Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9 Sam 2 Sep 2017 - 9:34



Michel FIELD : Vous vous sentez coupable de quoi ?

Françoise HARDY : De tout et de rien ... Si je vais au fond des choses, mais est-ce que - comment dire ? - ce ne sont pas mes mécanismes de défense qui se mettent en branle quand je dis ce que je vais dire, si je vais au fond des choses, je me dis: bon qu’est-ce qui est demandé finalement ? Finalement on est propulsé sur cette terre, on sait faire ci et ça, pas grand’ chose ... bon, moi c’est sûr que je suis complexée de ne savoir faire que, de temps à autre, un petit texte de chansonnette, et je me dis: bon, c’est ça que je sais faire, c’est ça qu’il m’a été donné de faire, alors quand je le fais, ce qu’il faut, c’est le faire le mieux possible. Faire le mieux possible ce qu’on sait faire. Point. Je me dis que ce n’est peut-être pas la peine de se torturer, de se dire finalement: qu’est-ce qu’a été ma vie, une bien petite vie ... si ce que je sais faire c’est des tartes aux pommes, et bien faisons-les le mieux possible, avec le plus d’amour possible. C’est déjà pas si mal.

Michel FIELD : Je ne vois pas trace de culpabilité ...

Françoise HARDY : Vous savez bien qu’il y a plusieurs personnes en chaque personne et j’ai donc utilisé celle qui est confortable ...
Michel FIELD : Et quand vous culpabilisez ? Est-ce qu’il y a un sentiment douloureux ?

Françoise HARDY : Je me dis toujours, quand je pense à mon fils par exemple, que je n’ai pas donné assez ... J’ai l’impression qu’on ne donne jamais assez et, en même temps, c’est toujours un dialogue entre une partie de soi et une autre.

Michel FIELD : Avez-vous assez reçu ?

Françoise HARDY : Je crois que ma mère m’a beaucoup donné, mais d’un autre côté il y a aussi le pourquoi du don. Il y a des personnes pour qui donner correspond plus à leur besoin qu’au besoin de l’autre, et qui vont donner en fonction de leur besoin à elles, et non de celui de l’autre et elles vont donner trop, à tel point que l’autre va être accablé, se sentir redevable à vie, ce qui est aussi difficile à supporter.
Dans tout, dans chaque domaine (on parle comme ça, on est bien confortables d’une certaine manière) tout est une question de dose, d’équilibre: un petit peu plus, un petit peu moins, c’est subtil, on bascule dans le négatif ou dans le positif ... 1/2 seconde de différence: on bascule de la vie ici à une vie dans l’au-delà , c’est à dire la mort ... ou à rien du tout, au néant ... Ça tient vraiment à un fil. Donc quand on pense à ça, au fait que tout tienne à un fil, on ne se sent pas si confortable que ça, fatalement ...

Michel FIELD : Vous avez le sentiment d’avoir fait souffrir autour de vous ?

Françoise HARDY : Oui ... Entre autre en refusant d’aller vers des gens qui venaient à moi et souhaitaient que j’aille à eux ...
Mais dès que je sentais un décalage trop important entre l’affection, les sentiments que l’on semblait me porter et ce que j’éprouvais moi-même, je ne voulais pas entrer dans une relation qui me paraissait bancale dès le départ. Je pense donc que j’ai fait du mal à ces personnes, mais peut-être était-ce un mal pour un bien ...

Michel FIELD : C’est arrivé souvent ?

Françoise HARDY : Pas très souvent, parce que je me barricade beaucoup, ce qui fait que les personnes qui finissent par avoir accès à moi ont dû y mettre un acharnement déjà effrayant en lui-même. En général, ce sont les circonstances qui font que l’accès se fait, jamais une volonté forcenée de l’autre qui constitue la pire base à mes yeux pour une éventuelle relation. C’est facile de parler de ce type de souffrance infligée, que l’autre vous amène aussi d’une certaine manière à lui infliger, mais je crois que la souffrance fait partie de la vie et des relations humaines, qu’elles soient amoureuses ou amicales, quelles qu’elles soient.
La souffrance peut être une bonne chose d’ailleurs puisque c’est seulement à partir de là que l’on est amené à se mettre en question, à réfléchir, approfondir les domaines en rapport avec ce qui nous fait souffrir. La souffrance est inhérente à la condition humaine et il vaut mieux ne pas trop la refuser parce que si on la refuse, on ne vit plus - comme moi d’ailleurs ... non, je plaisante ...

Michel FIELD : ....

Françoise HARDY : Je vais devoir monologuer puisqu’il se tait ... Il est atteint de mutisme ... En ce qui concerne les relations amicales ou amoureuses, il y a parfois des personnes qui veulent tout de vous, qui attendent tout .... j’arrête parce que ce que je dis n’a aucun intérêt ... une autre question ?

Michel FIELD : Finissez au moins la phrase ...

Françoise HARDY : C’est difficile parfois de choisir entre soi et l’autre. Il y a des personnes qui - pour des raisons X - ont un certain besoin de vous ... D’une certaine manière elles veulent prendre quelque chose de vous, sans rien donner en échange, si bien que vous êtes dans une situation où vous devez choisir entre vous et l’autre, tout en sachant que si vous vous choisissez vous, vous risquez de mettre l’autre dans une situation très pénible puisqu’il vous prend pour Dieu ... D’un autre côté, si vous choisissez la personne qui met tous ses espoirs en vous, vous y passez. Ça n’est pas intéressant ce que je raconte là , je l’ai déjà dit avant autrement .... Non ? Il me semble ... Il me sourit énigmatiquement, je ne dirai rien de plus ... ... Voilà: il y a des gens qui bouffent les autres et puis il y en a d’autres qui se font bouffer tout en pensant qu’ils pratiquent la charité chrétienne, alors qu’ils ne font que se faire bouffer. C’est très difficile de faire le distinguo, moi j’ai du mal à le faire ... Cette phrase était lumineuse ... Il me fixe d’une manière ... Je suis obligée de me tortiller sur mon siège ....
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1267
Age : 48
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9 Sam 2 Sep 2017 - 14:20

Elle est sur un divan, en fait? Je ne me l'étais pas mis en scène. Il est décidément redoutable, Michel Field. On a toujours l'impression qu'il vous pousse à un examen de conscience plus pointu. Il donne l'impression que celui qui répond à ses questions ne cesse de s'esquiver. Françoise joue le jeu du mieux qu'elle peut.
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9 Dim 3 Sep 2017 - 18:18

Françoise Hardy est en face à face mais effectivement les questions de Michel Field, du moins dans ce passage de l'interview ont une forte analogie avec celles que poserait un analyste. Wink

D'ailleurs, Françoise Hardy qui a visiblement du mal à supporter le silence soliloque en allant jusqu'à se moquer d'elle-même, ce qui est au final assez savoureux.

Françoise Hardy a écrit:
La souffrance est inhérente à la condition humaine et il vaut mieux ne pas trop la refuser parce que si on la refuse, on ne vit plus - comme moi d’ailleurs ... non, je plaisante ...
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9

Revenir en haut Aller en bas
 
Octobre 1996 - Entretien avec Michel Field - Partie 9
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: