Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 8 avril 2010 - Culturopoing

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jérôme
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 8472
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/08/2007

Message(#) Sujet: 8 avril 2010 - Culturopoing Jeu 8 Avr 2010 - 20:25

Françoise Hardy - La pluie sans parapluie -
Les sorties
Posté par Elysia le 2010-04-08 sur culturopoing.com

Il y eut, dans la famille Hardy, à califourchon sur le siècle des poètes maudits et celui du nouveau roman, un franc-tireur, pourfendeur des destinées rectilignes. Nommé Thomas, il fut géniteur de chrysalides brisées, Tess et Jude. Une poignée de décennies plus tard, ressurgit brillamment le patronyme, à Lutèce, par un enjambement de Manche. Un patronyme porté par une liane saturnienne, à l'enveloppe androgyne et au désenchantement posé sur cachemire, chanteuse de son état. Pas besoin de revenir sur les chemins suivis par la belle dame avec 'mercy' pour évoquer cette 'pluie sans parapluie', tombée dans les bacs en période vénusienne. Cette pluie appelée de tous voeux par des collaborateurs issus d'horizons musicaux très divers - les habitués d'abord : Alain Lubrano, Pascale Daniel, Thierry Stremler, Ben Christophers. Les contributeurs occasionnels confirmés : Calogero, La Grande Sophie, Arthur H, Jean-Louis Murat - ou pas encore : Fouxi. La démarche d'ouverture et la fidélité ne sont pas si courantes en ce bas-monde donc méritent amplement d'être soulignées.

Ce vingt-sixième lp, sorti le 29 Mars, produit aux studios Lobomatic - passant de l'ondée au crachin, de la bruine à l'averse - transpercé de chirurgicales flèches irradiantes et d'éclaircies éphémères - suit les caprices du temps, siamois des interrogations du coeur. Un climat hautement anglosaxon à la plume toujours aussi sensible. Conglomérat de cristaux arrivés à terme, fragments d'introspection douce-amère couchés sur carnets intimes, bagatelles à effets retardés, variations impressionnistes ébauchées dans les incertitudes. Distillant patiemment, sans évidence tapageuse, sans précipitation débridée, sa séduction troublante. Accoups, ralentissements, accélérations, pauses, respirations, effleurements, l'album fonctionne à merveille par touches sur ces alternances un soupçon toxiques de chansons pop, subtilement rythmées et de plongées dans des mondes entre-deux, aux eaux troubles, des 'chansons floues' qu'affectionne particulièrement cette lectrice assidue d'Henry James.
La pluie caméléon s'abat implacable en ondes timides mais prenantes sur treize plages brouillées, paradoxales, dans la succession de paysages sonores addictifs. Délavant inexorablement les humeurs lumineuses des préambules, sculptant dans l'anti-manichéisme affectif, des textes lucides, désabusés, sans qu'aucune protection ne vienne entamer son action régénérante, à moins que ce ne soit l'inverse. Sans parapluie pour laisser, en heures de communion de l'être avec le cosmos, couler pleinement les larmes. De chagrin ou de bonheur, éclipses d'attentes et accueils de dérobades.

'Esquives' me semble un tournant dans l'album, dans la mesure où se retire, à ce point d'écoute, toute marque de transport rassurant. La mélancolie s'est infiltrée à un tel point dans les méandres du cerveau qu'elle y a gagné définitivement la partie. Le raffinement non intrusif des arrangements lui confère un quelque chose de frontalier qui invite aux lignes de fuites. Grâce - peut-être - à cette guitare sèche qui se noie confusément dans les discrètes nappes de synthé. Comme d'habitude avec Hardy, la voix fait quasiment la moitié du travail, si ce n'est plus, surtout dans les achèvements de phrases. Son timbre de voix ne me semble d'ailleurs tout à fait à son zénith que dans les demi-tons et teintes clair-obscur, symphonie de gris, élèves soucieux du doute. Dans ses études inlassables du rapport de soi à l'Autre, il n'y a de place ni pour les blancs ni pour les noirs, entame ironique de l'album, fixée sur partition par Calogero. Cette mélodie poppy éthérée, délicate et lyrique déclaration d'amour, construite sur arpèges en finition sur notes minimalistes au piano, est pourtant un précipité diaboliquement efficace. Détestant les entrées en matière brusques, genre batterie lourdaude, 'Champ d'honneur' m'a paru un tantinet insipide. Mais je me suis bien vite consolée avec le fog de 'Pluie sans parapluie' et les iridescences du 'Temps de l'innocence'. Pas de titre faiblard en contrepartie après cet entêtant 'Esquives' où se succèdent en crescendo des morceaux élégants de légèreté feinte, beaux dans leur tristesse voilée. D'incursions en lopins bluesy 'Memory Divine' sarclés par Jean-Louis Murat, en ballade sur landes sauvages 'Les mots s'envolent', foulées par l' espiègle Arthur H, cet album se reflète exactement comme la pluie en symétrie avec le spleen.

Cette nouvelle confession d'une enfant du siècle, compulsive obsessionnelle, monomaniaque solitaire, aux tourments existentiels proches de ceux de son ami Patrick Modiano, fait une fois de plus mouche. Nous murmurant à l'oreille, avec cet air de ne pas y toucher, que l'ambivalence de l'amour est définitivement pulsation du monde, un invisible à ne pas sous-estimer.
Juste à en désespérer comme les singes chiliens. « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux » dixit Françoise, faisant sienne cette phrase d'Alfred* dans un entretien accordé au Télégramme.


(source : http://culturopoing.com/Musique/Francoise Hardy La pluie sans parapluie -3010 )
Revenir en haut Aller en bas
http://mon-amie-hardy-rose.blogspot.com
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 8 avril 2010 - Culturopoing Ven 9 Avr 2010 - 13:20

Pas facile à lire cet article. Plutôt compliqué(e) cette (cet?) Elysia.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 8 avril 2010 - Culturopoing Ven 9 Avr 2010 - 16:29

Ca change de la vision un peu standardisée des journalistes mais c'est sûr qu'il faut se concentrer pour tout piger. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'ai bien aimé ce côté libre penseuse d'Elysia qui, l'air de rien, semble bien connaître son sujet et apprécier l'opus 26 de la dame aux cheveux blancs. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
claude
Hypermordu
Hypermordu
avatar

Masculin Nombre de messages : 1057
Age : 70
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 8 avril 2010 - Culturopoing Lun 12 Avr 2010 - 13:46

ça, pour changer de la vision standardisée...
Alexandre, on ne dit pas "aux cheveux blancs" mais "aux cheveux de neige", à la limite "cheveux d'argent", sinon numérote tes abattis.... Et pourquoi pas dire "la petite vieille qui chante encore", c'est vrai que là, on la confondrait avec Gréco.

N'empêche qu' Elysia, je ne veux pas d'elle pour faire mon panégyrique lors de ma remise de légion d'honneur. Déjà que les gens ne comprendront pas pourquoi on me l'a donne....si en plus ils ne comprennent pas pourquoi je la mérite.***

***C'est une plaisanterie, je ne suis pas en attente de légion d'honneur, d'autant que j'en connais plus d'un qui, à la place des deux NN, mettraient deux RR à honneur dès lors que c'est de moi qu'il s'agirait.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 3574
Age : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 06/08/2007

Message(#) Sujet: Re: 8 avril 2010 - Culturopoing Mar 13 Avr 2010 - 14:06

C'est ben vrai ça ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: 8 avril 2010 - Culturopoing

Revenir en haut Aller en bas
 
8 avril 2010 - Culturopoing
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: Françoise à bâtons rompus :: Actualité de Françoise :: Archives :: La pluie sans parapluie (promo)-
Sauter vers: