Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 12 avril 2018 - Moustique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 9424
Age : 55
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 12 avril 2018 - Moustique Jeu 12 Avr 2018 - 20:21

Interview : Françoise Hardy "Arrivée à l'âge que j'ai..."

12/04/2018

Luc Lorfèvre



Pour des raisons de santé et par manque d’envie, elle avait tiré un trait sur sa carrière. Son retour inespéré avec “Personne d’autre” montre qu’elle a encore de belles choses à nous dire.

Françoise Hardy va bien. Elle est radieuse. Souriante. Pétillante. Et toujours en voix. Mais la vraie bonne nouvelle, c’est qu’elle nous revient avec un album. Son vingt-huitième si l’on inclut ses disques enregistrés en anglais. Sur “Personne d’autre”, Françoise Hardy chante le départ (Le large, très beau single écrit par La Grande Sophie), le “peu de temps qui lui reste” (Train spécial) mais aussi la sérénité. Il y a du piano, des cordes et aussi une belle guitare électrique sur You Are My Home, chanson en anglais signée Yael Naim dont la trame mélodique évoque le crépusculaire Black Hole Sun de Soundgarden.

Au creux de la plage qui donne son titre à l’album, Françoise Hardy évoque sa relation particulière avec Dutronc. Elle et Jacques mènent une vie séparée depuis la fin des années 90. Lui en Corse avec ses copains, elle à Paris dans la solitude. Même s’ils ne se voient guère, ils restent complices à leur façon. “Je ne lui ai pas fait parvenir le fichier MP3 de mon disque. Cela ne servirait à rien. Je sais qu’il n’écoute pas ce qu’on lui envoie. Mais la prochaine fois que nous nous voyons, je lui donnerai en mains propres un exemplaire physique.”

Voici exactement trois ans, Françoise Hardy nous avait fait très peur. Après avoir été diagnostiquée d’un lymphome, elle avait cessé la promotion de son ouvrage Avis non autorisés. Une mauvaise chute avec multiples fractures avait entraîné une hospitalisation. Elle était restée quasi inconsciente pendant trois semaines. “Une partie des médecins pensaient que je n’avais aucune chance. Lorsque je me suis réveillée, j’ai appris qu’ils avaient appelé mon fils Thomas pour qu’il se prépare au pire.”  Elle a relaté sa maladie avec beaucoup d’humour dans Un cadeau du ciel paru aux Éditions des Équateurs en 2016. Et alors qu’elle n’y pensait plus, l’envie d’enregistrer un disque lui est revenue. “J’avoue que je n’y croyais plus”, nous confie-t-elle dans la suite d’un hôtel parisien bordant les Champs-Élysées. “Mon label ne cessait de me relancer en me proposant des chansons d’artistes branchouilles que je n’aimais pas. Et puis en cherchant une vidéo de mon fils sur YouTube, je suis tombée par hasard sur Sleep, une magnifique mélodie du groupe finlandais Poets Of The Fall. Je l’ai fait écouter à mon producteur Érick Benzi qui m’a aidée à l’adapter. Et puis sans rien demander, d’autres chansons sont arrivées.



Dans Train spécial, vous chantez “il nous reste peu de temps”. C’est sans équivoque?

FRANÇOISE HARDY - Bien sûr. Il ne faut pas se mentir. Arrivée à l’âge que j’ai, il est normal d’angoisser dès que survient un pépin de santé. On se dit alors qu’il nous reste peu de temps, que c’est peut-être le début de la fin. Avec les épreuves que j’ai traversées ces dernières années, j’y pense forcément. De plus en plus souvent.

Et ça vous met dans quel état?

Je reste assez sereine par rapport à la mort car  je suis plus réceptive qu’avant à l’idée de réincarnation. J’ai dévoré Une nuit, le dernier ouvrage de Trinh Xuan Thuan (spécialiste vietnamien de l’astronomie extragalactique et écrivain - NDLR). En m’intéressant à la réincarnation et à l’astrophysique, les horizons se sont ouverts. Ces lectures me font du bien. Avant, j’étais addict à Agatha Christie, maintenant j’ai besoin d’ouvrages plus profonds.

Dans le clip illustrant Le large, le réalisateur François Ozon vous filme devant un jeune homme comme si vous lui passiez le flambeau.

Oui, c’est tout à fait cela. J’adore cette idée d’un petit garçon à table avec cette dame qui n’a plus beaucoup de temps pour elle. À la fin du clip, elle ouvre la porte. Vers la lumière. Vers la vie. Car je crois forcément qu’il y a une autre vie après la mort. Quand François Ozon est venu me voir pour cette vidéo, il m’a montré des photos de films d’Ingmar Bergman. Il voulait aussi que je tourne pieds nus et en robe de nuit. C’était d’un lugubre… Heureusement, avec la maquilleuse, nous avons réussi à le faire changer d’avis et je suis très contente de son travail qui colle parfaitement au message d’espoir de cette chanson.

Vous reprenez Seras-tu là ?, une chanson que Michel Berger avait écrite en 1975, après sa rupture avec Véronique Sanson. Pourquoi l’avoir incluse sur “Personne d’autre”?

C’est une grande mélodie. Il y a de la tristesse et de la mélancolie. Et pour moi, il n’y a pas de belle chanson sans ces deux éléments. En 2014, j’avais enregistré Seras-tu là? en duo avec Julien Clerc pour l’album caritatif “Kiss & Love”. Julien était malade ce jour-là et a été très mal dirigé. J’étais frustrée d’être passée à côté de cette chanson magnifique, mais j’avais conservé mes prises de voix dans un tiroir pour une éventuelle publication future. 



Votre première rencontre avec Michel Berger remonte à 1973. Vous êtes alors enceinte de Thomas et vous enregistrez Message personnel qui sera votre plus gros tube. Le plus beau moment de votre vie?

Comme toujours avec moi, c’est très mitigé. Lorsque j’apprends que je suis enceinte, c’est effectivement le plus beau jour de ma vie. J’en rêvais depuis deux ou trois ans. Mais dès que je sors de chez ma gynécologue, je suis prise d’angoisse. Je sais que Jacques doit partir en tournée le lendemain à Tahiti et je n’ose pas lui annoncer la nouvelle, de peur de le déranger. Je passe devant son appartement et je me force à monter. Il est avec tous ses copains. Je lui dis que nous allons avoir un bébé et je repars très vite. Quand Michel Berger me fait écouter la mélodie de Message personnel, je sais qu’on tient une toute grande chanson. Michel me demande d’écrire un texte en introduction. J’y raconte ce que je ressens à ce moment-là: la maternité que je vis seule, mon envie d’être avec Jacques, le fait que je n’ose pas le déranger… Donc, pour répondre à votre question, Thomas est la meilleure chose qui me soit arrivée, mais ce fut aussi une période très difficile.

Dans votre autobiographie Le désespoir des singes, vous racontez que Message personnel est la première chanson pour laquelle  Jacques Dutronc vous a complimentée. Est-ce encore arrivé par la suite?

Jacques et Serge Gainsbourg m’ont dit le même soir qu’ils avaient été éblouis par Message personnel. Quel bonheur pour moi! Trente ans plus tard, Jacques m’a refait le coup. Il était chez une amie quand il a entendu Tant de belles choses. Il m’a appelée pour me dire: “Je suis avec des gens. Heureusement qu’il y a la fumée de mon cigare et mes lunettes de soleil pour cacher mes larmes. Je sais que tu parles de moi dans cette chanson”. J’étais tellement touchée que je n’ai pas osé lui dire que Tant de belles choses s’adressait à Thomas.

De Biolay à Damon Albarn en passant par Souchon, on ne compte plus les artistes avec qui vous avez chanté en duo. Quel est le plus marquant d’entre eux?

Je garde un souvenir particulièrement émouvant de la reprise de Que reste-t-il de nos amours? de Charles Trenet que j’ai interprété avec Alain Bashung. J’ai rencontré Alain en 1994 aux studios ICP, à Bruxelles. J’enregistrais “Le danger” dans  le petit studio  alors que lui terminait “Chatterton” dans la pièce principale. C’est la  première fois que je croisais quelqu’un de plus timide que moi. Nous avons parlé de notre admiration commune pour Que reste-t-il de nos amours?... Il m’a proposé de la chanter en duo pour une émission sur France 4 et nous l’avons ensuite enregistrée pour mon album “Parenthèses”. J’avais un trac terrible. Parce que c’était Bashung et aussi parce que Que reste-t-il de nos amours? est une chanson sacrée. Lui qui est aussi    taiseux que Jacques Dutronc m’a répondu du tac à tac: “Il en va des très belles chansons comme il en va des très belles femmes. Il ne faut pas les respecter”. Jamais je n’oublierai ce moment.

Datant de 1967, votre chanson Voilà est dans le soundtrack de la série ado The End Of The Fuckin World alors que vos premiers albums sont réédités en vinyle. Quel regard portez-vous sur ces enregistrements?

J’ai honte de certains textes que j’ai écrits au début de ma carrière, mais c’est mieux de commencer par des mauvais textes car on ne peut que s’améliorer. Quand j’ai enregistré mon premier album, ma référence était la chanson So Sad des Everly Brothers. C’est du moins ce que j’ambitionnais. Mais quand j’ai entendu ce que les musiciens jouaient derrière moi en studio, j’étais complètement désappointée. Je préférerais que certaines de mes premières chansons ne soient plus disponibles.

“Personne d’autre” est votre dernier album. Le tout dernier?

Oui.

Françoise Hardy ****

Personne d'autre

Warner


Source : https://www.moustique.be/20735/interview-francoise-hardy-arrivee-age-que-j-ai
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
12 avril 2018 - Moustique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise-
Sauter vers: