Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait Sam 26 Juil 2008 - 9:34

En septembre 1993, Eric Chemouny et Patrick Robert Galéra du magazine Platine invitent Françoise Hardy à se pencher sur sa carrière dans une conversation à bâtons rompus.

A propos d'Asparagus

Platine : Avec la création d'Asparagus, distribué par Vogue, vous devenez, dès 1967, votre propre productrice. Qu'est-ce qui a motivé cette démarche originale pour l'époque ?
Françoise Hardy : Wolfsohn avait pressenti que les chanteurs allaient vouloir être de plus en plus indépendants. C'est donc lui-même qui m'a proposé de créer une maison de production. J'ai d'abord été très séduite, puis j'ai réalisé que c'était un piège : le PDG de Vogue, Louis Cabat, appartenait aussi à cette société de production et à eux deux, ils possédaient la majorité des parts. Cela a donné lieu à bien des tracasseries, des procès.

Platine : Le son de vos albums a néanmoins fortement évolué à cette époque…
Françoise Hardy : Oui, car j'ai obtenu – difficilement – d'aller enregistrer à Londres. A mes débuts déjà, j'avais eu bien du mal à obtenir des cordes sur "Le premier bonheur du jour" ou "L'amour s'en va", sous prétexte que les précédents disques avaient eu du succès sans recours aux cordes. C'est Richard Anthony, avec qui j'étais partie en tournée, qui m'avait conseillé d'aller comme lui enregistrer à Londres. Dès lors, les arrangements comme la production ont été bien supérieurs. Et puis, j'ai eu la chance de travailler avec le musicien et arrangeur Charles Blackwell qui réalisait exactement ce que je rêvais d'entendre.

A propos de Sheila et Sylvie Vartan

Platine : Du coup, vous vous démarquiez de la production de vos copines Sheila et Sylvie. Quel regard portiez-vous sur leurs évolutions respectives ?
Françoise Hardy : Au début, les chansons de Sheila ne me touchaient pas. En revanche, jusqu'à la "Maritza" – que déjà je n'aimais pas trop -, il y a eu beaucoup de titres de Sylvie que j'aurais aimé interpréter, notamment ceux écrits par Tommy Brown et Micky Jones, et ceux de son frère Eddy aussi. Mais je trouve que par la suite, Sylvie n'a jamais évolué. Dans les années 80, Sheila, elle, a voulu rompre avec son passé, sans jamais le renier, en s'orientant vers des chansons plus sophistiquées, plus recherchées. Là j'ai commencé à m'intéresser à elle. Hélas, le public n'a pas toujours suivi…

Platine : N'avez-vous jamais été tentée d'écrire pour elles ?

Françoise Hardy : Non, j'ai pourtant été sollicitée par Sylvie elle-même à une époque

.... (à suivre) ....
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Zorba
Embrasé
Embrasé
avatar

Masculin Nombre de messages : 674
Age : 68
Localisation : Naxos Grèce
Date d'inscription : 14/12/2007

Message(#) Sujet: Re: Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait Lun 11 Aoû 2008 - 16:10

Personnellement, je n'ai jamais rien compris à ces histoires de producteur, de maison d'édition, de distributeur et autres méandres avant la sortie d'un album chez un disquaire.

Naïvement, j'ai toujours pensé que l'artiste était maître et propriétaire de son oeuvre (de sa création devrais-je dire) et qu'il livrait le paquet ficelé à un éditeur qui prenait dans la limite temporelle du contrat liant l'artiste à l'éditeur.

Difficle d'être à la fois artiste et juriste... Françoise apparemment a su l'être, car malgré ces batailles de gros sous, elle a continué à évoluer artistiquement et à rester jusqu'à aujourd'hui sur le devant de la scène.

Quelle tête cette Françoise : une femme de coeur doublée d'une femme d'argent ! C'est une comme çà que j'.... non.. je m'égare !
Revenir en haut Aller en bas
http://naxos.forums-actifs.com/
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait Lun 11 Aoû 2008 - 20:38

Il ne faut pas oublier non plus qu'à l'époque les vedettes étaient toutes de très jeunes pousses naïves plus préoccupées par les chansons et les tournées que par la comptabilité.

L'entourage (impresario, maison de disque, directeur artistique etc...) profitait de la situation de façon éhontée.

Françoise Hardy n'a pas été la seule à intenter un procès à sa maison de disques. Presque tous ses confrères et consoeurs ont dû affronter la même situation à plus ou moins lointaine échéance.

Il était cependant plus difficile de se défendre quand on était simple interprète. De ce point de vue, avec son rôle d'Auteur-Compositeur-Interprète, Françoise Hardy était mieux armée pour faire entendre sa voix. (Sans jeu de mots).
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait

Revenir en haut Aller en bas
 
Platine - "Interview Frontstage" - 2ème extrait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: