Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Interview pour Canal + - Partie 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8471
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Interview pour Canal + - Partie 3 Mar 7 Nov 2017 - 22:01

Gilles VERLANT : Malgré votre "laideur extrême" vous faites rapidement la couverture de Paris-Match puis de Salut les copains, et vous rencontrez le photographe Jean- Marie PERIER qui devient votre fiancé ...

Françoise HARDY : J'ai rencontré Jean-Marie quelque mois après la sortie de "Tous les garçons et les filles" : le magazine Salut les copains venait de démarrer et il en était le photographe vedette. Qu'est-ce que je peux dire de plus ? Qu'il a été quelqu'un de très important dans ma vie, qu'il a été le premier homme qui ait réellement compté et qu'il m'a considérablement aidée. Je sortais de mon trou, littéralement, j'avais vécu entre ma mère et ma sœur sans jamais voir grand monde, j'étais complètement ignorante et innocente. Jean-Marie m'a conseillée, m'a influencée, j'ai beaucoup appris à son contact. Il était un petit peu plus âgé que moi, il sortait d'une famille très différente et il connaissait beaucoup de choses, en particulier sur le monde artistique.

Gilles VERLANT : Il nous a dit que lorsqu'il vous a rencontrée, vous n'aviez aucun goût vestimentaire ... Et pourtant, pratiquement dès vos premières photos, vous êtes devenue un symbole du look de ces années là !

Françoise HARDY : Quand j'ai commencé à chanter, je ne savais absolument pas m'habiller, ça n'a pas changé d'ailleurs, ça m'ennuie ! J'ai commencé à me préoccuper de mes tenues vestimentaires à partir du moment où j'ai fait de la scène. C'est comme cela que je me suis retrouvée avec des couturiers comme André Courrèges ou Paco Rabanne. Dès le moment où j'ai arrêté de faire de la scène, je ne me suis plus du tout souciée de mon look, je m'habille toujours pareil.


Françoise HARDY : A cette époque, il ne se passait pas une semaine sans qu'il y ait obligation de faire un reportage photo. J'étais donc obligée de faire attention à ce que je portais et, les gens ne me croient pas quand je dis ça, j'ai une morphologie telle que peu de choses me vont. En tout cas, je me sens bien dans peu de vêtements ... Il est difficile d'allier le confort et un minimum d'élégance et au début des années soixante, j'ai eu l'impression que les minijupes me convenaient plutôt bien, c'est pour ça que je les ai adoptées ...

Gilles VERLANT : On se souvient de vous portant des robes métalliques de Paco Rabanne ...

Françoise HARDY : J'allais souvent chanter à Londres où les journalistes étaient très à l'affût de ce que j'allais porter comme tenue de scène. Ils me considéraient comme une représentatrice de la mode française : pas question de venir deux fois de suite avec le même ensemble ! J'avais donc demandé à Paco de me confectionner une tenue et je me suis retrouvée avec une combinaison métallique qui pesait seize kilos. Moi qui étais déjà très statique sur scène, je ne pouvais plus bouger du tout ! En plus, le poids de la tenue entraînait l'entrejambe qui descendait au fur et à mesure. Résultat, Paco devait m'envoyer non pas des couturières, mais des ouvriers munis de tenailles, de tournevis, de marteaux, pour remontrer l'entrejambe de cette tenue diabolique mais qui était, je tiens à le préciser, très belle !"
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
Interview pour Canal + - Partie 3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: