Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Le désespoir des singes et autres bagatelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 28 Juil 2008 - 10:33

Amazon annonce la sortie chez Robert Laffont pour le 9 octobre 2008 d'un livre de Françoise Hardy répondant au titre "Le désespoir des singes et autres bagatelles".
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Anne
Spécialiste
Spécialiste
avatar

Féminin Nombre de messages : 368
Age : 59
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 04/09/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 28 Juil 2008 - 19:06

@Jérôme a écrit:
Amazon annonce la sortie chez Robert Laffont pour le 9 octobre 2008 d'un livre de Françoise Hardy répondant au titre "Le désespoir des singes et autres bagatelles".

Mais qu'est-ce que c'est que ce titre tordu ? Françoise quand elle s'y met! Toujours là où on ne l'attend pas.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 29 Juil 2008 - 12:54

Quel titre incroyable ! tournicoti

Et avec ton avatar juste à gauche, Anne, ta question "Mais qu'est-ce que c'est que ce titre tordu ?" prend un relief très amusant. On dirait que Françoise n'en revient pas elle-même. Very Happy

J'espère que le contenu sera moins intellectuel... Pour l'instant je pige pas encore ce que tout ça signifie girl
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 29 Juil 2008 - 14:01

Moi j'ai déjà réussi à localiser l'un des singes en question : un babouin, dans une rue.
Pour les autres je me perds en conjectures : son mari, son fils ?
Peut être tout bêtement ses admirateurs..... Merci mademoiselle !
En tous les cas, ça fera "branché" quand je lirai ça dans le métro, ça aura quand même une autre gueule que de lire "20 minutes".
Quand je vois ce titre (sous réserve d'explications de l'auteure), il me paraît bien que ce sont surtout ses admirateurs qui sont désespérés (ce sont surtout ses, pas facile à dire ça!).
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 29 Juil 2008 - 19:39

@claude a écrit:
En tous les cas, ça fera "branché" quand je lirai ça dans le métro, ça aura quand même une autre gueule que de lire "20 minutes".
Espérons surtout que les autres usagers ne feront pas d'analogie (basique) entre les singes et les lecteurs, genre il/elle lit un bouqin psy machin chose... clown
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 30 Juil 2008 - 13:57

Pas si tordu que cela mais plutôt cryptique scratch

Le désespoir des singes (Araucaria) est un arbre appelé communément pin du Chili.

Ce sont des arbres voisins des pins aux feuilles en aiguille ou en écaille leur donnant un aspect tout à fait particulier.

Le désespoir des singes doit son nom à ses feuilles imbriquées qui sont très pointues, rendant ainsi son ascension impossible.



Maintenant le titre de la bio n'est pas si original que cela. Dans mes recherches j'ai en effet trouvé, entre autres, un ouvrage d'Hervé Claude et une pièce de Jean-Gabriel NORDMANN portant ce titre. Restent les bagatelles…
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 30 Juil 2008 - 21:14

Le 15 octobre 2007, Françoise Hardy donnait une interview au Figaro Magazine et répondait à la question ""Votre vue préférée ?" : "Quand, à l'heure bleue, la nuit tombe sur Paris, il s'en dégage une beauté dont on ne se lasse pas, bien que j'y sois née et y ai toujours vécu. Je ne me lasse pas non plus de la vue des arbres, de la nature. J'aime aller à Bagatelle où il y a des arbres extraordinaires, en particulier un qui s'appelle «Le Désespoir des Singes»."

Le mystère est donc résolu...




(source : http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2006/12/01/01006-20061201ARTMAG90501-franoise_hardy.php)

FRANÇOISE HARDY
Messager personnel, François Delétraz

L'égérie pop sort un album de duos. Rencontre en solo.

Son actualité
Parenthèses (EMI), dans lequel elle revisite ses chansons préférées avec, entre autres, Alain Bashung, Alain Delon, Julio Iglesias, Alain Souchon, Henri Salvador, Arthur H, Benjamin Biolay, Jacques et Thomas Dutronc...

Notre rendez-vous
Dans un hôtel très design à deux pas de chez elle, près de la place de l'Etoile.

Que vous reproche-t-on ?
D'être maniaque, ronchon. Par exemple, j'ai peur de rater le train ou l'avion et j'arrive très en avance, ce qui énerve tout le monde.

Comment vous y prenez-vous pour dissoudre la tristesse ?
J'écoute de la musique comme celle de Rachmaninov qui me fait pleurer tout en m'élevant. Chopin, Prokofiev, son Concerto n° 1, des tas de chansons...

Parmi les modes actuelles, y en a-t-il une que vous trouvez particulièrement ridicule ?
Tout ce qui est piercing et tatouage. C'est une atteinte à l'intégrité corporelle. J'ai toujours eu conscience que le corps est le véhicule de l'esprit. Or, à l'inverse d'une voiture, on ne peut pas en changer.

Quel est le chef-d'oeuvre de la littérature qui vous tombe des mains ?

Ulysse de James Joyce. Je ne suis jamais arrivée à le lire, alors que la personnalité de l'auteur m'intéresse.

Votre livre de chevet ?
Bien que je puisse rester six mois sans en ouvrir une page, je dirai Le Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rinpoché et Les Dialogues avec l'ange de Gitta Mallasz. Dans un tout autre genre, j'ai adoré La Coupe d'or de Henry James et Le Temps de l'innocence d'Edith Wharton, deux romans qui se passent dans la deuxième moitié du XIXe siècle, comme les livres d'Anne Perry, la reine du polar victorien, que je viens de découvrir et dont j'ai lu vingt-cinq romans à la suite.

Cinq disques que vous emporteriez pour un voyage en navette spatiale ?
Ayant du mal à prendre l'avion, la navette spatiale est totalement exclue, mais pour un week-end à la campagne, j'emporterais le Concerto n° 4 de Beethoven par Hélène Grimaud, le Concerto n° 2 de Rachmaninov par Richter, Focus de Stan Getz, une compilation des meilleures chansons de Trenet et une autre de toutes mes chansons préférées.

A quelles voix ne résistez-vous pas ?
A celles d'Henri Salvador et de Julio Iglesias, car ils ont, l'un et l'autre, un timbre totalement magique. Sans parler de leur immense talent. J'apprécie aussi beaucoup le timbre de voix de Jacques Dutronc.

Une hygiène de vie ?
Je suis assez maniaque. Notre corps est soumis aux lois de la matière. Plus on les respecte, mieux on se porte.

Des maîtres à penser ?
En politique internationale, Hubert Védrine, qui est extraordinairement intelligent et lucide. Si la gauche passe, j'espère qu'il retournera au Quai d'Orsay, tant il est au-dessus du lot. En spiritualité, Omnia Pastor, pseudonyme d'une jeune médium qui, entre 1985 et 1994, a transmis à un tout petit public genevois les réponses à des questions de fond d'un guide spirituel non incarné.

Vos cinq adresses préférées ?
J'aime bien les restaurants Costes, celui de la rue Saint-Honoré et l'Esplanade. Ce sont des lieux chaleureux avec une carte qui fait honneur aux légumes verts et aux grillades. Sinon, la moindre course à Paris étant devenue une expédition, je sors le moins possible et commande beaucoup de choses par téléphone.

La boisson qui vous rend meilleure ?
Un bon verre de bordeaux le soir et un thé vert la journée. L'un et l'autre procurent une certaine euphorie.

Qui admirez-vous ?
Tous les grands interprètes classiques, mais plus généralement tous les gens qui savent faire ce que je ne sais pas faire. Et comme je ne sais rien faire à part un texte de chanson de temps à autre, j'admire tout le monde, finalement.

Que chantez-vous sous votre douche ?
En ce moment, It's Impossible, une reprise que Julio Iglesias m'a remise en mémoire.

Avec quelle personnalité n'aimeriez-vous pas rester coincée deux heures dans un ascenseur en panne ?
Je détesterais cette situation avec n'importe qui.

Dernier achat ?
Des pulls en cachemire.

Votre vue préférée ?
Quand, à l'heure bleue, la nuit tombe sur Paris, il s'en dégage une beauté dont on ne se lasse pas, bien que j'y sois née et y ai toujours vécu. Je ne me lasse pas non plus de la vue des arbres, de la nature. J'aime aller à Bagatelle où il y a des arbres extraordinaires, en particulier un qui s'appelle «Le Désespoir des Singes».
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alain
Maître des dés
Maître des dés
avatar

Masculin Nombre de messages : 484
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 31 Juil 2008 - 9:30

Dans le parc de Bagatelle le désespoir des singes (Araucaria araucana) qu'on y trouve est le plus gros (1,50m de circonférence), le plus haut (10m) et le plus vieux des araucarias de Paris. Il a été planté en 1907.
( http://www.paris.fr/portail/Parcs/Portal.lut?page_id=8350&document_type_id=5&document_id=13631&portlet_id=19379 )

Le Chili est le pays d’origine de l’araucaria araucana dont le nom provient de la province chilienne de l’Arauco. On le retrouve aussi en Argentine, ainsi qu’au sud du Brésil et sur les hauteurs de Campos do Jordão (lieu de villégiature proche de São Paulo), où il est un véritable symbole de la région.

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Pin_du_Chili )
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 31 Juil 2008 - 14:00

Bon, eh bien voilà l'explication "matérielle" si je puis dire.
Mais pourquoi est elle allée chercher un titre aussi alambiqué ? Quel psy lui a conseillé ce titre ?
Moi qui finalement l'aime bien cette "bonne femme" (c'est une appellation gentille) même si elle m'agace souvent (et encore une fois c'est gagné avec son titre à la noix), j'aurais bien aimé, s'il n'avait déjà été pris, qu'elle intitule sa biographie "Mémoires d'une jeune fille rangée".
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 31 Juil 2008 - 14:17

Françoise Hardy : Le désespoir des singes et autres bagatelles

Sous ce titre énigmatique, sujet à de nombreuses interprétations, se cache en fait l'autobiographie de la chanteuse.

En 2007, dans une interview accordée au Figaro Magazine, elle confiait déjà :
"Quand, à l'heure bleue, la nuit tombe sur Paris, il s'en dégage une beauté dont on ne se lasse pas, bien que j'y sois née et y ai toujours vécu. Je ne me lasse pas non plus de la vue des arbres, de la nature. J'aime aller à Bagatelle où il y a des arbres extraordinaires, en particulier un qui s'appelle «Le Désespoir des Singes»."

Le titre semble permettre à l'auteur de glisser un message d'amour à la beauté du jardin de Bagatelle et plus particulièrement à son arbre exotique tout en donnant à son autobiographie une dimension de recueil de bagatelles ou d'anecdotes à la Prévert...

Encore quelques semaines de patience et nous serons fixés sur le contenu prometteur de ce mystérieux ouvrage !
Sortie annoncée pour le 9 octobre 2008 : Editions Robert Laffont - Prix éditeur : 20 euros


Dernière édition par Jérôme le Dim 28 Sep 2008 - 21:17, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 31 Juil 2008 - 14:56

Eh bien voilà l'explication que j'attendais (merci, qu'est ce que c'est agréable d'avoir affaire à des gens intelligents, et je suis sincère en disant ça): un inventaire à la Prévert.
Ouf, elle ne va pas refaire le monde "a posteriori" mais va nous donner sa vision perso de ce que nous avons pu vivre en même temps qu'elle (mais de très loin, malheureusement).
Et pour ceux qui sont beaucoup plus jeunes, leur dresser un portrait de ce quelle a traversé en contemplatrice privilégiée et peut être pourquoi elle a chanté telle ou telle chanson à une époque donnée.
Même s'il n'est pas besoin de connaître l'environnement d'un 45 tours ou d'un album pour l'apprécier, il est parfois bon de se mettre dans l'état d'esprit d'alors pour mieux appréhender la finalité de ce disque ou de cet album.
Je rabâche, mais "Star" est sorti a une époque où elle ne l'était plus. Sachant celà, les paroles n'en prennent que plus de résonnance.
Et moi je vais essayer d'être plus simple quand j'écris confus scratch
Revenir en haut Aller en bas
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1262
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 31 Juil 2008 - 19:41

Très joli titre. J'avoue qu'a priori une autobiographie de Françoise ne m'intéressait guère, mais là, ça me rend plutôt curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Ven 1 Aoû 2008 - 17:43

J'espère que ce sera une autobiographie originale où on apprend des trucs qui sortent des éternelles anecdotes lues et relues à moins qu'elle ne prenne un malin plaisir à les présenter sous un nouveau jour. waou
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 5 Aoû 2008 - 14:11

A priori, on peut lui faire confiance pour ne pas rabâcher ce que l'on nous a déjà dit et redit.
J'espère tout simplement, et c'est le terme bagatelle qui me fait craindre ça, que sans se prendre au sérieux elle saura nous parler sérieusement de ce qu'elle a vu, entendu, vécu.
Pour nous qui sommes de cette époque (si ça, ça ne fait pas vétérans !) il sera intéressant d'avoir un éclairage nouveau sur des événements qu'on a peut être mal appréhendés, des explications sur telle ou telle attitude qu'on n'a pas comprise.
Moi, j'ai une grande question à laquelle, je l'espère, elle apportera une réponse : pourquoi a t elle accepté de "faire" l'Olympia avec les Compagnons de la chanson ?
Vous allez me dire que cette question ne refait pas le monde. Eh bien le mien, si !
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 5 Aoû 2008 - 19:53

@claude a écrit:
Pour nous qui sommes de cette époque (si ça, ça ne fait pas vétérans !) il sera intéressant d'avoir un éclairage nouveau sur des événements qu'on a peut être mal appréhendés, des explications sur telle ou telle attitude qu'on n'a pas comprise.
Je te trouve un peu dur avec toi même. C'est un regard différent du tien, tout simplement. On appréhende, ressent, interprète, en fonction de ses propres émotions, références...
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 27 Aoû 2008 - 22:03

Et voici enfin la couverture du livre :
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1262
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 27 Aoû 2008 - 22:38

La maison d'édition a t-elle exigé la photo de Françoise en couverture pour favoriser les ventes? Personnellement je la trouve sinistre! On aurait pu au moins la laisser en couleur.
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 7:43

Plus que le noir et blanc, c'est le regard genre "chien battu" qui me dérange. L'esquisse d'un sourire en atténue un peu l'effet, mais quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Chloé
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 9:52

Je suis contente que le livre de Françoise Hardy sorte bientôt. J'ai cherché un peu partout mais j'ai pas réussi à trouver quel serait le format du livre. Les seules informations glanées sont que le livre est broché.... Ce qui est quand même la moindre des choses soit dit en passant. J'espère que ce sera pas au format livre de poche mais plus en 21 x 29,7 avec quelques photos rares. Wait and see... (C'est dur quand on a aucune patience !).

Pour la photo, j'ai toujours préféré le noir et blanc à la couleur. Les contrastes sont plus marqués et la lumière plus révélatrice. En ce qui concerne le portrait de Françoise pour le livre je ressens bien l'ennui qu'elle a dû éprouver pour poser. C'est ce qui prend dans son visage l'apparence d'un certain agacement heureusement adouci par le sourire esquissé.
Un seul truc me gêne un peu : le rendu global manque de féminité. C'est trop androgyne à mon goût. Cependant, je ne vois pas bien quelle autre photo récente aurait pu être retenue. Prise sur le vif, en séquence d'enregistrement, avec ses lunettes et son bonnet sur la tête, la photo n'aurait pas été glamour du tout....

Une photo ancienne aurait probablement agacé Françoise car c'était tomber dans la facilité. De plus Françoise aime plutôt regarder devant que derrière elle. Comment a t elle pu se résoudre à écrire le bouquin d'ailleurs ? Ca a dû lui coûter un maximum d'efforts.

Je ne suis pas en pâmoison béate devant le cliché mais je trouve qu'il est pas mal quand même surtout que pour une fois Françoise est coiffée correctement (ou à peu près). Il aurait juste fallu donner auparavant à Françoise deux verres d'un bon Bordeaux. Elle aurait affiché une mine plus réjouie voire un rire franc. Elle est si belle quand elle rit !

Conclusion : maintenant, il faut que je mette de côté un 1/2 euro par jour pour pouvoir être prête le jour J pour le grand achat de l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Zorba
Embrasé
Embrasé
avatar

Masculin Nombre de messages : 674
Age : 68
Localisation : Naxos Grèce
Date d'inscription : 14/12/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 10:00

Le noir et blanc va très bien à Françoise, et chacun sait que ce sont deux couleurs qu'elle affectionne particulièrement.

La tristesse de son regard correspond parfaitement à ses états d'âmes et au thème récurant de ses chansons les plus belles.

Le léger sourire nous montre, discrètement, qu'elle sait aussi être drôle, si ce n'est heureuse.

La coiffure, pour une fois, est soignée et en harmonie avec son âge et ce qu'elle est actuellement.

La mise en page est agréable, l'éditeur présuppose un livre sérieux et non pas une accumulation de tabloïdes.

L'ensemble est accrocheur et donne vraiment envie d'ouvrir le livre. Encore un mois de patience....
Revenir en haut Aller en bas
http://naxos.forums-actifs.com/
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 13:32

Que vous êtes bons !
Comme Lil'bear, je ne suis pas fan de la photo.
Je me répète mais : sourire retenu (pour ne pas dire contraint) et yeux tristes, voilà un plan marketing qui me paraît pour le moins surprenant.
La photo de couverture n'est pas faite pour nous les fans, mais pour ceux qui ne la connaissent pas ou peu et qui auraient pu éventuellement être intéressés.
Là, rien d'attirant, sauf pour nous, les convaincus d'avance, qui y retrouvons ce qu'on a envie de voir chez elle : charme discret tout en retenue mélancolique (alors que les non convaincus y verront une photo banalement triste).
Cette photo est presque aussi peu intéressante que la couverture du bouquin de photos de l'année dernière.
J'espère qu'on aura droit à une promotion égale à celle qu'entreprend actuellement Pétasse Farmer pour son énième disque ayant pour thème : "Je suis une salope artificielle".
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 13:45

Je doute que les livres de type "biographies" soit achetés pour la photo de couverture qu'elle soit attrayante ou non.

A mon avis, seuls les fans ou ceux qui veulent faire plaisir aux fans achètent ce genre de livre.

Il ne faut donc pas trop se faire de souci sur l'impact de la photo de la couverture sur l'impact du bouquin.

Je pense qu'il n'y a qu'une éventuelle publicité sur la parution du livre qui pourra avoir un réel effet en permettant aux fans non avertis de prendre connaissance de l'existence du livre.

De toute façon il serait très étonnant que ce soit un livre à grande diffusion. Mais ce n'est pas grave car en fait elle a écrit le livre juste pour moi. waou
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 14:06

Mais oui Alexandre, bien sûr ! Et le Père Noël, il passe par la cheminée pendant que la marmotte elle met la plaque de chocolat dans l'emballage.
Puisque tu la "pratiques" d'aussi près, pourrais tu demander à Melle Hardy de prévoir plusieurs séances de dédicace (car j'aurais certainement plusieurs livres que j'offrirai, à moi pour commencer).
Ce serait sympa si on pouvait tous s'y retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Zorba
Embrasé
Embrasé
avatar

Masculin Nombre de messages : 674
Age : 68
Localisation : Naxos Grèce
Date d'inscription : 14/12/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 28 Aoû 2008 - 15:13

La Dhimos ( = Mairie) de Naxos vient de me prévenir que la kiria Hardy vient de lui réserver l'exclusivité de la séance de dédicaces, dès la sortie du livre, vue que 40% des fans s'y trouve(nt) (1 sur les 2,5 qu'elle reconnaît devoir lui rester)

Si vous souhaitez une dédicace personnalisée, prière de m'envoyer un petit stock de désespoirs de singes et autres bagatelles... Efkaristo poli !
Revenir en haut Aller en bas
http://naxos.forums-actifs.com/
jeanne
Initié
Initié
avatar

Féminin Nombre de messages : 18
Age : 65
Localisation : Avignon
Date d'inscription : 13/10/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy sur Wikipédia Lun 1 Sep 2008 - 6:38

Y-a-t-il un forumeur qui mette à jour la rubrique sur Françoise Hardy sur Wikipédia ?


http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7oise_Hardy

le titre de son futur best-seller n'y figure pas....
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 1 Sep 2008 - 7:17

Si si.... Dans la rubrique Autobiographie, il y est déjà écrit :

Françoise Hardy, Le Désespoir des singes et autres bagatelles, éd. Robert Laffont, sortie prévue : octobre 2008
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 2 Sep 2008 - 14:10

Je viens de fureter sur le net et chose étrange, Amazon présente une autre couverture pour le livre ! Peut être que vous me trouverez loufoque, mais étrangement cette photo m'a fait penser à Marie Laforêt ! scratch interloqué



En oubliant cette aparté pour en revenir au sujet initial, personnellement je trouve que cette deuxième couverture est plus douce et plus jolie que la première. Je me demande qui a pris la photo ? Catherine Rotulo ? respect

Ce serait surprenant qu'il y ait deux couvertures différentes pour la sortie du livre tout de même, non ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 2 Sep 2008 - 18:59

Tu as raison Alexandre, il y a une expression très ressemblante, c'est troublant. Sinon, pour être une habituée d'Amazon, ça leur arrive souvent de mettre une autre jaquette (aussi pour des jeux ou des CD), quand ils n'ont pas la maquette de l'éditeur. Ou alors Robert Laffont n'a pas encore arrêté sa couverture mais j'en doute, le livre doit être sous presse. Ou bien encore la couv que Jérôme a publié était une preview et ils ont changé d'avis entre temps. En tous cas, rien sur le site de l'éditeur.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 13:36

Ca y'est ! Le buzz commence sur Amazon...

Présentation de l'éditeur
Icône de la chanson française, Françoise Hardy livre ses Mémoires.

« Elle a l'expression immobile des gens qui ont beaucoup voyagé, sans croire au changement, et beaucoup aimé, sans renoncer à leur solitude. Elle sourit au ralenti comme dans un rêve et ce sourire ajoute on ne sait quelle mélancolie à ce visage lointain, trop précis pour le brouillard, mais trop fragile pour le soleil », a écrit de Françoise Hardy, dès ses débuts, le grand poète surréaliste Georges Henein. Quarante-cinq ans de carrière rendent justice au don visionnaire du poète.

Voix aérienne, silhouette élancée, d'une beauté entière, Françoise Hardy a marqué plusieurs générations, depuis son premier succès, à l âge de dix-huit ans, pour « Tous les garçons et les filles », un disque sorti en 1962. Chanteurs, compositeurs, metteurs en scène, dessinateurs, couturiers, écrivains, tous ont été inspirés par sa présence singulière. Après son dernier disque, Parenthèses, Françoise Hardy a voulu mettre noir sur blanc le récit de sa vie, et exposer, pour la première fois, certaines histoires restées dans les marges de ses souvenirs... Enfant du baby-boom, grandi dans un milieu familial complexe, Françoise Hardy reste le symbole de l'accession à la liberté pour toute sa génération, en compagnie de Johnny Hallyday, Sylvie Vartan ou des Rolling Stones, dont elle parle, entre autres, avec un regard complice un regard sans complaisance. Rien n'est caché de ses amours avec Jean-Marie Périer, puis avec son mari, Jacques Dutronc. Au fil des pages, on croise ceux qui ont compté le plus à ses yeux : Serge Gainsbourg, Emmanuel Berl, Salvador Dalí, Michel Berger, Patrick Modiano, Étienne Daho, John Frankenheimer, France Gall, Benjamin Biolay, Hélène Grimaud ou Michel Houellebecq. Françoise Hardy revient aussi sur ses albums, ses chansons, ses collaborations avec Georges Brassens, Gabriel Yared, Alain Bashung, le groupe Blur, ou encore son fils, Thomas.

Mieux qu'un récit de souvenirs, une traversée des apparences qui a le mérite de dire les choses au plus près des émotions ressenties, sans impudeur, pour mieux dégager, au travers de chaque expérience, ce qui a compté, ce qui mérite d être ressaisi. Un livre qui est aussi une quête de perfection, avec une question : comment, à travers drames et bonheurs, faire de sa vie une oeuvre ? "


C'est un peu grandiloquent cette présentation mais on commence à voir à quoi va ressembler ce bouquin de 416 pages !
On ne sait toujours pas s'il y aura des photos...

Maintenant il faut que je me tuyaute sur Georges Henein car je ne connais pas du tout ce poète ! Sûrement "shame on me"... interloqué
Revenir en haut Aller en bas
Alain
Maître des dés
Maître des dés
avatar

Masculin Nombre de messages : 484
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 15:30

J'attends de lire le mode d'emploi associé à la formule de conclusion : "Comment, à travers drames et bonheurs, faire de sa vie une oeuvre ?"

Alexandre, on est au moins deux ignares à ne pas connaître le sieur Henein ! Embarassed pale waou
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 18:19

@Alain a écrit:
Alexandre, on est au moins deux ignares à ne pas connaître le sieur Henein ! Embarassed pale waou
Je m'invite au Club clown . On compte sur toi Alexandre !
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 18:41

Revenir en haut Aller en bas
Anne
Spécialiste
Spécialiste
avatar

Féminin Nombre de messages : 368
Age : 59
Localisation : Saint-Germain-en-Laye
Date d'inscription : 04/09/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 19:48

@Elma a écrit:
@Alain a écrit:
Alexandre, on est au moins deux ignares à ne pas connaître le sieur Henein ! Embarassed pale waou
Je m'invite au Club clown . On compte sur toi Alexandre !

Je m'invite aussi. Plus on de fous, plus on rit !
Revenir en haut Aller en bas
Zorba
Embrasé
Embrasé
avatar

Masculin Nombre de messages : 674
Age : 68
Localisation : Naxos Grèce
Date d'inscription : 14/12/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 4 Sep 2008 - 21:25

Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Henein (1914 - 1973) est un poète surréaliste égyptien.

Né au Caire en 1914, il fait ses études en Europe, se liant d'amitié avec André Breton et Henri Calet, avant de devenir, dès 1933, un chroniqueur savoureux, éclairant ou vachard, dans des journaux égyptiens.
Revenant de Paris dans les années 1930, il assure la diffusion du surréalisme au Caire, en fondant le groupe Art et liberté (auquel participa entre autres Albert Cossery), puis en créant la revue La Part du sable avec le poète Edmond Jabès et le peintre Ramsès Younane.
A Paris, il codirige le bureau de liaison surréaliste "Cause", mais dès 1948, il s'éloigne du mouvement surréaliste, tout en continuant à publier ses poèmes dans Phases. Il se tourne vers le journalisme dans les années 1960, s'intéressant plus particulièrement au Tiers monde, dans les revues Jeune Afrique et L'Express.
Lorsqu'il revient en France, contraint à l'exil en 1962, Henein continue son métier de journaliste. Qu'il parle de Marilyn Monroe ou de Françoise Hardy, l'écrivain brille par son ton libre, alerte, inaltérable. Il travaille dans cette urgence qui l'autorise à s'indigner ou s'émouvoir dans un même élan, une rage qui se teinte tantôt de mélancolie, tantôt de perfidie. Un exemple : « Raymond Roussel a snobé Marcel Proust, et, rien que pour cela, il a droit à notre sympathie. Il a eu une mère qui était comme un grand lustre. Quand le lustre s'est éteint, comme le raconte brillamment Leonardo Sciascia dans un court récit, il s'est organisé une pharmacie de menues drogues qui l'ont escorté jusqu'à la mort. » (Gulliver, 1973).
Revenir en haut Aller en bas
http://naxos.forums-actifs.com/
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Ven 5 Sep 2008 - 13:49

Merci Zorba. J'ai l'impression que Georges Henein a eu son heure de gloire mais que maintenant il est retombé dans l'oubli. tire la langue

Il nous reste au moins l'essentiel ! Sa vision de Françoise Hardy !
« Elle a l'expression immobile des gens qui ont beaucoup voyagé, sans croire au changement, et beaucoup aimé, sans renoncer à leur solitude. Elle sourit au ralenti comme dans un rêve et ce sourire ajoute on ne sait quelle mélancolie à ce visage lointain, trop précis pour le brouillard, mais trop fragile pour le soleil »

Je ne sais pas si c'est bien exact mais c'est plutôt joli. clap
Revenir en haut Aller en bas
Marc
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Dim 7 Sep 2008 - 20:32

Le site http://www.bief.org/ semble aussi pencher pour la nouvelle couverture...

Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 8 Sep 2008 - 15:55

1/ Pour trouver le livre, il faut taper "Hardy"....

2/ On a alors le magnifique résumé suivant :
RÉSUMÉ : Au terme de plusieurs années de réflexion, l'auteur-compositeur raconte son parcours, ses rencontres, ses collaborations et ses amours.

Ils se sont pas foulés ! colere Même moi, je suis capable de faire un résumé aussi complet ! mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 8 Sep 2008 - 19:11

Ce qui est quand même étonnant, c'est qu'à un mois de la sortie, le site de l'éditeur n'en parle pas du tout (j'ai cherché dans "à paraître", c'est pas compliqué et je ne suis pas blonde Laughing , rien de rien). Je reçois bien à l'avance les nouveautés à paraitre de 10/18 et eux, ils savent faire du teasing ! Je ne m'y connais pas du tout en marketing mais cela reste surprenant. scratch
Revenir en haut Aller en bas
Alain
Maître des dés
Maître des dés
avatar

Masculin Nombre de messages : 484
Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 07/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Lun 15 Sep 2008 - 18:31

Le buzz sur La Fnac est différent (et toujours avec la première couverture pour le moment) :

Aimée et respectée en France où elle a très tôt tenu le rang d’icône, mais aussi dans le monde entier, Françoise Hardy a rencontré, dès 1962, la faveur du public, et ne l’a jamais perdue. Auteur compositeur exigeant, inspirée et source d’inspiration pour des artistes tels que Bob Dylan, Serge Gainsbourg ou Michel Berger, elle occupe une place à part dans la chanson française, où elle réussit le prodige d’être à la fois populaire, intemporelle et à la pointe de chaque époque. Aujourd’hui, pour la première fois, elle livre ses Mémoires, un ouvrage écrit dans la retraite au terme de plusieurs années de réflexion. D’emblée, celui-ci révèle une faculté supérieure à mettre les émotions en mots et à les transmettre avec une juste distance et une véracité pure de tout compromis. Mieux qu’un récit de souvenirs – sur son époque, ses amis, ses passions –, une grande traversée des apparences, où l’on suit d’étape en étape un itinéraire intérieur, artistique et amoureux, pour découvrir de quelle étoffe une personnalité aussi forte est faite. Ce livre est un vade-mecum pour revivre certains épisodes connus, d’autres non, pour rire, rêver et s’interroger avec l’auteur sur ce qui fait le sens de nos existences, joies et souffrances mêlées.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 16 Sep 2008 - 14:18

Décidément, La Fnac a l'art d'entretenir le mystère et de me faire peur.... affraid
"Ce livre est un vade-macum pour (...) s’interroger avec l’auteur sur ce qui fait le sens de nos existences, joies et souffrances mêlées" trop bu
J'espère qu'il ne faut pas être agrégé de philo pour comprendre le livre tout de même ! brrrrrrrr
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mar 16 Sep 2008 - 14:22

Rassure toi Alexandre, je suis sûr que le livre de F.H. sera mieux rédigé que l'article de la FNAC où les scribouillards ont l'air d'être légion !
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Dim 28 Sep 2008 - 21:11

Finalement, la couverture retenue est bien la seconde à savoir :



Bravo pour la beauté mais dommage pour le manque d'audace....
La pression de l'éditeur aura eu raison de la logique de l'esprit.

Et vivement qu'on voit l'intérieur !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 1 Oct 2008 - 13:56

Jérôme, tu es bien trop jeune pour apprécier "l'audace" de cette photo de jeunesse que moi j'aime beaucoup, surtout parce que FH y est telle que je la vois depuis toujours, quelles que soient les années, parce que c'est comme ça que je veux aussi me voir.
Je la trouve pourtant très signifiante cette photo : une moue dubitative (qu'est ce que je m'emmerde à poser!), un regard perdu dans les rêves (c'est pratique de pouvoir dormir les yeux ouverts !) et une coiffure à la "artistiquement décoiffée".

A mon avis il vaut mieux ça qu'une photo actuelle sur laquelle, toutes les bonnes âmes, et j'en connais quelques unes dont je suis le chef d'équipe, auraient cherché les traces de lifting ou les trous des piqûres de botox.

En tous les cas, sur mon calendrier je raye les jours, comme à l'armée jusqu'à la quille. Vivement le 9 !
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8463
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Mer 1 Oct 2008 - 21:00

Claude, j'aime beaucoup cette photo... mais je trouve juste qu'elle ne correspond pas a priori au contenu d'un livre dressant une sorte de bilan sur un parcours de vie allant jusqu'à aujourd'hui...

Mais tu as raison, c'est peut-être aussi de l'audace d'imaginer que la Françoise de cette époque est toujours là malgré le temps qui court et tente d'effacer même les plus beaux souvenirs d'autant que cette photo présente une sorte de quintessence de la beauté classique, ce qui est loin d'être désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 2 Oct 2008 - 14:23

C'est là que je ne peux pas être d'accord avec toi Jérôme. Ce livre, pour moi, ne peut pas être un bilan parce que ce serait me rappeler que pour moi aussi c'est l'heure du bilan. Nous avons, Françoise et moi, avancé en âge ensemble.
La première photo me faisait un peu peur. Certainement très belle, mais photo de la soixantaine, le sourire mélancolique, le regard triste, un peu perdu, un peu lointain, comme déjà un adieu : "voilà, après ça le rideau va tomber, salut l'artiste !".
Sur le simple plan marketing, j'ai tout de suite imaginé que les gens de mon âge hésiteraient, même pas à acheter le livre, mais à simplement l'ouvrir, tant on avait l'impression d'y voir une nécrologie.
N'oublie pas Jérôme que toi tu vois surtout en elle une artiste. Pour nous elle a été, de plus, une accompagnatrice.
On peut avoir aussi aimé Sheila et Sylvie (et qques autres) mais avec Françoise, il y avait un supplément d'âme.
La deuxième photo me plaît beaucoup bien que je l'ai plaisantée un peu. Elle me rappelle surtout l'époque où Françoise gardait une certaine distance vis à vis de ces obligations médiatiques auxquelles elle pouvait être astreinte parce qu'elle était belle et célèbre. Elle n'était pas dupe, elle ne faisait pas oeuvre impérissable (je parle des photos, pas des chansons).
Elle était jeune, nous aussi, elle nous parlait de ses tourments, et c'était aussi les notres, et nous avons évolué et affronté le monde ensemble.
Tout ça pour dire que la première couv. me renvoie à mes propres soixante ans (61 en fait, merci, je sais que je ne les fais pas) et me met mal à l'aise.
Je n'attends pas un bilan, j'attends la vision d'un parcours que nous avons fait ensemble. Et je ne veux pas qu'on me dise qu'il y a un terminus.
Revenir en haut Aller en bas
Michael
Amateur
Amateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 63
Localisation : Bernay
Date d'inscription : 17/09/2008

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 2 Oct 2008 - 14:30

Bonjour.
Je voulais juste dire ceci à propos de ce livre que je n'ai pas encore lu, bien entendu: il ya loin entre ce qu'imaginent les fans, et la vie réelle d'un artiste. Sur ce blog, où l'on échange bcp de choses, où j'ai appris déjà à connaître un peu mieux Nick Drake et Benjamin Biolay, les mots "culte" et "icône" reviennent comme un cache-misère quasi-automatique. Si vous surfez sur les sites de n'importe quelle autre chanteuse, même la plus "ringarde", vous les trouverez utilisés également à tort et à travers. Cela ne veut rien dire. Françoise est une artiste de talent, dont la carrière s'étire sur de nombreuses années, mais ses périodes d'éclipse sont aussi longues que les années de succès (relatif). A mon avis, placer les artistes que l'on apprécie sur un piédestal est une erreur qui tend à leur faire perdre de leur humanité.
J'ai rencontré la femme à plusieurs reprises, et l'ai trouvée toujours d'une rare agressivité, tendue à l'extrême, quasi-odieuse, avec une grande difficulté relationnelle. L'on ne devient pas ainsi sur la base d'une vie de conte de fée comme tendraient à le faire croire ces résumés hâtifs et exagérément laudateurs. Non, il faut savoir faire la part de la légende publicitaire et de la réalité.
J'aime certaines chansons de la belle, et la tiens pour une artiste de talent, très chanceuse dans l'ensemble, et un humain plein de défauts!... Et j'ajouterai: heureusement.
Un dernier mot à propos de la couverture: la photo choisie, certes très romantique, est peu représentative. Françoise y paraît sublimée, artistement décoiffée (par un coiffeur sans doute), maquillée et...enceinte, selon tte vraisemblance (photo de Catherine Rotulo prise en 72-73?)! Donc, épanouie comme tte femme l'est à ce moment précis de sa vie. Rien à voir avec la deuxième option de couverture nettement plus réfrigérante, passablement lugubre... et conforme à la réalité! Cela dit, avec autant d'affection que possible!!!


Dernière édition par Michael le Jeu 2 Oct 2008 - 15:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cafeastral.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 2 Oct 2008 - 16:48

Je ne crois pas que je veux absolument sublimer l'instant où je lirai l'autobio et que j'aie jamais fait de F.H. une icône devant laquelle je me prosterne tous les soirs.
Tout simplement, elle a débarqué sur les ondes et dans ma vie à un moment où je me posais les mêmes questions qu'elle (et on a été des milliers dans ce cas à ce moment là).
Elle a alors su mettre des mots (parfois pas très justes ou très innicents ou naïfs) sur mon (notre) mal être et, peu ou prou, elle s'est coltinée avec la vie, surtout amoureuse, comme moi je le faisais aussi en même temps ou presque.
Mon attente c'est de voir comment elle a traversé certaines époques, vécu certains événements alors qu'elle était, par rapport à moi, de l'autre côté du miroir (aux allouettes ou non).
Et la première couv. était absolument lugubre comme tu le dis Michaël mais je réagissais égoïstement par rapport à moi, pas par rapport à F.H. qui est peut être devenue irascible et acariâtre. Peu m'importe, pour moi, elle m'a ouvert au temps de l'amour, au temps des amis, ce que me rappelle la deuxième photo, alors que la première me fais irrémédiablement penser à "Tant de belles choses", et c'est nettement moins réjouissant.
Revenir en haut Aller en bas
Michael
Amateur
Amateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 52
Age : 63
Localisation : Bernay
Date d'inscription : 17/09/2008

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Jeu 2 Oct 2008 - 21:16

Je trouve ton analyse très pertinente, je te donne raison sur ts ces points : l'ouverture, le partage, l'amitié, le temps de l'amour.
Je ne te suis pas sur l'idée du miroir: Françoise est exactement du même côté que toi, que n'importe qui. Compte tenu de son background familial (tu découvriras ds le livre qu'il n'est pas léger-léger) elle partait même avec de sérieux handicaps. C'est même ce qui la rend émouvante.
Je n'ai pas on plus le même point de vue sur la personne - je regrette cette sècheresse, et l'écoute beaucoup moins, mais peut-être pas seulement à cause de cela. Presque plus du tout à dire vrai, sauf sur ce site, ou sur Youtube, chaque fois qu'on déterre une vidéo! Et à dire vrai je trouve ces documents assez cocasses! Pas de chorégraphie, pas de mise en scène, une chanteuse famélique morte de trac qui livre son play-back comme une débutante. Et l'on s'extasiait - moi le premier!
Ce qui m'agace, mais c'est devenu une réalité médiatique, ce sont les exégèses savantes, destinées à enjoliver des musiques assez quelconques. Le bavardage néo-critique n'est plus réservé à la seule musique classique. Désormais, la moindre chansonnette peut y avoir droit. A cet égard, le disque "La Question" mérite une palme; presque personne ne le connaît, ne l'écoute, il n'est pas très réussi, d'ailleurs! Bon, c'est un concept-album brésilien, et alors? Les chansons sont inabouties (des brouillons) et la réalisation assez moche. La pauvre Tuca est morte fauchée dans l'indifférence générale, et trente ans plus tard, on vient nous raconter que c'est un pur chef-d'oeuvre réservé aux initiés. C'est là où je m'insurge contre l'icônisation abusive. Mais c'est, je l'avoue, un combat bien secondaire!... Rions-en Smile !...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cafeastral.com
Marc
Invité
avatar


Message(#) Sujet: Un extrait du livre Ven 3 Oct 2008 - 7:40

Extrait du désespoir des singes

Je suis née pendant une alerte, le 17 janvier 1944, vers vingt et une heures trente, à la clinique Marie-Louise, en haut de la rue des Martyrs1, dans le IXe arrondissement de Paris, où, quelques mois plus tôt, un certain Jean-Philippe Smet avait vu le jour. Ma mère a souvent raconté que j'avais pleuré chaque nuit du premier mois de ma vie, mais qu'elle n'était jamais venue. Au bout d'un mois, se vantait-elle, fière de n'avoir pas cédé à ce qu'elle prenait pour un caprice, j'avais compris et ne pleurais plus. Je pense aujourd'hui que j'avais compris que plus vous appelez, moins on vient, qu'il faut ravaler ses larmes et ne rien demander à personne.

Comment en vouloir à ma mère ? Elle n'avait que vingt-trois ans et croyait bien faire. Elle croyait sans doute bien faire aussi en cédant à son désir d'enfant, exacerbé par un avortement récent, alors qu'elle n'était même pas amoureuse de mon père, un homme marié, qui jouissait d'une situation sociale très supérieure à la sienne. Sans doute en avait-elle déduit qu'il ferait un bon père, au moins capable d'assurer le confort matériel de sa progéniture.

Leur rencontre fut aussi banale que pittoresque. La beauté exceptionnelle de ma mère attirait d'autant plus les regards qu'elle mesurait un mètre soixante-dix-huit, ce qui, dans les années quarante, était peu courant. Subjugué à la seconde même où il l'aperçut dans la rue, mon père entreprit de la suivre et ma mère, qui l'avait vite repéré, s'amusa à le faire marcher dans tous les sens du terme en l'emmenant d'un pas martial de la gare Saint-Lazare à la gare du Nord. Au bout d'une heure, elle ne put s'empêcher de rire devant sa constance et c'est ainsi que la glace fut rompue.

Mais que de disparités entre eux ! L'âge d'abord : vingt ans de différence. Le milieu social ensuite : grande famille bourgeoise originaire de Normandie et sise à Blois du côté de mon père qui dirigeait une entreprise de machines à calculer et dont les frères - amiral, père jésuite2, médecin, éditeur-imprimeur... - avaient fait des études et reçu une formation musicale. Ma mère était, quant à elle, la troisième et dernière fille de petits employés de banque qui ne lisaient que le journal et maîtrisaient mal la langue française. Ils habitaient rue du Tilleul à Aulnay-sous-Bois, dans un modeste pavillon en meulière entouré d'un jardin où ils avaient élevé leurs trois filles en tirant le diable par la queue. Trop en chair, l'aînée, Suzanne, se maria avec le premier qui voulut d'elle, Louis, un ouvrier fraiseur qu'elle suivit au Blanc-Mesnil où ils firent neuf enfants coup sur coup, en ayant à peine de quoi les nourrir. De constitution plus fragile, Marie-Louise contracta la tuberculose à une époque où cette maladie se soignait mal et faisait de vous un pestiféré. Venue à Paris pour vivre sa vocation d'artiste peintre, elle adhéra au parti communiste et, malgré les intempéries et les crachements de sang, distribua L'Humanité chaque dimanche à la sortie des églises, le catholicisme étriqué de sa mère n'étant sans doute pas étranger à la radicalité d'un idéal politique qu'à aucun moment elle ne remettrait en cause. Après avoir obtenu son brevet, la cadette, Madeleine, chercha tout de suite un travail dans la capitale, en partie pour se dégager à son tour d'un environnement familial étouffant.

Le décalage le plus important entre mes parents concernait cependant les sentiments qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Mon père était fou amoureux - le démon de midi, peut-être -, alors que ma mère se sentait seulement flattée qu'un homme de sa condition s'intéresse à elle. Il faut dire qu'elle n'avait pas reçu beaucoup d'affection de la part de sa propre mère qui, n'ayant ni sa beauté ni son allure, ne se reconnaissait pas en elle et lui lançait à longueur de temps des piques aussi agréables à entendre que « Pour qui elle se prend celle-là ? D'où elle sort ? »... Il n'en avait pas fallu davantage pour que ma mère finisse par se croire sortie d'une cuisse plus jupitérienne que celle de cette femme méprisante à qui elle ressemblait si peu et se construise une personnalité dont l'individualisme, l'indépendance, l'orgueil constituaient les traits dominants et masquaient une terrible béance affective. Peu avant son décès, survenu en 1991, elle me confierait qu'elle craignait d'autant moins la mort qu'elle l'avait appelée de ses vœux dès son plus jeune âge.

La hargne de ma grand-mère visait également la gent masculine. À l'entendre, tous les hommes étaient des salauds qui ne cherchaient qu'à coucher avec les jeunes femmes. C'était d'autant plus paradoxal qu'après avoir été renvoyée du couvent par une mère supérieure qui n'avait pas décelé chez elle la moindre trace de vocation religieuse (« Mariez-vous ma fille », lui recommanda-t-elle), Jeanne Milot épousa Alexandre Hardy, un homme suffisamment « pur » et honnête à ses yeux, qui ne la tromperait jamais. Amoureux transi de cette rousse plantureuse qui allait s'avérer égocentrique, bornée, frigide et castratrice, mon grand-père se ferait continuellement rabrouer, en particulier chaque fois qu'il aurait pour elle des attentions touchantes de maladresse. Il finirait par se réfugier dans un mutisme total, ne se souciant plus que de son poulailler et de son jardin, tout en compensant ses frustrations par la lecture d'Intimité et de Nous deux. À sa décharge, ma grand-mère était orpheline de mère et avait, toute petite, été mise en pension par un père dépassé qui resterait l'unique personne à qui elle ait tenu et qu'elle appellerait jusqu'à la fin de sa vie « mon papa à moi ».

Mon grand-père m'adressa la parole une seule fois, en 1962, quand je fus brusquement propulsée sur le devant de la scène. Au moment où je partais, sur le pas de la porte du petit pavillon construit de ses mains, il me demanda soudain : « Es-tu heureuse au moins ? » Je ne devais plus revenir à Aulnay et j'ai du mal à contenir mon émotion quand j'en parle. Que de tendresse dans ces simples mots ! Et comme il était étrange de les entendre dans la bouche d'un homme qui avait dû taire ses sentiments depuis si longtemps qu'il semblait devenu indifférent à tout !

Lorsque, malgré elle, ma mère tomba à nouveau enceinte, à l'automne 1944, mon père rejeta catégoriquement la perspective d'un autre enfant, que la difficulté des temps et l'irrégularité de leur situation n'encourageaient guère. Après avoir pesé le pour et le contre, elle décida cependant de le garder. Michèle naquit le 23 juillet 1945 et ma mère, qui travaillait à mi-temps en tant qu'aide-comptable et peinait à joindre les deux bouts, la confia tout bébé à ma grand-mère. De là naquit une complicité entre elles deux dont je fis les frais. Dont, à la réflexion, nous fîmes toutes deux les frais.

Ma mère n'a jamais pu passer une seule nuit avec un homme. Elle évoquerait sa frigidité une seule fois, avant de mourir, sans être en mesure de la connecter à la façon dont elle avait dû se blinder pour pallier ses manques affectifs. Un soir où mon père avait été surpris par le couvre-feu en vigueur pendant l'Occupation, il vint frapper à la porte du deux pièces qu'il louait pour elle au 24 de la rue d'Aumale et elle refusa de l'héberger. Mais, se justifiait-elle, dès lors qu'elle avait eu des enfants avec lui, elle considérait leur lien comme indéfectible. Aussi tomba-t-elle de haut quand, au bout de quatre ans du traitement peu gratifiant qu'elle lui infligeait, elle découvrit que le père de ses enfants la trompait. Au prix de quelles ruses réussit-elle à rencontrer sa rivale pour lui montrer une photo de leurs deux petites filles ? Celle-ci fut si indignée qu'elle rompit aussitôt avec mon père, lequel prit définitivement ma mère en grippe. Ils ne se parlèrent plus qu'au téléphone et sur le mode du vouvoiement.


*
* *
Ma sœur et moi vécûmes une enfance et une adolescence en vase clos entre la maison d'Aulnay et le petit appartement du IXe arrondissement où ma mère ne recevait personne : tout au plus un amoureux éconduit, Jean Isorni, frère du célèbre avocat, puis, beaucoup plus souvent, à partir des années cinquante, Gilbert von Giannellia, un baron autrichien qui travaillait à l'OCDE et passait son temps libre aux courses hippiques où il perdait jusqu'à son dernier centime. Il fut probablement le seul homme dont ma mère ait été amoureuse et elle si belle, si fière, je la surprenais souvent en larmes au téléphone à cause de lui qui la mettait en devoir de l'aider financièrement alors qu'elle n'avait pas un sou. Je voyais donc d'un mauvais œil ce monsieur dont elle avait fait le parrain de ma sœur et qui tentait vainement d'obtenir mes bonnes grâces en m'affublant du détestable surnom de « Framboise ». À mon intense soulagement, ils ne vécurent jamais ensemble.

Je vouais à ma mère une passion d'autant plus exclusive qu'il n'y avait qu'elle à aimer et que j'étais la première personne pour qui elle éprouvait des sentiments profonds. Ma sœur m'inspirait d'autant moins la tendresse suscitée en principe par plus petit que soi, que j'aspirais confusément à avoir notre mère pour moi seule et fus mise beaucoup trop tôt devant mes responsabilités et devoirs contraignants d'aînée alors que notre différence d'âge était à peine d'un an et demi. Par la suite, le fossé allait se creuser entre Michèle, qui faisait sortir ma mère de ses gonds en lui désobéissant systématiquement, et moi, triste incarnation de l'ordre et de la discipline, qu'elle faisait tourner en bourrique. Autour de sa vingtième année, elle me confierait qu'elle n'avait jamais ressenti autre chose que de la crainte pour notre mère dont, en effet, l'inflexibilité en effrayait plus d'un et qui, des décennies plus tard, m'avouerait de son côté ne s'être jamais-sentie d'atomes crochus avec sa fille cadette.


--------------------------------------------------------------------------------
1. Après le concert de mon fils Thomas à La Cigale, le 11 décembre 2007, je suis passée rue des Martyrs et j'ai constaté que la clinique se trouvait dans une impasse fermée par une grille. L'association alerte, martyrs, impasse, grille m'a fait rire.

2. Pendant la guerre, le père Victor D. se porta volontaire en tant que prêtre ouvrier pour aller dans un camp aider ceux qui y étaient retenus prisonniers. Il mourut à Dachau.


(source : http://www.franceloisirs.com/catalogue/produit.jsp?eVar3=search&docId=20863821410254563)
Revenir en haut Aller en bas
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1262
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Le désespoir des singes et autres bagatelles Ven 3 Oct 2008 - 9:23

Merci pour cet extrait, j'ai apprécié cette lecture. En circulant dans la forêt psychologique de son entourage, Françoise plante le décor de son enfance. Un coin du décor, du moins.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le désespoir des singes et autres bagatelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: L'univers de Françoise :: Livres-
Sauter vers: