Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8528
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Lun 3 Nov 2008 - 10:35

Françoise Hardy. «Faire durer le succès est difficile»
L'invitée du dimanche. Elle publie son autobiographie.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Photo DR Jean-Marie Périer

Discrète et rare, Françoise Hardy demeure depuis son apparition sur la scène musicale dans les années 1960 une icône. Mais la réalité n'est pas toujours aussi belle qu'elle le paraît. La chanteuse se livre sans fausse pudeur avec élégance et lucidité

LA DÉPÊCHE DU DIMANCHE : A quelles difficultés un jeune d'aujourd'hui qui veut se lancer dans la chanson est-il confronté ?

Françoise HARDY : On voit bien que ceux qui émergent sont « différents ». Le hic, c'est qu'ils le sont naturellement, sans avoir cherché à l'être. Si on cherche à se démarquer, ce n'est pas intéressant car pas authentique.

DDD : Vous parlez de « cage dorée » de la chanson et de la célébrité. Est-il si difficile de les assumer et de faire durer le succès ?

F.H. : La célébrité coupe des réalités car tout le monde traite le chanteur à succès comme un roi, le flatte, lui ment, est à ses petits soins. Tout cela développe l'égoïsme et l'égocentrisme. Faire durer le succès est une autre affaire : cela requiert intelligence, exigence et talent.

DDD : Avez-vous vu l'exposition consacrée à Gainsbourg ? Le connaissant comme vous le connaissez croyez-vous qu'il aurait aimé ce grand hommage posthume ?

F.H. : Je suis trop fatiguée et occupée pour aller à des expositions quelles qu'elles soient. Serge était sensible à la reconnaissance du public et je crois qu'un tel hommage ne lui aurait pas déplu. Son talent confinait au génie, il est une référence artistique majeure de la chanson et le sera éternellement. Comme Brassens.

DDD : Vous évoquez la mort de votre maman, vous vous déclarez favorable à l'euthanasie. Pourquoi avoir attendu ce livre pour vous exprimer à ce sujet ?

F.H. : Je ne pouvais passer sous silence la mort de ma mère et cela m'amenait tout naturellement à dire ce que je pense de l'euthanasie. Si on m'avait demandé ma signature à ce propos, je l'aurais donnée sans hésiter. En dehors de ça, je signe rarement des pétitions car je me méfie autant de la manipulation que de la récupération politiques. Je n'ai absolument pas réfléchi au fait de parler ou non de l'euthanasie : je suis pour depuis plus d'une quarantaine d'années et c'était la première occasion qui m'était donnée de le dire.

DDD : Vous évoquez également le couple avec ses aléas que vous formez avec Jacques Dutronc ?

F.H. : Tout couple est un engrenage névrotique et j'ai juste tenté de démonter quelque peu ce qui fondait le mien. À chacun sa névrose et son couple !

DDD : Et vos dimanches ?

F.H. : C'est le jour des lessives. Entre deux paniers de linge, je regarde l'émission de Ruquier que j'enregistre systématiquement la veille ou le Vivement dimanche de Drucker quand l'invité m'intéresse. Le dimanche est aussi le jour où je suis facile à joindre et où je peux avoir de longues conversations téléphoniques avec mes deux meilleures amies, Léna et Dominique.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Son actualité
A 64 ans, Françoise Hardy, la discrète , a cédé à la pression de son éditeur et accepté de publier son autobiographie pour, dit-elle, «contrer les biographies non-autorisées». Elle se livre comme elle ne l'a jamais fait dans «Le désespoir des singes» (Robert Laffont). Son enfance, ses parents, sa rencontre avec Jean-Marie Périer puis Jacques Dutronc, le couple qu'elle forme avec lui, leur vie au fils du temps, leur fils Thomas . Elle espère «seulement avoir été impudique avec pudeur». Un livre vérité où les révélations abondent.

(source : http://www.ladepeche.fr/article/2008/11/02/485765-Francoise-Hardy-Faire-durer-le-succes-est-difficile.html)
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Lun 3 Nov 2008 - 13:57

Dans le livre je me souviens que Françoise parlait de Léna mais j'ai un trou complet sur Dominique ! C'est qui ? Shocked

Ma question est aussi incongrue que la réponse de Françoise sur ses dimanches !
F.H. : C'est le jour des lessives. Entre deux paniers de linge, je regarde l'émission de Ruquier que j'enregistre systématiquement la veille ou le Vivement dimanche de Drucker quand l'invité m'intéresse. Le dimanche est aussi le jour où je suis facile à joindre et où je peux avoir de longues conversations téléphoniques avec mes deux meilleures amies, Léna et Dominique.

C'est stone cette réponse ! confuse
Revenir en haut Aller en bas
Elma
Critique du forum
Critique du forum
avatar

Féminin Nombre de messages : 2089
Age : 58
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Lun 3 Nov 2008 - 18:37

Ce n'est pas plus stone que Tout couple est un engrenage névrotique. Elle a été chercher celà où si ce n'est dans sa relation consternifiante avec J Dutronc ?colere
Revenir en haut Aller en bas
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8528
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Mar 4 Nov 2008 - 11:52

@Alexandre a écrit:
Dans le livre je me souviens que Françoise parlait de Léna mais j'ai un trou complet sur Dominique ! C'est qui ? Shocked
Dans un entretien accordé au Figaro Madame (28 novembre 2004), Françoise Hardy cite comme membres de sa "famille" quatre personnes :
- Jacques Dutronc, son compagnon
- Thomas, leur fils
- Lena, "sa meilleure amie"
- Dominique Modiano, l’épouse de Patrick Modiano, qui est "une vraie sœur".
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Mar 4 Nov 2008 - 13:19

C'est peut être stone comme réponse, mais c'est aussi mon quotidien du dimanche.
Tout pareil pour moi, sauf Ruquier, Drucker et ses deux meilleures amies.
Put..........n, moi aussi je suis consternifiant, moi aussi je deviens mémère !
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 45
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche Mar 4 Nov 2008 - 14:35

@Jérôme a écrit:
@Alexandre a écrit:
Dans le livre je me souviens que Françoise parlait de Léna mais j'ai un trou complet sur Dominique ! C'est qui ? Shocked
- Dominique Modiano, l’épouse de Patrick Modiano, qui est "une vraie sœur".
Ah bon ! D'accord! Merci beaucoup ! C'est bizarre, ça ma totalement échappé ce truc. Faut que je cherche dans le bouquin...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: 2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche

Revenir en haut Aller en bas
 
2 novembre 2008 - La dépêche du dimanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise :: Archives :: Le désespoir des singes... et autres bagatelles (promo)-
Sauter vers: