Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 Françoise Hardy dans Hep Taxi ! - 11ème extrait

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9484
Age : 55
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Françoise Hardy dans Hep Taxi ! - 11ème extrait Dim 11 Mar 2018 - 22:18

Jérôme Colin : Vous croyez que... Oh je ne sais pas. On ne peut pas se satisfaire d’un amour ?
Françoise Hardy : C’est quand même difficile. A moins de vivre dans un village où il y a 10 habitants. Non, mais c’est difficile parce qu’il y a forcément une lassitude qui s’installe. Il n’y a pas qu’une personne séduisante, et en plus avec le temps, les travers de l’autre se révèlent. Il devient moins attirant. Il devient agaçant même, par moment. Et puis vous pouvez très bien rencontrer quelqu’un qui va….



Jérôme Colin : Mais c’est triste de parler avec vous !
Françoise Hardy : Qui va inspirer en vous à nouveau une espèce d’illusion comme ça de prince charmant idéal. Etc.

Jérôme Colin : Eh hop, on tombe. Vous faisiez ça vous ?
Françoise Hardy : Honnêtement, ça m'est arrivé bien sûr…

Jérôme Colin : Pour se sentir en vie ?
Françoise Hardy : Oh ben non, pas du tout. Ce n’est pas du tout parce que quand ça arrive, on est très… Comment dire, on est très catastrophé d’une certaine manière. On ne fait rien pour que ça arrive. Moi je n’ai jamais rien fait pour tomber amoureuse de qui que ce soit. Mais d’un seul coup, je me suis aperçue que cette personne… Eh ben voilà ! j’étais amoureuse de cette personne. Oh mon dieu ! Mais quelle horreur. Que faire ? Parce qu’en même temps, je n’ai pas… je n’ai pas comment dire ! Comment savoir si l’autre éprouve la même chose que vous. Et on a peur de dire ce qu’on ressent. On a peur de mettre l’autre dans un endroit profond. On attend d’avoir des petits signaux de l’autre. Et moi, les petits signaux, je ne les vois pas forcément. Ou alors si je les vois, j’ai peur de les inventer. Voyez donc ! C’est très compliqué. Dans mon cas, c’est compliqué.

Jérôme Colin :: C’est un peu désespérant de parler avec vous, Françoise !
Françoise Hardy : Mais non, mais non, parce que c’est bien d’avoir plusieurs amours, plusieurs passions. C’est bien aussi.

Jérôme Colin : Oui, mais ça veut dire aussi que de toute façon, c’est voué à l’échec.
Françoise Hardy : Non, ce n’est pas voué à l’échec. Par exemple, mon futur veuf, on se connait quand même depuis plus de 40 ans. D’une certaine manière, on est encore ensemble. On vit dans les mêmes endroits. On vit dans le même appartement à Paris, dans la même maison en Corse.



Jérôme Colin : Est-ce que vous vous aimez ?
Françoise Hardy : Oh alors... Ce n’est pas du sentiment amoureux. C’est un amour, un lien, disons, qui est fait de tas de choses. Du fait d’avoir vécu ensemble nos plus belles années. Du fait d’avoir eu un enfant ensemble dont on est très fier l’un et l’autre. C’est ce qui compte le plus pour nous évidemment.

Jérôme Colin : Est-ce que ça suffit pour être heureux ?
Françoise Hardy : Oh ben non. Mais être heureux, être heureux…

Jérôme Colin : Arrêtez, pas ça non plus !
Françoise Hardy : Non, mais être heureux... Oh mais vous savez. Oh mais je peux vous dire le contraire de ce que je vous dis donc… Alors, si vous m’y poussez...

Jérôme Colin : Non, mais est-ce que ça suffit pour être heureux ?
Françoise Hardy : Voyez là par exemple, nous roulons, nous voyons des arbres, etc. Moi je suis heureuse de voir des arbres.

Jérôme Colin : Ah, moi aussi !
Françoise Hardy : Je suis heureuse de voir des arbres. Je suis heureuse de me promener dans la nature. Il fait beau. On parle. J’étais sujette à des petits malaises ces temps derniers, et là ça fait trois jours que je n’ai pas de malaise. Donc, je suis très heureuse. Des malaises non végétatifs. Ne vous inquiétez pas ! Mais vraiment des malaises qui me posaient problème. Ça fait 3 jours que je n’en ai pas. Donc, je suis très heureuse. Il y a toujours plein de raisons de se réjouir.



Jérôme Colin : Tout à fait !
Françoise Hardy : Mais des petits bonheurs, pas des grands grands bonheurs parce que malgré tout… pff Si on réfléchit un tout petit peu à ce qui nous guette, à ce qui nous attend. Moi je refuse d’y penser, je refuse d’y penser. Plus on avance en âge, moins il faut y penser. Voilà ! Et j’arrive à ne pas y penser. Voyez ...
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Lil' Bear
Fanissime
Fanissime
avatar

Masculin Nombre de messages : 1354
Age : 49
Localisation : France
Date d'inscription : 03/02/2008

Message(#) Sujet: Re: Françoise Hardy dans Hep Taxi ! - 11ème extrait Lun 12 Mar 2018 - 13:16

Et oui. Hier je me balade, et j'entends un oiseau qui chante comme un fou au sommet d'un arbre. Je ne le vois pas, mais son chant propage une gaîté surnaturelle sur l'environnement. Dans ce chant d'oiseau se concentrent tous les moments de joie, d'innocence ou de contemplation qui ont accompagné notre vie, comme un parfum ou une musique vivifiante et familière.
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise Hardy dans Hep Taxi ! - 11ème extrait
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Télévision :: Entretiens-
Sauter vers: