Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Interview pour Canal + - Partie 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9468
Age : 55
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Interview pour Canal + - Partie 6 Sam 18 Nov 2017 - 8:41

Gilles VERLANT : Etienne Daho vous a qualifié de "sublime androgyne".

Françoise HARDY : Je constate mon androgynie, je n’ai pas de complexes par rapport à cela, au contraire je trouve que ça peut être un atout. Sauf que j’ai beaucoup de mal à trouver des vêtements qui m’aillent, c’est même la croix et la bannière, parce que finalement, l’androgynie, ce n’est pas le modèle courant !

Gilles VERLANT : On arrive en 1967, une année importante, celle de votre rencontre avec Jacques Dutronc ...

Françoise HARDY : Nous nous étions déjà croisés, Jacques et moi, parce que nous avions le même directeur artistique, l’éditeur Jacques WOLFSOHN. Quand nous nous sommes revus en 67, Jacques sortait d’une rupture, en fait il devait se marier et deux jours avant la cérémonie, il avait tout annulé. De mon côté, je venais aussi de vivre une séparation. On sortait souvent ensemble avec Wolfsohn, on allait dans des boîtes, et je voyais ce Dutronc, que je trouvais évidemment très, très séduisant, entouré de minettes. Je me disais que je n’avais pas la moindre chance, vu qu’il semblait avoir une vie personnelle assez dévergondée ... Pourtant, au bout d’un certain temps, j’ai cru percevoir, à des signes infimes, qu’il y avait peut-être une petite réciprocité. Tout ceci a été extrêmement long car j’étais incapable de faire le premier pas vers lui et il en était presque aussi incapable que moi.


A un moment je me suis dit que rien ne se passerait jamais entre nous ... Puis il y a eu une sorte de complot entre lui et ses copains, nous étions en Corse, ses copains se sont éloignés, je me suis retrouvée seule avec lui et ça s’est fait comme ça ... Une nuit tout à fait extraordinaire, je ne parle pas du dénouement, mais des prémices ... Extraordinaire parce qu’il n’a pas cessé de parler et malheureusement comme ceci était très arrosé, pour nous donner du courage, je n’ai aucun, mais alors, aucun souvenir de ce qu’il a pu me raconter pendant des heures. Comme c’est quelqu’un qui parle très peu, je regrette vraiment d’avoir tout oublié !

Gilles VERLANT : Quand nous l’avons interviewé pour cette émission, Jacques nous a raconté que vos chansons, déjà à l’époque de votre rencontre, lui filaient le bourdon ...

Françoise HARDY : Je prends ça comme un grand compliment ! Excessif, même !
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
Interview pour Canal + - Partie 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Presse-
Sauter vers: