Françoise Hardy - Mon amie la rose


 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Partagez | 
 

 A young American's passion for Francoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 582
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: A young American's passion for Francoise Mar 22 Avr 2014 - 2:37

I thought that  perhaps you may like to read this:  North End miracle
http://www.mangozeen.com/2013/05/12/beauty/the-only-yeh-yeh-girl-by-peter-nolan-smith.htm
 
THE ONLY YEH YEH GIRL By Peter Nolan Smith
TV, radio, and movies transported the stars of the 1960s to my three red-light suburb south of Boston. Marilyn Monroe, James Dean, and Buddy Holly were worshipped as dead gods, but my generation’s focus was dedicated to the living as we hit our teens.
Bob Dylan’s BLOWING IN THE WIND knocked Elvis off his throne and the Beatles enthralled girls with I WANNA HOLD YOUR HAND. The Ronettes defined hot with BE MY BABY, but young boys worshipped movie actresses as wingless angels fallen to Earth, even though their only visits to Boston were on the silver screen.
Julie Christie won our hearts in DARLING in 1965 and a year later my older brother chose fur-bikinied Raquel Welch as his muse after her debut in 1,000,000 BC. The boys in my high school debated the seductive virtue of various starlets. I said nothing, for I was searching for a goddess to call my own.
One cold January night my hand slipped on the radio dial and the antenna caught a signal from Quebec transmitting a wavering female singing ‘La maison où j’ai grandi”.
This song had nothing to do with DOMINIQUE by the Singing Nun.
This girl was telling a story of love.
I cursed myself for not paying attention in French classes and looked over to my brother’s bed. He was asleep on his side. I turned up the volume and rode the magic radio waves to the last fading notes of the guitar. The Montreal DJ announced with breathless admiration, “C’etait une autre tube par Francoise Hardy.”
I didn’t understand a word, but understood that Francoise Hardy couldn’t be anything other than beautiful.
For the next two hours I remained glued to the distant station and the DJ rewarded my patience with LE PREMIER BONHEUR DU JOUR, QUI PEUT DIRE, and L’AMITIE.
“Bonne anniversaire, Francoise.”
Somehow my brain translated those words into ‘happy birthday, Francoise’.
The DJ said Francoise was twenty-three. I was fifteen. She lived somewhere French. Paris was three thousand miles away.
“Turn off that Frog crap.” My older brother want to sleep.
“Okay.” I turned off the radio and went to sleep confused by conflicting images of Francoise Hardy.
I woke early.
“You’re awfully quiet,” my father said at the breakfast table.
“Thinking about changing my language from German to French.”
“I thought you liked German.” MY father had learned French at college.
“I did.” I spoke it with a Boston accent much to the chagrin of Bruder Karl.
“Any reason for the change?”
“Maybe I’ll have more use for French.”
“Like for when you’re ordering French Fries.” My older brother joked and my younger brothers and sisters laughed along with my father.
I didn’t mention anything to my car pool friends, as we drove on 128 to school. My daydreams of Francoise Hardy lasted through the morning math and biology classes. I had a study hall for the third period and went the library to search through the record collection.
Brother Jerome, the librarian, was in his office. A freshman was sitting on his lap.
I wandered over to the record trays and flipped through the LPs without finding a single French record. A few music stores in downtown Boston sold foreign records and I planned on heading there after school.
“I’m not going home today?” I told my car pool.
“Where you going?” My best friend, Chuckie Manzi, wanted to join me.
“To see the dentist.” No one liked the sound of the drill.
“You’re on your own.”
My friends dropped me at the Forest Hills T station and got off at Washington Street. None of the big stores had any French 45s or LPs. I was at the point of giving up, when I entered a music store opposite the Commons. The owner was an old man with a beard. The forty year-old looked like a beatnik. I was dressed as a mod.
“Can I help you?” The walls were stacked with records according to genres.
“Do you have any Francoise Hardy?”
“How do you know about Francoise Hardy?” The old man was mystified by my request.
“I heard her on a Canadian station.”
“Must have been a strong signal.” He went to the French section and pulled out a plastic sealed LP.
“Francoise Hardy dropped out of the Sorbonne to record OH OH CHERI with Johnny Halliday. He’s the French Elvis. She became one of the biggest stars of Ye-Ye music and her hit TOUS LES GARCONS ET LES FILLES even made the charts in the UK. I think it was 1964. Here’s that LP. It came out in 1962.”
He handed me the album.
I held the cover in both hands.
The name had a face and that face belonged to an angel. A cinnamon strands of hair streamed across feline eyes. An ivory hand held an umbrella with a detached interest. Francoise was a woman made for a rainy afternoon.
“Can I hear a little?”
“Sure.” The old man retrieved the album and slipped the LP onto a Garrard 401 turntable. “This is LE TEMPS D’AMOUR.”
A patter of drums opened the song. A twangy guitar and solid bass joined on the next bar. The singer wasted no time getting to the lyrics. They must have been about love. 2:27 passed in a second.
“What you think?”
“I’ll take it.” Her pose sold youthful innocence. I gave him $5. “Is that the only one you have?”
“Of that LP, yes, but I can get some of her other records, if you’d like.”
I nodded my answer and promised to return on the weekend.
“My name’s Osberg.” He handed me a business card. “Call to find out when to come in.”
“Thanks.” I left his shop and caught the T to Ashmont.
That evening after finishing dinner and my homework, I went down to the basement and put the LP on my father’s record player. My brother had a better one in our bedroom, but I wasn’t sharing Francoise Hardy with someone in love with a woman in a fake fur bikini, even if Frunk was my older brother.
One play of her record and I became her biggest fan south of the USA-Canada border.
I listened to the Quebec stations in secrecy.
My friends thought of them as Canucks and I didn’t want to risk their attacking Francoise. I bought several LPs from Mr. Osberg and he introduced me to the other Ye-Ye girls; Frances Gall, Sylvie Vartan, and Jacqueline Taïeb as well as the Sultans from Quebec and Serge Gainsbourg.
None of them were Francoise Hardy.
I dreamed about going to Paris.
An airline ticket cost hundreds of dollars.
I settled for listening to her music with my eyers closed.
In 1968 Francoise Hardy released COMMENT TE DIRE ADIEU written by Serge Gainsbourg. Mr. Osburg said that he was the wicked man in France and played his hit with Jane Birkin JE T’AIME…MOI NON PLUS.
Sex dripped off the record. Mr. Osburg was right and this Gainsbourg man. I had to save Francoise and as soon as I arrived home, I asked my father, if we could vacation in France.
“They’re having troubles there.” My father was very conservative. He tolerated the length of my hair, but thought I looked like a girl. “Students in the streets. Worse than the hippies. We’re going to the Cape.”
Our family rented three motel rooms in Harwichport. The pool overlooked the small harbor. The beach boasted the warmest water on Cape Cod. The sea was 65 Fahrenheit by the 4th of July.
Francoise Hardy wasn’t the type of girl to get mixed up in trouble on the Left Bank. Not unless she fell into the hands of the evil Serge Gainsbourg and I plotted a trip to France. A rumor was whispered across Boston about a jet plane leaving Boston every morning for Paris.
Its cargo of Maine lobsters was traded for eclairs, creme brulees, and pomme tartes.
Two weeks before my 16th birthday I emptied my bank account and took the T to Logan Airport. None of the terminals listed the ‘lobster’ flight and I spent the greater part of Saturday hunting for the mythic plane to Paris.
“Ha.” A Boston cop laughed upon hearing my query. “Once a week some kid comes up looking for the ‘lobster’ plane. There ain’t none. Some bullshit story someone invented for who knows why, but the weird thing is that all these kids want to meet the same girl. Francoise Hardy. You ever heard of her?”
“No.” Whatever these ‘others’ felt from Francoise Hardy could never rival my love.
“Me too. Must be some kind of film star. Like Brigitte Bardot.”
I fought back an explanation, not needing any more converts to the faith, and returned home in defeat.
That summer America went into mourning with the murder of RFK in LA.
MRS. ROBINSON replaced Archie Bell and the Drells’ TIGHTEN UP as # 1, while Simon and Garfinkel sang about an older woman from the movie THE GRADUATE. Francoise Hardy was eight years older than me. I changed the words from Mrs. Robinson to Francoise Hardy. I never sang it in front of my girlfriend. Kyla was the same age as me.
COMMENT TE DIRE ADIEU was not a hit and the radio station in Quebec played less and less of her songs.
Kyla and I became more serious. We were going steady. I liked to think that Francoise would have approved of my selection, but I was stupid and left Kyla for no good reason in 1969.
Francoise released Françoise Hardy en Anglais. Like the Catholic Mass in English her songs lost their magic in my language.
My travels in the late-60s and 70s were confined to hitchhiking across America. None of the drivers ever played TOUS LES GARCONS ET LES FILLES, but I defended French music to hundreds of hippies, rednecks, and disco fanatics, saying, “You’ve never heard Francoise Hardy.”
In 1973 she appeared in the film SAVE THE TIGER. The director failed to break the 29 year-old singer to America. She remained a creature of France.
It was a country distant from America, then in 1982 I was hired to work as a doorman at the Bains-Douches, which was a popular Paris nightclub. I knew no one but met Johnny Halliday, Yves Montand, Catherine Denevue, Yves St. Laurent, Coluche, countless Vogue models, arms dealers, and other lightbulbs of the night, but never Francoise Hardy and I asked the owner about her absence.
“She doesn’t goes out at night. Her husband, Jacques Dutronc, is very jealous.”
“Of what?” Dutronc was a rock star for the French. Nobody in the USA knew his name, but ET MOI ET MOI ET MOI was a great song. I had it on tape.
“Of other men.
“A boyfriend is a man’s best enemy.”

“Not Jacques Dutronc.” My boss warned that her husband was capable of almost anything against any man seeking intimacy with his wife. “He is very much in love with her.”
“Who wouldn’t be?”
My boss shrugged with mutual understanding, He was a fan of Francoise Hardy too.
The nightlife was a small world in Paris and I didn’t mention Francoise’s name again. People had big mouths.
Jacques Dutronc visited the club on several occasions. A big cigar hung out of his mouth. I hated the smell. He never came with Francoise. The rumor was that she was terribly shy after having been the Ye-Ye Girl for so many years. I made her husband wait to get in more than once.
Jacques complained to my boss, who laughed behind the singer’s back.
My job was to make French stars feel like getting into the Bains-Douches was a privilege, however my friends were granted an easy entry, especially Suzi Wyss, the mistress of a Getty Oil heir. I smoked opium at her oriental pad in the 13th arrondisement. The Swiss courtesan was superb cook and traveled through many cliques. One night she invited me to a dinner.
“Don’t tell anyone, but Francoise Hardy will be coming.”
“I thought she didn’t go out.” This was a miracle.
“She doesn’t, but she loves my cooking and I am always discreet. So not a word.”
“Silence will be my vow” I wanted her to myself. “Will her husband be there?”
“Not for dinner, but for dessert. He has a thing for my Swiss chocolate torte.”
Suzi’s piece de resistance was a culinary delight and I planned like a general for this rendezvous with Francoise Hardy.
I bought a white shirt from Agnes B and a gray suit for Cerruti. No tie was better than pretending to be a business man and I wore Cuban heels from the flea market. They dated back to the time of her greatest success. I cut my hair short and didn’t bathe for two days to emulate French men who avoided bathing in fear of losing their masculinity.
VI showed up on time with a bouquet of roses. Suzi loved flowers. We smoked hash. Opium was for after the dinner. The door bell rang at 9.
Francoise arrived at the apartment with a young gay man. We opened a bottle of wine. She wasn’t a drinker, but was amused by my stories of New York nightclubs awash with beautiful women and crooked cops.
“It would make a good movie.”
“Only if you played the star.” I envisioned us on the podium of the Academy Awards receiving Oscars.
“I’m too old to play that role.”
“You’re never too old to be a star.”
Suzi lit another joint. We smoked it before dinner.
I was falling in love again.
In fact I realized that I had never stopped loving Francoise.
She spoke about her music and picked up a guitar from the corner. The Ye-Ye girl sang two new tunes. I was in paradise and was about to tell her about hearing her music on a little radio twenty years ago.
A knock on the door trashed my Eden.
The guest was Jacques Dutronc.
Francoise’s face said that she loved him and no one else.
Any man would have been a fool to not love her the same.
“I know you.” He pointed his cigar. “Bains-Douches. Doorman.”
“Yes, that’s me.”
“A writer too.” Suzi was by my side.
“Pouoff.” Dutronc had witnessed thousands of writers attempt to seduce his wife. “Women only love directors and producers. They prefer chauffeurs before a writer.”
Francoise laughed at her husband’s joke. Suzi thought it funny too. I might have joined them, if the riposte hadn’t struck deep. We rejoined to the living room, where Jacques Dutronc picked up the guitar.
“Francoise and I did a song in 1978. BROULLIARD DANS LA RUE CORVISART.”
He put down his cigar and sang the song’s opening lines. Francoise accompanied him on the song. I applauded their duet as well as their shared love. I didn’t stand a chance. The odds were stacked heavier against me than the records in Mr. Osburg’s music store.
An hour later the famed couple left with the gay friend.
Francoise didn’t even said good-bye.
Jacques winked to me. I wouldn’t make him wait at the door any more.
“Poor Boy.” Suzi patted my cheek. “Everyone loves her.”
“Yes, I suppose we do.”
“And I know how to make you forget, if only for a few minutes.” Suzi handed me a pipe. She was a good doctor for a broken heart.
The three of us met several more times at Suzi’s apartment.
The same routine as always, dinner, wine, and a joint or two. Jacques came late and they departed ensemble.
I imagined myself being him. I didn’t like cigars and my French was even worse than my German. Francoise loved Jacques and that was good enough for me, for she was still my goddess even of she was another man’s woman and all men at one time in their lives need a goddess to teach them about love.
Revenir en haut Aller en bas
MIKI
Admirateur
Admirateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 69
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 01/08/2009

Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise Mar 22 Avr 2014 - 19:02

Une traduction française serait la bienvenue !!!
Revenir en haut Aller en bas
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 582
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise Mer 23 Avr 2014 - 3:49

La traduction de Google;

"TV, radio, films et transporté les stars des années 1960 à mes trois banlieue rouge - lumière au sud de Boston . Marilyn Monroe , James Dean , et Buddy Holly ont été adorés comme des dieux morts , mais l'accent de ma génération a été consacrée à la vie comme nous avons atteint nos adolescents .
Du souffle Bob Dylan DANS LE VENT frappé Elvis de son trône et les Beatles captivé filles avec JE VEUX TENIR VOTRE MAIN . Les Ronettes défini chaud avec mon bébé , mais les jeunes garçons adoraient actrices de films comme des anges sans ailes tombés à terre , même si leurs seules visites à Boston étaient sur ​​l'écran d'argent .
Julie Christie a remporté nos cœurs DARLING en 1965 et un an plus tard, mon frère aîné a choisi fourrure - bikinied Raquel Welch comme sa muse après ses débuts en 1000000 BC . Les garçons de mon école secondaire ont débattu de la vertu de séduction de diverses starlettes . Je n'ai rien dit , car je cherchais une déesse d'appeler mon propre .
Une nuit froide Janvier ma main a glissé sur le bouton de la radio et l'antenne attrapé un signal de Québec transmettre un chant féminin hésitation 'La maison Où J'ai grandi " .
Cette chanson n'a rien à voir avec DOMINIQUE par la Singing Nun .
Cette fille racontait une histoire d'amour .
Je me maudis de ne pas prêter attention à des cours de français et j'ai regardé vers le lit de mon frère . Il dormait sur ​​le côté . Je suis arrivé le volume et roulé les ondes radio de magie pour les dernières notes d'évanouissement de la guitare . Le DJ montréalais a annoncé avec admiration à bout de souffle », le tube C'etait juin de Autre par Françoise Hardy . "
Je ne comprenais pas un mot , mais compris que Françoise Hardy ne pouvait être que belle chose .
Pour les deux prochaines heures je suis resté collé à la station distante et le DJ récompensé ma patience avec LE PREMIER BONHEUR DU JOUR , qui-peut DIRE , et L'AMITIE .
" Bonne anniversaire , Françoise. "
D'une certaine manière mon cerveau traduit ces mots en « joyeux anniversaire, Françoise .
Le DJ dit Françoise avait vingt-trois . J'avais quinze ans . Elle a vécu quelque part française . Paris était de trois thousand miles.
" Désactiver cette merde de grenouille . " Mon frère voulait dormir .
" Très bien. " J'ai éteint la radio et suis allé dormir confus par contradictoires images de Françoise Hardy .
Je me suis réveillé tôt .
" Vous êtes terriblement calme , " mon père a dit à la table du petit déjeuner .
" Penser à changer ma langue de l'allemand vers le français . "
«Je pensais que tu aimais allemand . " Mon père avait appris le français à l'université.
«Je l'ai fait. " J'ai parlé avec un accent de Boston au grand dam de Bruder Karl .
" Quel est le motif de ce changement ? "
"Peut-être que j'aurai plus de l'utilisation du français . "
"Comme lorsque vous commandez Frites . " Mon frère aîné a plaisanté et mes jeunes frères et sœurs rit avec mon père .
Je n'ai pas mentionné quoi que ce soit à mes amis de covoiturage , que nous roulions sur 128 à l'école . Mes rêveries de Françoise Hardy a duré à travers le calcul du matin et les cours de biologie . J'avais une salle d'étude pour la troisième période et je suis la bibliothèque de recherche à travers la collection de disques .
Frère Jérôme , le bibliothécaire , était dans son bureau . Un étudiant de première année était assis sur ses genoux .
J'ai erré sur les plateaux d'enregistrement et feuilleté les disques sans trouver un seul dossier français . Quelques magasins de musique dans le centre de Boston vendus dossiers étrangères et moi avions prévu sur la position après l'école .
" Je ne vais pas à la maison aujourd'hui ? " J'ai dit à mon groupe de covoiturage .
«Où allez-vous? " Mon meilleur ami , Chuckie Manzi , voulu se joindre à moi .
" Pour voir le dentiste . " Personne n'aimait le bruit de la perceuse .
" Vous êtes sur votre propre . "
Mes amis m'ont laissé à la station de T Forest Hills et descendirent à Washington Street . Aucun des grands magasins avait des 45s ou vinyles français . J'étais sur le point d'abandonner, quand je suis entré un magasin de musique en face de la Chambre des communes . Le propriétaire était un vieil homme avec une barbe . La quarante ans ressemblait à un beatnik . J'étais habillé comme un mod .
" Puis-je vous aider ? " Les murs ont été empilés avec des enregistrements selon les genres .
" Avez-vous une Françoise Hardy ? "
" Comment savez-vous à propos de Françoise Hardy ? " Le vieil homme a été mystifié par ma demande .
«Je l'ai entendu sur une station canadienne . "
" Doit avoir été un signal fort . " Il est allé à la section française et a sorti un LP étanche en plastique .
" Françoise Hardy a abandonné la Sorbonne pour enregistrer OH OH CHERI avec Johnny Halliday . Il est l' Elvis français . Elle est devenue une des plus grandes stars de la musique Ye- Ye et son hit TOUS LES GARCONS ET LES FILLES même les charts au Royaume-Uni . Je pense que c'était en 1964 . Voici ce LP . Il est sorti en 1962 " .
Il me tendit l'album .
Je tenais le couvercle à deux mains .
Le nom avait un visage et ce visage appartient à un ange . A cannelle mèches de cheveux coulaient sur ​​les yeux félins . Une main d'ivoire a tenu un parapluie avec un intérêt détaché. Françoise était une femme faite pour un après-midi pluvieux .
" Puis-je entendre un peu ? "
"Bien sûr . " Le vieil homme retrouvé l'album et a glissé le LP sur une platine Garrard 401 . " C'est LE TEMPS D'AMOUR . "
Un crépitement de tambours a ouvert la chanson . Une guitare nasillarde et basse solide rejoints sur la barre suivante . Le chanteur n'a pas perdu de temps à faire les paroles . Ils doivent avoir été de l'amour . 02:27 transmis en une seconde.
" Que pensez-vous ? "
«Je vais le prendre . " Sa pose vendu innocence juvénile . Je lui ai donné 5 $. " Est-ce le seul que vous avez ? "
" De ce LP , oui , mais je peux obtenir certains de ses autres dossiers , si vous voulez . "
J'ai hoché la tête de ma réponse et promis de revenir sur le week-end .
" Osberg Mon nom . " Il me tendit une carte de visite . «Appel à savoir quand venir po "
" Merci . " J'ai laissé son magasin et a pris le T à Ashmont .
Le soir, après le dîner et mon travail de finition , je suis descendu au sous-sol et a mis la LP sur le tourne-disque de mon père . Mon frère avait un meilleur dans notre chambre , mais je ne partage pas Françoise Hardy avec quelqu'un en amour avec une femme dans un bikini en fausse fourrure , même si Frunk était mon frère aîné .
Un jeu de son dossier et je suis devenu son plus grand fan au sud de la frontière États-Unis - Canada .
J'ai écouté les stations du Québec dans le secret .
Mes amis pensent d'eux comme Canucks et je ne voulais pas risquer leur Françoise attaquer . J'ai acheté plusieurs disques de M. Osberg et il m'a présenté aux autres filles Ye- Ye ; Frances Gall , Sylvie Vartan , et Jacqueline Taïeb ainsi que les sultans du Québec et Serge Gainsbourg .
Aucun d'eux n'était Françoise Hardy .
J'ai rêvé d'aller à Paris .
Un billet d'avion coûte des centaines de dollars .
Je me suis installé pour écouter sa musique avec mes eyers fermés .
En 1968, Françoise Hardy a publié Comment te dire adieu écrite par Serge Gainsbourg . M. Osburg a dit qu'il était le méchant en France et a joué son coup avec Jane Birkin JE T'AIME ... MOI NON PLUS .
Sexe coulait au large de la fiche . M. Osburg était juste et cet homme Gainsbourg . Je devais sauver Françoise et dès que je suis arrivé chez moi, j'ai demandé à mon père , si nous pouvions vacances en France .
«Ils ont des problèmes là-bas . " Mon père était très conservateur . Il tolérait la longueur de mes cheveux , mais il pense que je ressemblais à une fille . «Les étudiants dans les rues . Pire que les hippies . Nous allons au Cap " .
Notre famille a loué trois chambres de motel à Harwichport . La piscine donnait sur le petit port . La plage se vantait l' eau la plus chaude sur Cape Cod . La mer était de 65 degrés Fahrenheit par le 4 Juillet .
Françoise Hardy n'était pas le genre de fille à se confondre en difficulté sur la rive gauche . Non, sauf si elle est tombée dans les mains du mal Serge Gainsbourg et je tracé un voyage en France . Une rumeur a été chuchoté dans Boston sur un avion de quitter Boston chaque matin pour Paris .
Sa cargaison de homards du Maine a été échangé pour eclairs , crèmes brûlées et tartes de pomme .
Deux semaines avant mon 16e anniversaire, j'ai vidé mon compte en banque et pris le T à l'aéroport Logan . Aucun des bornes énumérées le vol et I ' de homard » a passé la plus grande partie du samedi chasse pour l'avion mythique à Paris .
" Ha . " Un flic Boston rit en entendant ma requête . " Une fois par semaine un gamin arrive à la recherche de l'avion » de homard . Il n'y a pas aucun . Certains histoire abracadabrante quelqu'un a inventé pour qui sait pourquoi, mais la chose étrange est que tous ces enfants veulent rencontrer la même fille . Françoise Hardy . Vous avez déjà entendu parler de lui ? "
"Non " Quelles que soient ces «autres» ont estimé de Françoise Hardy ne pourrait jamais rivaliser avec mon amour .
" Moi aussi . Doit être une sorte de star de cinéma . Comme Brigitte Bardot . "
Je me suis défendu une explication , pas avoir besoin de plus de convertis à la foi , et retour à la maison dans la défaite .
Cet été l'Amérique était en deuil de l'assassiner de RFK à Los Angeles .
MRS . ROBINSON remplacé Archie Bell et les Drells ' Tighten Up comme # 1 , tandis que Simon et Garfinkel ont chanté sur une femme plus âgée du film The Graduate . Françoise Hardy avait huit ans de plus que moi. J'ai changé les mots de Mme Robinson à Françoise Hardy . Je n'ai jamais chanté devant ma copine . Kyla a le même âge que moi .
Comment te dire adieu n'était pas un succès et la station de radio de Québec a joué de moins en moins de ses chansons .
Kyla et je suis devenu plus grave . Nous allions stable . J'aimais à penser que Françoise aurait approuvé ma sélection , mais j'étais stupide et Kyla quitté sans raison valable en 1969 .
Françoise libéré Françoise Hardy en Anglais . Comme la messe catholique en anglais ses chansons ont perdu leur magie dans ma langue .
Mes voyages à la fin des années 60 et 70 ont été confinés à l'auto-stop à travers l'Amérique . Aucun des conducteurs jamais joué TOUS LES GARCONS ET LES FILLES , mais je défendu la musique française à des centaines de hippies , rednecks , et les fanatiques de discothèque , en disant: " Vous n'avez jamais entendu parler de Françoise Hardy . "
En 1973, elle est apparue dans le film SAVE THE TIGER . Le directeur a échoué à briser 29 ans, la chanteuse en Amérique. Elle est restée une créature de la France .
C'était un pays lointain d'Amérique , puis en 1982, j'ai été embauché pour travailler comme portier au Bains -Douches , qui était une boîte de nuit populaire de Paris . Je ne connaissais personne mais rencontré Johnny Halliday , Yves Montand , Catherine Denevue , Yves Saint Laurent , Coluche , modèles Vogue innombrables , les marchands d'armes , et d'autres ampoules de la nuit , mais jamais Françoise Hardy et j'ai demandé au propriétaire de son absence .
" Elle ne va pas sortir la nuit . Son mari , Jacques Dutronc , est très jaloux . "
" De quoi? " Dutronc était une star du rock pour les Français . Personne aux Etats-Unis connaissait son nom , mais ET MOI ET MOI ET MOI était une grande chanson . Je l'ai eu sur bande .
" Bien d'autres hommes .
" Un ami est le meilleur ennemi de l'homme . "
" Non Jacques Dutronc . « Mon patron a averti que son mari était capable de presque tout contre un homme à la recherche d'intimité avec sa femme . " Il est très amoureux d'elle . "
" Qui ne serait pas ? "
Mon patron haussa les épaules avec la compréhension mutuelle , il était un fan de Françoise Hardy aussi.
La vie nocturne est un petit monde à Paris et je n'ai pas mentionné de nouveau le nom de Françoise. Les gens avaient de grandes gueules .
Jacques Dutronc a visité le club à plusieurs reprises . Un gros cigare accroché sur sa bouche . Je détestais l'odeur . Il n'est jamais venu avec Françoise . La rumeur était qu'elle était terriblement timide après avoir été la fille Ye- Ye depuis tant d'années . J'ai fait son mari attendre pour obtenir plus d'une fois .
Jacques se plaignait à mon patron , qui riait dans le dos de la chanteuse .
Mon travail consistait à faire des stars françaises se sentent comme entrer dans l' Bains -Douches a été un privilège , mais mes amis ont été accordés une entrée facile, surtout Suzi Wyss , la maîtresse d'un héritier Getty Oil . J'ai fumé de l'opium à son bloc oriental dans le 13ème arrondissement . La courtisane suisse était superbe cuisinier et a voyagé à travers de nombreuses cliques . Une nuit, elle m'a invité à un dîner .
«Ne dites à personne, mais Françoise Hardy viendra . "
" Je pensais qu'elle ne sortait pas . " Ce fut un miracle .
" Elle ne fait pas, mais elle aime ma cuisine et je suis toujours discret . Donc, pas un mot . "
" Silence sera mon vœu « Je voulais qu'elle me . " Est-ce que son mari est là? "
" Pas pour le dîner , mais pour le dessert . Il a une chose pour ma tarte au chocolat suisse " .
Pièce de résistance de Suzi était un délice culinaire et j'avais prévu comme un général pour ce rendez-vous avec Françoise Hardy .
J'ai acheté une chemise blanche d'Agnès B et un costume gris pour Cerruti . Pas de cravate était mieux que de faire semblant d'être un homme d'affaires et je portais des talons cubains du marché aux puces . Ils remontent à l'époque de son plus grand succès . Je me suis coupé les cheveux courts et ne pas se baigner pendant deux jours pour imiter les Français qui ont évité la baignade dans la crainte de perdre leur masculinité .
VI a montré à l'heure avec un bouquet de roses . Suzi aimait les fleurs . Nous fumions hachage . Opium était pour après le dîner . La sonnette de la porte retentit à 9 .
Françoise est arrivé à l'appartement avec un jeune homme gay . Nous avons ouvert une bouteille de vin . Elle n'était pas un buveur , mais il a été amusé par mes histoires de boîtes de nuit de New York inondé avec de belles femmes et les flics véreux .
" Il ferait un bon film . "
" Seulement si vous avez joué la star . " Je nous imaginé sur le podium de la cérémonie des Oscars recevant Oscars .
«Je suis trop vieux pour jouer ce rôle . "
" Vous n'êtes jamais trop vieux pour être une star . "
Suzi alluma une autre commune . Nous avons fumé avant le dîner.
Je tombais amoureux à nouveau .
En fait , j'ai réalisé que je n'avais jamais cessé d'aimer Françoise.
Elle a parlé de sa musique et pris une guitare dans le coin . La jeune fille Ye- Ye a chanté deux nouvelles chansons . J'étais au paradis et m'apprêtais à lui parler de l'entendre de la musique sur un petit poste de radio , il ya vingt ans.
Un coup à la porte saccagé mon Eden .
L'invité était Jacques Dutronc .
Le visage de Françoise a dit qu'elle lui et personne d'autre aimait .
Tout homme aurait été un imbécile de ne pas aimer la même .
" Je vous connais . " Il a fait son cigare . " Bains -Douches . Portier . "
" Oui , c'est moi. "
" Un écrivain aussi. " Suzi était à mes côtés .
" Pouoff . " Dutronc avait vu des milliers d'écrivains tentent de séduire sa femme . " Les femmes aiment que réalisateurs et producteurs . Ils préfèrent chauffeurs avant un écrivain " .
Françoise se mit à rire à une blague de son mari . Suzi pensé drôle aussi. J'aurais pu les rejoindre , si la riposte n'avait pas frappé profonde . Nous avons rejoint au salon , où Jacques Dutronc ramassé la guitare .
" Françoise et moi avons fait une chanson en 1978 . BROULLIARD DANS LA RUE CORVISART . "
Il déposa son cigare, et a chanté les premières lignes de la chanson. Françoise l'a accompagné sur la chanson . J'applaudis leur duo , ainsi que leur amour partagé . Je n'ai aucune chance . Les chances étaient plus lourdes contre moi que les dossiers du magasin de musique de M. Osburg .
Une heure plus tard le couple célèbre a quitté avec l'ami gay .
Françoise n'a même pas dit au revoir .
Jacques clin d'oeil à moi. Je ne voudrais pas le faire attendre à la porte plus .
" Poor Boy . " Suzi m'a tapoté la joue . " Tout le monde l'aime . "
" Oui, je suppose que nous faisons. "
" Et je sais comment vous faire oublier , si ce n'est que pour quelques minutes . " Suzi me tendit un tuyau . Elle était un bon médecin pour un cœur brisé .
Les trois d'entre nous se sont réunis plusieurs fois à l'appartement de Suzi .
La même routine , comme toujours , dîner , vin , et un joint ou deux . Jacques est venu en retard et ils s'en allèrent ensemble .
Je m'imaginais lui être . Je n'ai pas aimé les cigares et mon français était encore pire que mon allemand . Françoise aimait Jacques et qui était assez bon pour moi , car elle était encore ma déesse même de qu'elle était la femme d'un autre homme et tous les hommes à un moment de leur vie ont besoin d'un déesse pour leur enseigner l'amour ."
Revenir en haut Aller en bas
MIKI
Admirateur
Admirateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 170
Age : 69
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 01/08/2009

Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise Mer 23 Avr 2014 - 12:03

Merci beaucoup Sundridge 18 pour cette traduction , l'article est très sympa
Revenir en haut Aller en bas
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 582
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise Mer 23 Avr 2014 - 20:56

A pleasure MIKI. Sometimes the Google translations are rather strange!
Revenir en haut Aller en bas
sundridge18
Passionné
Passionné
avatar

Féminin Nombre de messages : 582
Age : 68
Localisation : Royaume Uni
Date d'inscription : 02/01/2010

Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise Lun 26 Mai 2014 - 17:25

And another  young American with a passion for Francoise  http://dangerousminds.net/comments/my_teenage_love_affair_with_francoise_hardy


       My teenage love affair with Francoise Hardy

08.06.2010
    







 
""My mother is French and in my early teens I lived in Cannes and Paris. I developed a love for French rock and rollers - Sylvie Vartan, France Gall, Johnny Hallyday and, above all others, Francoise Hardy.
I had a Philips portable battery operated record player upon which I would play Hardy’s 45s non-stop, taking the player with me wherever I went like a prehistoric Walkman. I couldn’t be without her. She was my first teenage crush.
I’d sit on the beach at Cannes, smoking Gauloise cigarettes (which got me high) and listen to Tous les garçons et les filles and Le premier bonheur du jour for hours. It was just me and Francoise on the Riviera watching the thin line separating the blue Mediterranean from the perfect blue sky.
I had yet to discover The Beatles. American rock, with the exception of Chuck Berry, didn’t interest me. Francoise was my pop culture goddess. Nothing else mattered. Nothing. Well,actually, there was one record that I would allow to share the turntable with Francoise: The Lonely Surfer by Jack Nitzsche, a song with an almost Zen melancholy about it, spinning off into the void.
The year of my romance with Francoise and Gauloise and melancholic surfers was 1963. It was September and Hardy was scheduled to play in Cannes. My mother had bought me a ticket. For weeks I could think of nothing else but seeing my goddess perform. On the day of the show, I was dressed to impress in my pegged pants, loafers and turtle neck. I was ready for love. We ascended the steep marble steps of the concert hall and arrived at the ticket booth only to be greeted by my worse nightmare…the show had been canceled! I was heartbroken. My mother and I walked back to our apartment building in total silence. I was beyond myself with disappointment. I felt as though I had been stood up on my first date. I felt shunned, abandoned. I suddenly understood the electric yearning in the twang of Nitzche’s lonely guitars. I was the solitary surfer, crashing against waves of youthful despair. Oh, Francoise, why, why?
I carried the torch for my Gallic lover until the following month when the trivialities of young love were washed away on November 22, the day Kennedy was assasinated. Things changed after that. Innocence was gone. I discovered Bob Dylan and soon The Stones, The Beatles and the rest. Eventually I moved back to the States and Francoise Hardy became a fading memory. It wasn’t until a couple of decades later that my crush was revived and I found myself buying every vinyl record I cound find of hers. And to this day, Francoise is my eternal teenybopper flame, the beatnik princess of my dreams.""
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Message(#) Sujet: Re: A young American's passion for Francoise

Revenir en haut Aller en bas
 
A young American's passion for Francoise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Françoise Hardy - Mon amie la rose :: English section :: Let's speak about Françoise-
Sauter vers: