Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 29 mars 2010 - La nouvelle république

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8471
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 29 mars 2010 - La nouvelle république Lun 29 Mar 2010 - 12:48

29 mars 2010 - La nouvelle république - Propos recueillis par Matthieu Pays

Françoise Hardy ou l'amour en souffrance

" La pluie sans parapluie ", le nouvel album de Françoise Hardy sort aujourd'hui. La chanteuse y parle de ses amours et de ses colères.

Rencontre.

Votre nouvel album est assez autobiographique. Il y a des choses que vous n'aviez pas pu dire dans « Le désespoir des singes... et autres bagatelles », le livre dans lequel vous racontez votre parcours ?

Ce sont deux choses très diffé­rentes. Dans l'autobiographie, je parlais de mon passé. Je vou­lais faire partager mon expé­rience de femme. Et dire, sur­tout, que lorsque l'on rencontre des déboires senti­mentaux, bien souvent, c'est par notre attitude totalement inadéquate que nous les indui­sons. On ne se met pas assez en question quand les choses ne se passent pas exactement comme on le voudrait. Moi comme les autres... Le livre parlait de ça. Là. dans le disque, je parle au présent des émotions qui m'habitent au moment où j'écris les chan­sons... Mais c'est vrai que tous mes albums sont autobiogra­phiques au fond et même, la plupart du temps, lorsque je chante des chansons d'autres personnes, je ne peux les chan­ter que parce que cela me cor­respond.

Dans quel état d'esprit étiez-vous au moment de commencer à écrire cet album ?

Angoissée. De toute façon, tout m'angoisse ! Quand j'ai des mélodies qui me plaisent, j'ai l'angoisse de ne pas écrire as­sez bien les mots qui iront des­sus. J'ai l'angoisse de la page blanche, vraiment

Il est beaucoup question d'amour dans cet album, mais d'amour souvent contrarié. Est-ce si difficile d'aimer?

Vous savez, moi, toute ma vie, j'ai toujours écrit un peu sur les mêmes thèmes. Sur l'im­possibilité de dire à quelqu'un, qui vous plaît plus que tout, que vous l'aimez. J'ai toujours été attirée par les hommes as­sez mystérieux, assez ambigus, dont on ne sait absolument pas ce qu'ils pensent, qui ne disent rien de ce qu'ils ressentent profondément. C'est une souffrance d'être attirée par ce genre de personnages parce que ce sont des gens insaisissables et qui fuient tout engagement. J'ai beaucoup écrit là-dessus aussi.

Vous parlez aussi de l'insouciance un peu naïve de la jeunesse. Regrettez-vous tant que cela votre jeunesse ?

Quand on est jeune, on a toujours tendance à foncer dans le mur, sans trop réfléchir et moi, je suis une grande spécialiste de ça. Ce n'est même pas vo­lontaire, c'est juste qu'à un mo­ment, on se retrouve attaché, entièrement, à une personne. On a vu cette personne dans telle ou telle circonstance et, d'un seul coup, il n'y a plus que cela qui compte. C'est un en­voûtement et c'est absolument atroce. Moi, j'ai vécu ça pen­dant des années. En même temps, c'est peut-être un bien puisque c'est de là que sont nées la plupart de mes chan­sons.

Dans votre disque, vous dites aussi vos colères. Quelles sont-elles ?

Ce qui me navre dans le monde où nous vivons, c'est la communication biaisée et la fa­çon dont les politiques en gé­néral manipulent l'électorat qui baigne dans une sorte d'ignorance bienheureuse. A chaque fois, ça me fait penser à la chanson de Jacques, Plus on nous dit tout, plus on ne sait rien. C'est exactement la situa­tion dans laquelle nous sommes aujourd'hui, encore plus aujourd'hui qu'au moment où il a sorti la chanson.
Propos recueillis par Matthieu Pays



« La pluie sans parapluie », 1 CD EMI/Virgin Music


••• L'album : d'Arthur H a Calogero

Françoise Hardy ne fait plus de scène depuis quarante ans. L'exercice la mortifie et heurte bien trop sa nature. C'est pour cela que l'artiste met un soin jaloux, une attention millimé­trique, une exigence absolue à la réalisation de ses albums en studio. Parce que ses chansons ne vivront que là et que l'objet gravé sera pour toujours, son unique moyen de s'exprimer, musicalement parlant, bien sûr.

Ce nouvel opus, La pluie sans parapluie, est tout entier empli de ce perfectionnisme clas­sieux que l'on connaît à la dame. Un son de pop légère et fluide nous entraîne d'un titre à l'autre avec élégance. La voix est suave, chaude, sensuelle, précise. Les sons, qu'ils vien­nent de Calogero, le nouvel ar-rivant ou de Lubrano, le com­plice de toujours, composent autant de voyages intérieurs, d'ambiances intimes dans les­quels l'auditeur se fond avec douceur.

Dans cet album, quelques invi­tés prennent place à la table de Françoise Hardy. Et, comme il se doit, chacun a apporté son petit cadeau. Jean-Louis Murat a pris un titre cultivé dans son jardin, Memory divine. La Grande Sophie joue avec ma­lice sur le Mister et Arthur H boucle le disque avec ses mots qui s'envolent. Autant de ren­contres réussies. Et puis, il y a les mots de Fran­çoise Hardy, qui signe dix des treize textes de l'album. Elle a cette façon elliptique, presque cryptée de décrire les turpi­tudes de l'âme humaine qui fait mouche. La Pluie sans para­pluie n'est pas un album ba­vard, mais les chansons qui le composent en disent beau­coup, sans s'étendre, sans se diluer. Beaucoup sur la difficulté de se rencontrer, de par­tager vraiment ; beaucoup sur le temps qui s'écoule et nous délave; beaucoup» finalement, sur nous-même.

(source : http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=IG&num=1596010# )
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
 
29 mars 2010 - La nouvelle république
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise :: Archives :: La pluie sans parapluie (promo)-
Sauter vers: