 45t de Françoise des années 62-63 sont dans le Top 100, 200, 500, 800... Il y a quelque chose des débuts de Françoise qui fascine. Je crois que cette extrême simplicité est vue comme un style, quelque chose d'involontairement esthétique, minimaliste ou naïf. Quelque chose qui a son propre charme. 

      
 

Et ce ne sont que les 45t. En fait, sur Rate Your Music, si vous sélectionnez "charts", "1962" et "EP", devinez ce qui arrive carrément à la première place, tout pays confondu?  Smile

PS: la plupart des pochettes ici présentent sont des 45t néerlandais ou autre (italien pour "le temps de l'amour")...
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8324
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2 Ven 11 Aoû 2017 - 9:28

Il ne faut pas oublier que Françoise Hardy faisait un peu figure d'ovni en écrivant la plupart des chansons de ses débuts (paroles et musiques). Cela donnait un mélange de candeur, de fraîcheur et de sincérité. Avec des musiques et des textes très simples, elle allait directement au cœur.

Cependant, avec le temps, Françoise Hardy est devenue de plus en plus cinglante vis-à-vis de ses débuts quitte à se rendre presque antipathique comme lors de cet entretien avec Jean-Luc Delarue en juin 1991 lors de la fête de la musique

Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1253
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2 Ven 11 Aoû 2017 - 12:22

waou  --> elle est hilarante! "18 ans dans les années 60, c'est 4 ans aujourd'hui, et encore!"  Laughing
Revenir en haut Aller en bas
 
Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: