Françoise Hardy - Mon amie la rose - Accueil



 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique:
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 207 le Ven 22 Sep 2017 - 20:09
Statistiques
Nous avons 176 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Stellar_

Nos membres ont posté un total de 22472 messages dans 3883 sujets
Quelques pochettes
Blog Françoise Hardy - Mon amie la rose
Bienvenue
Bienvenue sur ce site de discussion et d'information consacré à la chanteuse Françoise Hardy.

Vous y trouverez :
- Un blog relayant des informations d'hier et d'aujourd'hui au sujet de la chanteuse, auxquelles vous pouvez répondre en laissant un commentaire
- Un aperçu de sa discographie où chaque album est détaillé et commenté
- Une extension facebook pour partager encore plus facilement
- Une chaîne vidéo thématique sur YouTube  
- Un aperçu des reprises à l'origine de ses succès ou à l'inverse en hommage à son répertoire

En devenant membre, vous pourrez aussi :
- Participer à un forum de discussion (inscription gratuite et sans engagement)
- Découvrir des sujets exclusifs
etc…

Bonne visite,

Jérôme

Blog Françoise Hardy - Mon amie la rose
Accueil
Blog

Forum

Discographie

Reprises

Liens
Traduction à la demande
Où c’est déjà ?
23 avril 2018 - Another Person: Françoise Hardy Interviewed (Clash)
Lun 23 Avr 2018 - 21:37 par Jérôme


Another Person: Françoise Hardy Interviewed


French icon on her new album, and a life-long love of beautiful melody...
ClashMusic
Features
23 · 04 · 2018

In the 1960s, Françoise Hardy found herself on the fringes of France’s yé-yé movement. Although Hardy always rejected the kitsch-y, child-like image that singers like France Gall and Sylvie Vartan were proponents of, the music press had a tendency to pigeon-hole female artists that added a peculiar Frenchness to mid-Atlantic pop.
But while French yé-yé was usually defined by innocence and typically penned by adult male songwriters, Hardy was the more sophisticated counterpart. She had become a poster girl for the breathy, sad lament, but writing melancholic verses was always more functional than autobiographical for the Parisian singer: "I can’t resist a beautiful melody and the most beautiful melodies are also sad,” she says.
“Let’s reference adagios from great concertos for piano and violin. I’ve always thought that a grand melodic theme comes from elsewhere, from a partly divine inspiration. Beauty, in all its form, is the expression of the divine.”
Hardy’s latest album, 'Personne d’autre’ – released earlier this month – follows in the footsteps of previous releases: romantic, candid and tinged with sadness. Hardy agrees: “I don’t think it differs to anything I’ve done previously. It seems to me it is in the continuity of previous ones. I wasn’t planning on making another album, but I was offered these beautiful melodies and I just had to do it.”
“My favourite song from the album is the title track, ‘Personne d’autre’ because the melody has a strange enchanting effect on me, and I’m also happy with my lyrics. But you could say the same thing about Yael Naim’s song, ‘You’re My Home’, which moves me as deeply.”



Lyrically, the subjects that inform her song-writing haven’t changed much either: “My past love life inspired the lyrics for this album, as well as directions given by the composers and the English yaoert – which literally translates to yoghurt. It means meaningless vocals, sung on the melodies.”
We share a mutual affinity for sad melodies. Of course, Hardy’s music is defined by soaring melodies and heart-wrenching tales of love, loss and life as an introvert. I ask Hardy if she thinks melody is the most important element of a song: “It’s the priorité des priorités (priority of priorities). I would only write with a good melody - it is that, along with the emotion it expresses - that dictate the text,” she explains.
Hardy’s music taste is wonderfully diverse – her favourite new bands include Cigarettes After Sex - “I am addicted to their two tremendous albums” she tells me – as well as Oren Lavie from Israel and France’s Juliette Armanet: “All of these new artists are musicians. They play piano or guitar or both, compose and write their songs and are also very talented singers.”
- - -
Citation :
Beauty, in all its form, is the expression of the divine...

- - -
I’m reminded of the time she collaborated with Iggy Pop – in theory, a peculiar pairing – but in actuality, works sublimely: “He’s very, very professional, calm and serious. He is a great singer – a great crooner.”
Françoise Hardy is keen to talk about her other career as an astrologer. Having written a number of books on the subject, I had to ask her how she became involved: “It was a set of circumstances. I was lucky enough to meet the best astrologer in the world, Jean-Pierre Nicola. In a very clever and convincing way he has connected the astrological conditioning to the realities of the solar system. We are all conditioned by a lot of things (genetic, affective, social, geographical, etc.) and the situation of the solar system at the birth moment is also partly conditioning us. For instance the rhythms of this system influence not our destiny, but the way we behave: are we slow or quick, do we have flexibility or not, are we open to the outside world, to the others or not, selective or not, things like that...”



It felt surreal speaking to Hardy about star signs, but I couldn’t resist finding out what she had to say about mine: “I hear all the time people say: Gemini’s are double. That’s wrong: they are many. It’s due to the third part of Spring, under our northern latitudes, the gap between the duration of dominant, increasing day and the dominated, decreasing night is maximal until the sun arrives corresponding to 0° Cancer - first day of summer.”
“Gemini’s are very open, very mobile, quick, curious, nimble, and have the downsides of their upsides. But one can’t be reduced to her/his solar sign. One has to picture the whole natal chart while bearing in mind no one can be reduced to her/his natal chart.”
Indeed, Hardy is often referred to as a 60’s sex symbol – and still, articles focus a lot on her looks – which has the potential to undermine her extraordinary talent as a songwriter. I’m curious to find out if this bothers her: “I personally don’t think I have ever been a 'sex symbol'. It is probably one of the reasons why I got much more letters from girls or women than from men. Usually – but not always of course – the men who write to me are gay. I think that is because sentimentality and romanticism characterises me most.”
While melody and heartache has been a persistent theme of Hardy’s music over the years, the direction her sound took has somewhat shifted. Earlier songs like ‘le temps de l’amour – which made a huge impact culturally – are timeless, but occasionally had a more breezy, poppier appeal that sounded less refined than her more recent work.
- - -
Citation :
From very early on I felt very frustrated...

- - -
With this in mind, I ask Hardy what her retrospective feelings are on her earlier work. Although she appreciates that people still listen to those songs now, she does not think of them as fondly: “From very early on I felt very frustrated because I wanted to have beautiful electric guitars like those of the Shadows in the sixties or those of Cigarette After Sex now. Instead, I had very bad French musicians and a terribly bad musical production. My albums began to improve when I went to London to record them. My first songs were not very interesting either.”
Françoise Hardy’s image is indicative of a particular place and time – it’s hard to imagine that Hardy exists outside a world of 60s black and white films and quaint, Parisian landscapes. That’s why interviewing her now (especially from a basement flat in Leeds) is a surreal experience. Yet, she’s everything you’d expect: elegant, composed, reserved, but very wise.
To close, I ask what she thinks is the main difference between being a recording artist now and when she first started out: “In France I love songs written, composed and sung by Juliette Armanet. She is musically much more gifted than we were in the sixties. But today the problem is that too many gifted young artists make too many albums. You have new albums, new movies, new books, every day but there is not enough room for all of them. Too much production kills the production.”



‘Personne d’autre’ is out now.
Words: Hayley Scott
 
Source : http://www.clashmusic.com/features/another-person-fran%C3%A7oise-hardy-interviewed

Commentaires: 0
23 avril 2018 - Entrée libre (France 5)
Lun 23 Avr 2018 - 21:11 par Jérôme


Replay accessible ici : https://www.france.tv/france-5/entree-libre/saison-7/473311-francoise-hardy.html

Commentaires: 0
23 avril 2018 - Les grosses têtes (RTL)
Lun 23 Avr 2018 - 20:52 par Jérôme

Daniel Auteuil, invité exceptionnel des Grosses Têtes


REPLAY - Avec aujourd'hui autour de Laurent Ruquier : Daniel Auteuil, Gérard Jugnot, Isabelle Mergault, Jeanfi Janssens, Michèle Bernier et Elie Semoun.



Françoise Hardy était l'invitée mystère des grosses têtes...

Le fichier audio est disponible ici : http://r.estat.com/1426576413225394176/7793126899_lundi-23-avril-2018.mp3

Françoise intervient à partir de 1h08mn00

Source : http://www.rtl.fr/culture/medias-people/daniel-auteuil-invite-exceptionnel-des-grosses-tetes-7793126978

Commentaires: 0
21 avril 2018 - Le playlist de la semaine (LCI)
Lun 23 Avr 2018 - 12:42 par Jérôme
Le playlist de la semaine : Kendji Girac, Françoise Hardy et Boulevard des Airs

JT 13H - Kendji Girac, Françoise Hardy et Boulevard des Airs sont les artistes qui composent notre playlist de la semaine.
21 avr. 13:31 -

Au sommaire de cette édition : Kendji Girac dévoile son nouveau single "Maria Maria". Rencontre avec Françoise Hardy qui signe son 28e album intitulé "Personne d'autre". Le "style Hardy" se retrouve intact dans ce nouveau disque. Le groupe Boulevard des Airs, formé par Sylvain et Florent, est notre découverte de la semaine.

Ce sujet a été diffusé dans le journal télévisé de 13h du 21/04/2018 présenté par Anne-Claire Coudray sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 21 avril 2018 des reportages sur l’actualité politique économique, internationale et culturelle, des analyses et rebonds sur les principaux thèmes du jour, des sujets en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des Français.



https://www.lci.fr/culture/le-playlist-de-la-semaine-kendji-girac-francoise-hardy-et-boulevard-des-airs-2085181.html

Commentaires: 0
mai 2018 - Rock & Folk
Sam 21 Avr 2018 - 14:25 par Jérôme


Commentaires: 8
21 avril 2018 - On n'est pas couché (France 2)
Ven 20 Avr 2018 - 11:35 par Jérôme
L'émission enregistrée hier devrait être diffusée ce samedi 21 avril (date susceptible de bouger)



Commentaires: 7
22 avril 2018 - F.Hardy : La star qui ne s’aimait pas(France Dimanche)
Dim 22 Avr 2018 - 19:58 par Jérôme

Françoise Hardy : La star qui ne s’aimait pas


Publié le 22 avril 2018

 

Miraculée, Françoise Hardy revient 
avec un nouvel album et évoque son parcours complexe.


 
Elle n’a jamais eu besoin de cultiver sa différence. Si Françoise Hardy, la discrète, l’introvertie, ne ressemble à personne, ce n’est pas un choix de sa part mais l’exact reflet de sa nature profonde.

Déjà en 1962, à l’heure de Tous les garçons et les filles, son premier succès, la chanteuse traînait sa guitare et sa mélancolie de studio en plateau, quand ses camarades yé-yé vantaient l’amour et l’insouciance de la jeunesse. La jeune fille n’avait alors que 18 ans, mais semblait porter sur ses frêles épaules le poids de toute une vie.

Aujourd’hui, à 74 ans, cette « miraculée » renaît de ses cendres en sortant ce 6 avril un album, Personne d’autre, un titre qui lui colle à la peau.


Ecouter le premier single Le Large


Un événement auquel ses fans ne croyaient plus après le cancer qui avait plongé leur idole dans le coma en 2015.

Mais Françoise, vedette malgré elle, sait encaisser les mauvais coups, même ceux qui vous conduisent aux portes de la mort. Peut-être parce qu’elle a commencé très jeune à souffrir, ainsi que l’artiste s’en est ouverte dans les colonnes de Télérama.

Ses soucis ont en effet commencé très tôt, pour ainsi dire in utero. Sa mère, à la suite d’une grossesse « accidentelle », avait fait une fausse couche : « Cela lui a subitement donné envie d’avoir un enfant, raconte Françoise, et c’est ainsi que je suis née. Ensuite, elle est tombée de nouveau enceinte, mon père ne voulait pas en entendre parler. Elle a quand même gardé ma sœur. »

Idéal féminin




Un choix maternel qui n’a, hélas, pas porté bonheur à ce bébé qui, en grandissant, deviendra une petite fille souffrant de graves troubles mentaux, atteinte à la fois de schizophrénie et de paranoïa.

Un véritable calvaire pour la pauvre gamine, mais aussi une souffrance constante pour les siens. À tel point que, des décennies plus tard, Françoise ne souhaite toujours pas s’étendre sur cet épisode douloureux de sa jeunesse (pas plus d’ailleurs que sur les nombreux attentats à la pudeur dont elle a été victime à l’époque), une blessure qui semble ne s’être jamais vraiment refermée : « Elle a eu une vie terrible. Elle est décédée. Je n’en parle pas. »

Cette période fondatrice de son existence ne lui laisse d’ailleurs guère de bons souvenirs.

Son père avait tout du fantôme. Elle ne le voyait que deux ou trois fois par an, le temps d’un déjeuner, mais l’idéalisait malgré tout. L’affection que lui portait ce père très intermittent lui semblait bien réelle.

Et puis sa famille… en particulier cet oncle parti aider les déportés du sinistre camp de concentration de Dachau, auxquels il sacrifia sa vie, lui paraissait héroïque au regard du parcours de sa mère.

« J’étais écrasée entre une grand-mère qui n’arrêtait pas de me rabaisser, de me dire que je ne valais rien et que j’étais moche, et ma mère qui faisait l’inverse, me survalorisait », raconte-t-elle.

Deux jugements qui étaient aussi pénibles à vivre l’un que l’autre. Car aujourd’hui encore, Françoise supporte mal les feux des projecteurs et ne comprend toujours pas pourquoi certains la portent au pinacle.

« Quand j’entends prononcer le mot d’icône à mon propos, je trouve cela ridicule. J’ai une vie tout à fait normale ! explique-t-elle, toujours dans Télérama. Sans compter que je suis complexée par ma voix limitée, mon incapacité à faire de la scène [elle a arrêté les concerts en 1968, ndlr], mes problèmes de mémorisation des textes. Longtemps, j’ai été complexée aussi par mon physique. »

Une phrase qui pourrait prêter à sourire.

De toutes les stars françaises des Sixties, Françoise Hardy est sans doute celle dont la beauté est la plus frappante et intemporelle. Mais si cette allure est indémodable, c’est vrai qu’elle ne correspondait pas aux canons de l’époque. Dans les années 60, le public appréciait les rondeurs d’une Brigitte Bardot, les filles pulpeuses.

Du coup, seule face à son miroir, Françoise se trouvait laide, trop svelte pour plaire, condamnée par son physique ingrat et ses « grands pieds ». Cet autodénigrement aurait pu durer longtemps si, par un beau jour de 1968, elle n’avait lu l’interview dans Mademoiselle âge tendre d’un sex-symbol masculin planétaire : « Mick Jagger a déclaré que j’étais son idéal féminin. Ça a été un coup de tonnerre ! »

Un tel compliment de la part du leader des Rolling Stones aurait de quoi donner une grande confiance, voire la grosse tête, à la plupart des femmes.

Pourtant, aussi flattée qu’elle ait pu se sentir en lisant cet hommage, la chanteuse est restée hantée par ses démons : « L’absence de mon père m’a fait me focaliser sur ma mère. Trop. J’avais sans cesse peur qu’il lui arrive quelque chose. Du coup, toute ma vie, je me suis focalisée sur très peu de gens. »

Un papa dont Françoise a appris sur le tard qu’il était homosexuel. Et si cela ne l’a pas choquée le moins du monde, elle n’oubliera jamais sa triste fin. Il racolait des jeunes, et l’un d’entre eux l’a cogné si fort qu’il l’a tué…

Par la suite, l’interprète de Partir quand même sera vouée aux hommes absents. À commencer par celui de sa vie, Jacques Dutronc qui, à l’en croire, dans les années 70, pouvait annuler un rendez-vous, alors qu’ils ne s’étaient pas revus depuis trois semaines.

Mais le pire était à venir, après la naissance de Thomas : « Je suis de nouveau tombée enceinte, mais j’ai fait une fausse couche, confie-t-elle dans Télérama. Jacques tournait en Guyane. Je l’ai appelé… et il s’est réjoui en disant : “Je savais qu’il y aurait un problème, je me suis toujours vu avec un petit garçon et pas avec deux.” »

Même s’ils forment depuis longtemps un couple (très) libre, le lien qui les unit semble indestructible : « Quand je lui ai proposé de divorcer, il m’a répondu : “Jamais !” […] En vieillissant, il est devenu plus charmant. »

Pétrifiée




Françoise est désormais entrée dans l’âge de la nostalgie. Sans la moindre nuance d’amertume, mais avec un soupçon de regret. Comme celui d’avoir perdu Serge Gainsbourg, auteur de son tube Comment te dire adieu : « Je nous revois au restaurant, alors que Jane Birkin tournait La piscine. Il avait peur qu’elle craque pour Delon. J’essayais de lui expliquer que si elle était sensible au charme de Serge, elle ne le serait sans doute pas à celui de Delon. »

Ou encore le souvenir rétrospectif de sa rencontre avec Bob Dylan, lors de son passage à l’Olympia : « Il voulait que j’aille le voir à l’entracte. Il était pétrifié et moi aussi. Et après, dans sa chambre d’hôtel, quand il m’a fait entendre Just Like a Woman et I Want You, il n’a pas eu le moindre geste déplacé. »

Pourtant, bien plus tard, un couple d’Américains rencontrés à Paris lui remettra des textes « très romantiques » du barde des Beatniks, révélant que Françoise avait été son fantasme d’adolescent. Une histoire résumant à merveille le parcours d’une femme qui a toujours ignoré son talent et sa beauté. Une ignorance qui fait tout son charme…

Claude LEBLANC

Source : http://www.francedimanche.fr/actualites/francoise-hardy-la-star-qui-ne-s-a-aimait-pas

Commentaires: 0
21 avril 2018 - Manifeste contre le nouvel antisémitisme
Dim 22 Avr 2018 - 19:41 par Jérôme

Manifeste «contre le nouvel antisémitisme»


Le 28 mars dernier, la marche blanche en hommage à Mireille Knoll avait réuni des milliers de personnes à Paris. LP/Guillaume Georges.

Ce manifeste, rédigé par Philippe Val et que publie « Le Parisien-Aujourd’hui en France Dimanche », réunit plus de 250 signataires. Parmi eux, trois anciens Premiers ministres, des élus, des intellectuels, des artistes…



Dans un livre à paraître mercredi chez Albin Michel*, quinze intellectuels prennent la plume pour dénoncer le poison de l’antisémitisme. L’ouvrage, préfacé par la philosophe Elisabeth de Fontenay, est écrit avec l’énergie de la colère. Une colère qui prend aujourd’hui la forme d’un manifeste qu’« Aujourd’hui en France Dimanche » a décidé de publier. Elle grandit depuis la mort de Sarah Halimi, Parisienne de 65 ans défenestrée après avoir été rouée de coups le 4 avril 2017. La justice a mis plus de dix mois à reconnaître la circonstance aggravante de l’antisémitisme. Le 23 mars, moins d’un an plus tard, dans le même arrondissement, au cœur de la capitale, l’assassinat de Mireille Knoll, 85 ans, ravivait l’émotion et l’indignation nées de l’affaire Halimi. L’enquête est en cours.
Plus de 250 signataires ont répondu à l’appel rédigé par un collectif, dont Philippe Val, l’ancien directeur de « Charlie Hebdo ». Parmi eux, trois anciens Premiers ministres, des élus de tous bords, des représentants des différentes religions, des intellectuels, des artistes…

« Cette terreur se répand »


« L’antisémitisme n’est pas l’affaire des Juifs, c’est l’affaire de tous. Les Français, dont on a mesuré la maturité démocratique après chaque attentat islamiste, vivent un paradoxe tragique. Leur pays est devenu le théâtre d’un antisémitisme meurtrier. Cette terreur se répand, provoquant à la fois la condamnation populaire et un silence médiatique que la récente marche blanche a contribué à rompre.
Lorsqu’un Premier ministre à la tribune de l’Assemblée nationale déclare, sous les applaudissements de tout le pays, que la France sans les Juifs, ce n’est plus la France, il ne s’agit pas d’une belle phrase consolatrice mais d’un avertissement solennel : notre histoire européenne, et singulièrement française, pour des raisons géographiques, religieuses, philosophiques, juridiques, est profondément liée à des cultures diverses parmi lesquelles la pensée juive est déterminante. Dans notre histoire récente, onze Juifs viennent d’être assassinés - et certains torturés - parce que Juifs, par des islamistes radicaux.

« Une épuration ethnique à bas bruit »


Pourtant, la dénonciation de l’islamophobie - qui n’est pas le racisme anti-Arabe à combattre - dissimule les chiffres du ministère de l’Intérieur : les Français juifs ont 25 fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans. 10 % des citoyens juifs d’Ile-de-France - c’est-à-dire environ 50 000 personnes - ont récemment été contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines cités et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école de la République. Il s’agit d’une épuration ethnique à bas bruit au pays d’Émile Zola et de Clemenceau.
Pourquoi ce silence ? Parce que la radicalisation islamiste - et l’antisémitisme qu’il véhicule - est considérée exclusivement par une partie des élites françaises comme l’expression d’une révolte sociale, alors que le même phénomène s’observe dans des sociétés aussi différentes que le Danemark, l’Afghanistan, le Mali ou l’Allemagne… Parce qu’au vieil antisémitisme de l’extrême droite, s’ajoute l’antisémitisme d’une partie de la gauche radicale qui a trouvé dans l’antisionisme l’alibi pour transformer les bourreaux des Juifs en victimes de la société. Parce que la bassesse électorale calcule que le vote musulman est dix fois supérieur au vote juif.

« Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie »


Or à la marche blanche pour Mireille Knoll, il y avait des imams conscients que l’antisémitisme musulman est la plus grande menace qui pèse sur l’islam du XXIème siècle et sur le monde de paix et de liberté dans lequel ils ont choisi de vivre. Ils sont, pour la plupart, sous protection policière, ce qui en dit long sur la terreur que font régner les islamistes sur les musulmans de France.
En conséquence, nous demandons que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémite catholique aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime.
Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie. Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu’est l’antisémitisme devienne cause nationale avant qu’il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France. »

* « Le Nouvel Antisémitisme en France », Ed. Albin Michel, 213 p., 15 euros.


La liste des signataires
Charles Aznavour ; Françoise Hardy ; Pierre Arditi ; Elisabeth Badinter ; Michel Drucker ; Sibyle Veil ; François Pinault ; Eric-Emmanuel Schmitt ; Marceline Loridan-Ivens ; Radu Mihaileanu ; Elisabeth de Fontenay ; Nicolas Sarkozy ; Pascal Bruckner ; Laure Adler ; Bertrand Delanoë ; Manuel Valls ; Michel Jonasz ; Xavier Niel ; Jean-Pierre Raffarin ; Gérard Depardieu ; Renaud ; Pierre Lescure ; Francis Esménard ; Mgr Joseph Doré ; Grand Rabbin Haïm Korsia ; Imam Hassen Chalghoumi ; Carla Bruni ; Boualem Sansal ; Imam Aliou Gassama ; Annette Wieviorka ; Gérard Darmon ; Antoine Compagnon ; Mofti Mohamed ali Kacim ; Bernard Cazeneuve ; Bernard-Henri Lévy ; Philippe Val ; Zabou Breitman ; Waleed al-Husseini ; Yann Moix ; Xavier De Gaulle ; Joann Sfar ; Julia Kristeva ; François Berléand ; Olivier Guez ; Jeannette Bougrab ; Marc-Olivier Fogiel ; Luc Ferry ; Laurent Wauquiez ; Dominique Schnapper ; Daniel Mesguich ; Laurent Bouvet ; Pierre-André Taguieff ; Jacques Vendroux ; Georges Bensoussan ; Christian Estrosi ; Brice Couturier ; Imam Bouna Diakhaby ; Eric Ciotti ; Jean Glavany ; Maurice Lévy ; Jean-Claude Casanova ; Jean-Robert Pitte ; Jean-Luc Hees ; Alain Finkielkraut ; Père Patrick Desbois ; Aurore Bergé ; François Heilbronn ; Eliette Abécassis ; Bernard de la Villardière ; Richard Ducousset ; Juliette Méadel ; Daniel Leconte ; Jean Birenbaum ; Richard Malka ; Aldo Naouri ; Guillaume Dervieux ; Maurice Bartelemy ; Ilana Cicurel ; Yoann Lemaire ; Michel Gad Wolkowicz ; Olivier Rolin ; Dominique Perben ; Christine Jordis ; David Khayat ; Alexandre Devecchio ; Gilles Clavreul ; Jean-Paul Scarpitta ; Monette Vacquin ; Christine Orban ; Habib Meyer ; Chantal Delsol ; Vadim Sher ; Françoise Bernard ; Frédéric Encel ; Christiane Rancé ; Noémie Halioua ; Jean-Pierre Winter ; Jean-Paul Brighelli ; Marc-Alain Ouaknin ; Stephane Barsacq ; Pascal Fioretto ; Olivier Orban ; Stéphane Simon ; Laurent Munnich ; Ivan Rioufol ; Fabrice d’Almeida ; Dany Jucaud ; Olivia Grégoire ; Elise Fagjeles ; Brigitte-Fanny Cohen ; Yaël Mellul ; Lise Bouvet ; Frédéric Dumoulin ; Muriel Beyer ; André Bercoff ; Aliza Jabes ; Jean-Claude Zylberstein ; Natacha Vitrat ; Paul Aidana ; Imam Karim ; Alexandra Laignel-Lavastine ; Lydia Guirous ; Rivon Krygier ; Muriel Attal ; Serge Hefez ; Céline Pina ; Alain Kleinmann ; Marie Ibn Arabi-Blondel ; Michael Prazan ; Jean-François Rabain ; Ruth Aboulkheir ; Daniel Brun ; Paul Aidane ; Marielle David ; Catherine Kintzler ; Michèle Anahory ; Lionel Naccache ; François Ardeven ; Thibault Moreau ; Marianne Rabain-Lebovici ; Nadège Puljak ; Régine Waintrater ; Michèle Anahory ; Aude Weill-Raynal ; André Aboulkheir ; Elsa Chaudun ; Patrick Bantman ; Ruben Rabinovicth ; Claire Brière-Blanchet ; Ghislaine Guerry ; Jean-Jacques Moscovitz ; André Zagury ; François Ardeven ; Estelle Kulich ; Annette Becker ; Lilianne Lamantowicz ; Ruth Aboulkheir ; Christine Loterman ; Adrien Barrot ; Talila Guteville ; Florence Ben Sadoun ; Michèle Anahory ; Paul Zawadzki ; Serge Perrot ; Patrick Guyomard ; Marc Nacht ; André Aboulkheir ; Laurence Bantman ; Josiane Sberro ; Anne-Sophie Nogaret ; Lucile Gellman ; Alain Bentolila ; Janine Atlounian ; Claude Birman ; Danielle Cohen-Levinas ; Laurence Picard ; Sabrina Volcot-Freeman ; Gérard Bensussan ; Françoise-Anne Menager ; Yann Padova ; Evelyne Chauvet ; Yves Mamou ; Naem Bestandji ; Marc Knobel ; Nidra Poller ; Brigitte-Fanny Cohen ; Joelle Blumberg ; Catherine Rozenberg ; André Aboulkheir ; Caroline Bray-Goyon ; Michel Tauber ; André Zagury ; Laura Bruhl ; Eliane Dagane ; Paul Zawadzki ; Michel Bouleau ; Marc Zerbib ; Catherine Chalier ; Jasmine Getz ; Marie-Laure Dimon ; Marion Blumen ; Simone Wiener ; François Cahen ; Richard Metz ; Daniel Draï ; Jacqueline Costa-Lascoux ; Stéphane Lévy ; Arthur Joffe ; Antoine Molleron ; Liliane Kandel ; Stéphane Dugowson ; David Duquesne ; Marc Cohen ; Michèle Lévy-Soussan ; Frédéric Haziza ; Martine Dugowson ; Jonathan Cohen ; Damien Le Guay ; Patrick Loterman ; Mohamed Guerroumi ; Wladi Mamane ; William de Carvalho ; Brigitte Paszt ; Séverine Camus ; Solange Repleski ; André Perrin ; Sylvie Mehaudel ; Jean-Pierre Obin ; Yael Mellul ; Sophie Nizard ; Richard Prasquier ; Patricia Sitruk ; Renée Fregosi ; Jean-Jacques Rassial ; Karina Obadia ; Jean-Louis Repelski ; Edith Ochs ; Jacob Rogozinski ; Roger Fajnzylberg ; Marie-Helène Routisseau ; Philippe Ruszniewski ; André Senik ; Jean-François Solal ; Paule Steiner ; Jean-Benjamin Stora ; Anne Szulmajster ; Maud Tabachnik ; Daniel Tchenio ; Julien Trokiner ; Fatiha Boyer ; Cosimo …

[ Lecture complète ]
Commentaires: 0
22 avril 2018 - L'écho républicain
Dim 22 Avr 2018 - 11:06 par Jérôme

Françoise Hardy


« C’est incroyable que je sois encore là »


Publié le 22/04/2018

Françoise Hardy revient avec un album inespéré, . ©️ photo B. Peverelli  

Françoise Hardy retrouve la lumière avec la sortie de son 28 e album, Personne d’autre , qui couronne une carrière entamée en 1962. Interview pleine d’émotion d’une légende vivante.



Paris, lundi après-midi. En ce jour ensoleillé, les passants redécouvrent le soleil et la légèreté. C'est le jour idéal pour s'entretenir avec Françoise Hardy, qui semble renaître avec la sortie de son nouvel album, Personne d'autre. Un disque fragile, enregistré après sa bataille contre un lymphome qui a failli l'emporter.

La sortie de cet album relève du miracle.  On peut dire ça. Pour la première fois, les mélodies sont arrivées sans que je ne demande rien. Ce sont elles qui ont guidé mes textes.

Quelle a été l'ambiance pendant l'enregistrement ? Sereine ou angoissée ?  J'ai eu pas mal de difficultés. J'ai attrapé une otite, je me suis soignée, mais mon état a empiré. J'avais un voile sur ma voix, ça a été terrible, car ça m'a mis dans des états de stress pas possibles. J'ai dû ré-enregistrer deux chansons : You're my home et Quel dommage. J'ai le trac quand je commence à chanter. Je connais mes limites et je me demande toujours si elles vont se manifester. 

Les limites dont vous parlez ne vous empêchent pas de chanter depuis cinquante-six ans.  C'est vrai. Je n'ai pas non plus donné de concerts depuis 1967. C'est incroyable que je sois encore là.

Le point de départ, c'est Dors mon ange, l'adaptation d'une chanson d'un groupe finlandais. Découvrir de nouveaux sons, c'est ce qui vous motive ?  Ce n'est pas une question de motivation. Quand j'entends une belle chanson, je suis au Septième ciel. Je tombe dans un état d'addiction, je n'arrête pas de l'écouter et de la fredonner.

Vous rendez-vous compte que vous avez influencé beaucoup d'artistes ?  Je ne crois pas, car je m'inscris dans une certaine tradition. Pour marquer son temps, il faut être en rupture, comme Véronique Sanson ou Jacques Dutronc.

Personne d'autre, c'est pour  Jacques Dutronc. Est-ce qu'il a entendu la chanson ?  Ce morceau, c'est sur notre passé. Je me rappelle de l'année 1967 et notre rencontre. Les signes que Jacques m'envoyait étaient très subtils, et les miens l'étaient également. À l'époque, j'étais désespérée, car je pensais qu'il n'allait rien se passer. J'étais paralysée. Il a fini par faire le premier pas. Il sait que la chanson parle de lui, mais je ne sais pas s'il l'a écoutée. 

Restez-vous en contact avec lui ?  Bien sûr, nous sommes toujours mariés. À partir du moment où on a vécu si longtemps – et ses meilleures années – avec quelqu'un, cela crée un lien indestructible. J'espère mourir avant lui. Je n'imagine pas un monde sans Jacques.  

Rémi Bonnet

Source : https://www.lechorepublicain.fr/chartres/loisirs/scene-musique/2018/04/22/cest-incroyable-que-je-sois-encore-la_12822128.html

Commentaires: 0
22 avril 2018 - L'entretien du dimanche (Sud Ouest)
Dim 22 Avr 2018 - 11:00 par Jérôme

L’entretien du dimanche. Françoise Hardy : "Un album, c’est énormément de stress"



22/04/2018 à 10h31 par Julien Rousset.



Il y a trois ans, la chanteuse, hospitalisée, placée dans le coma, frôlait la mort. Elle revient aujourd’hui à la musique avec un 24e album.



Une interview de Françoise Hardy, ce n’est pas une interview, c’est une conversation, avec une personnalité à la fois douce et tranchante, combinaison qui n’appartient qu’à elle. À 74 ans, l’impératrice du clair-obscur a reçu « Sud Ouest » pour parler de son nouvel album, « Personne d’autre ».

« Sud Ouest » Vous avez eu de gros problèmes de santé en 2015. Pour vous, était-ce un souhait important, après votre convalescence, que de revenir à la musique ? Une sorte de renaissance ?
Françoise Hardy Pas du tout ! Après ce qui m’est arrivé et étant donné mon âge, je sais qu’il faut faire attention, avoir une vie calme, régulière. Un album, c’est énormément de stress. Quand je dois faire les voix, vous n’imaginez pas l’état dans lequel je suis. J’ai d’autant plus le trac que je ne chante pas souvent et que j’ai une petite voix…

Pourquoi, malgré cette appréhension, revenir à la musique ?
Un ami très proche, Marc Maréchal, a appelé, à mon insu, ma maison de disques en leur disant : « Si vous ne la relancez pas, elle ne fera plus jamais de disques. J’ai commencé à recevoir des mélodies, j’en ai découvert d’autres, l’envie est revenue. »

Les mélodies, c’est toujours le point de départ dans votre travail ?
Rien ne me rend plus heureuse, dans le domaine professionnel, que de tomber sur une belle mélodie, qui touche en moi quelque chose de profond. Le texte vient dans un second temps. Une bonne mélodie, c’est très inspirant et structurant : les contraintes rythmiques vous guident dans l’écriture.

Vous avez écrit les textes de la plupart des chansons de l’album, mais le single, « Le Large », est composé et écrit par La Grande Sophie. Pourquoi ce choix ?
Parce qu’il m’a semblé que c’est la chanson qui a le plus de potentiel. Je me suis souvenue d’un conseil de Serge Gainsbourg. Je lui avais donné mon album « La Question », qui n’avait pas vraiment de morceau étendard, il m’avait dit : « C’est très bien, mais il ne sert à rien d’avoir de beaux wagons s’il n’y a pas une belle locomotive pour les tirer. »



La chanson qui donne le titre à votre disque, « Personne d’autre », s’adresse à Jacques Dutronc. Vous a-t-il donné son avis sur l’album ?
Eh bien non ! Comme ça me tourmente un peu, j’ai demandé à un ami qui l’a récemment rejoint en Corse de mener sa petite enquête (rires). Je sais qu’il écoute l’album mais, pour l’instant, pas de réaction…

Johnny Hallyday puis France Gall sont récemment disparus… Aviez-vous des liens d’amitié avec eux ?
J’étais très fan de France mais nous n’étions pas amies. Quant à Johnny, j’avais énormément d’admiration et d’affection pour lui. Comment ne pas l’aimer ? J’aurais aimé être son amie mais c’était un homme à hommes, ses amis étaient des hommes… J’ai l’habitude de dire que la mort de Serge Gainsbourg, en 1991, a marqué la fin de notre jeunesse et que celle de Johnny et de France, c’est le début de la fin. On ne peut pas s’empêcher de penser qu’on est le prochain sur la liste…

Avec Johnny Hallyday, vous étiez du même quartier…

Oui, Johnny, Jacques et moi sommes des enfants du 9e arrondissement de Paris, nous avons passé notre enfance à quelques mètres les uns des autres. Avec eux, et Sylvie, Sheila, on a tous débuté ensemble. Nous venions tous du peuple. Nous avons vécu le succès fulgurant, la condescendance aussi de certains journalistes comme Denise Glaser ou Pierre Dumayet…

Je n’ai jamais supporté que des journalistes se moquent du manque de culture politique de Johnny. Reprocherait-on à un ministre de chanter faux ? Aujourd’hui, dans le même ordre d’idée, je trouve absolument anormal que, dans l’émission de Laurent Ruquier, les chanteurs doivent soumettre leur album au jugement de deux écrivains.

Vous aviez une vingtaine d’années en mai 1968. Que pensez-vous de la commémoration qui s’annonce ?
Je trouve qu’il y a un abus de langage quand on dit que « Mai 68 a changé la société » : on confond les causes et les effets. Mai 68 n’a pas transformé la société, mais fut l’expression du fait que celle-ci était en train de changer. C’est une évolution collective qui arrivait à maturité, et qui a d’ailleurs eu lieu dans les autres pays européens où il n’y a pas eu de Mai 68.

Le journal « Libération » parle à votre propos de « spleen queen ». La mélancolie n’est-elle pas, finalement, votre façon d’être heureuse ?
Oui, on peut se complaire dans la mélancolie, à condition qu’elle soit sublimée, qu’un art, quel qu’il soit, la transcende.

Vous êtes une grande romantique…
Ah mais totalement ! J’adore la musique romantique, Rachmaninov en particulier, ou les livres d’Edith Wharton, d’Henry James, de Rosamond Lehmann… C’est à pleurer de beauté.

Peut-être vaut-il mieux se morfondre avec un livre ou un piano en pensant à l’amour impossible, plutôt que de s’ennuyer dans la conjugalité ?
Toutes les choses douloureuses que j’ai vécues dans ma vie sentimentale m’ont permis d’écrire des chansons. Aurais-je préféré une histoire très équilibrée à la vie compliquée que j’ai eue avec Jacques ? Je ne sais pas. Ce que je sais, c’est que les thèmes mélodiques les plus beaux sont mélancoliques.

Vous êtes souvent associée à la mélancolie, et aussi à une beauté particulière, androgyne, qui n’est pas dans la séduction…
Elle est loin derrière, aujourd’hui, ma beauté… La séduction, ce n’est pas mon registre du tout. À mes débuts, j’étais terriblement complexée. C’était l’époque des femmes plantureuses comme Bardot… Je suis l’inverse des femmes conquérantes : quand un homme me plaît, je pars en courant tellement j’ai peur de l’embarrasser avec l’impression qu’il me fait.

« Le Large » évoque la mort, sans tristesse. La mort vous fait-elle peur ?
Il y a quelques années, j’ai vraiment cru, déjà, que j’allais mourir. C’était en 2005, j’ai eu un décollement de la plèvre. Dans ces circonstances, les deux choses qui dominent sont la souffrance physique et le chagrin. Je pensais à Thomas. La mort, c’est quand même une séparation d’avec les êtres qu’on aime… Donc le fait de mourir me fait peur. Mais l’après ne m’inquiète pas. Peut-être que la mort du corps n’est pas celle de l’esprit. J’espère qu’on peut continuer à protéger les êtres qu’on aime, une fois qu’on est dans une autre dimension…

Il y a eu de nombreux hommages à Johnny ou France Gall. Vous arrive-t-il de penser à ce qu’on dira de vous, le jour de votre mort ?
Je crains fort que les radios et les télés ne passent en boucle « Tous les garçons et les filles », ce qui m’afflige. Quoi que, maintenant, ils choisiront peut-être « Le Large », parce que la chanson parle de la mort. Ouf ! (grand éclat de rire)



« Personne d’autre »


Guitares aériennes, mélodies élégiaques, voix claire : dans son nouvel album, « Personne d’autre », sorti le 6 avril, Françoise Hardy continue de creuser son sillon délicat, d’arpenter les plis et les nuances du sentiment amoureux. Elle a écrit les textes de neuf des douze chansons de cet album réalisé par Erick Benzi. Un disque jalonné de collaborations avec Thierry Stremler (« Trois petits tours »), Pascale Daniel, Maissiat, Yael Naim, La Grande Sophie (« Le Large »), et ponctué par une somptueuse reprise de « Seras-tu là ? », de Michel Berger.

Source :

[ Lecture complète ]
Commentaires: 0
23 avril 2018 - Le nouveau rendez-vous (France Inter)
Dim 22 Avr 2018 - 10:52 par Jérôme


Françoise Hardy est l'invitée du Nouveau Rendez-vous, retour sur sa carrière et son nouvel album, "Personne d'autre".



Rencontre avec une grande dame de la chanson française, Françoise Hardy, pour la sortie de son nouvel album Personne d'autre (Parlophone Warner). Après la maladie, elle signe un album de chansons mélancoliques et hantées par l'idée du départ, des adieux.

A quel moment a-t-elle décidé de repartir en studio et refaire un album après L'Amour fou ?

Françoise Hardy nous raconte l'histoire de cet album, sa collaboration avec le cinéaste François Ozon, qui réalise en noir et blanc le clip de la chanson Le Large, mais aussi avec La Grande Sophie, Yaël Naïm ou encore Erick Benzi, qui a signé des chansons pour Céline Dion et Johnny Hallyday.  

Rediffusion de l'instant V de Valli du 15 février 2018, avec Joan as Police Woman. La chanteuse américaine a collaboré avec les plus grands (Nick Cave, Lou Reed, Jeff Buckley...) et présente aujourd'hui son nouvel album Damned Devotion chez Pias Records.


Source : https://www.franceinter.fr/emissions/le-nouveau-rendez-vous/le-nouveau-rendez-vous-23-avril-2018-0

Commentaires: 0
18 avril 2018 - Gala
Jeu 19 Avr 2018 - 11:21 par Jérôme
Françoise Hardy évoque sa sexua­lité : « Une affaire du passé »
« La libido dimi­nue »
# Saeptem | mercredi 18 avril 2018 à 12:25


Dans une inter­view menée par la chan­teuse la Grande Sophie, Françoise Hardy se confie pour Gala sur sa vie amou­reuse et sexuelle, à l'âge de 74 ans. À ses yeux, la nature est bien faite et, si l'on peut « vieillir à deux », il faut tirer un trait sur certains aspects des rela­tions.

À 74 ans, Françoise Hardy s'est confiée à la Grande Sophie, dans un entre­tien pour Gala. La proche de Johnny et Laeti­cia Hally­day, ancienne compagne de Jacques Dutronc, et femme toujours enga­gée, dévoile son rapport à l'amour et à la sexua­lité en tant que septua­gé­naire. Aurait-t-elle, avec l'âge, tiré un trait sur l'amour ? « Sur la rela­tion amou­reuse, oui, et depuis long­temps ! Quand on tombe amou­reux à 70 ans, il vaudrait mieux le garder pour soi », assure-t-elle.

« Il me semble qu'à partir d'un certain âge, le sexe est une affaire du passé, précise la chan­teuse. La nature fait d'ailleurs bien les choses : le corps ne suit plus, il se déglingue de partout, la libido dimi­nue. Évidem­ment, on peut vieillir à deux. Mais le compa­gnon­nage, ça n'est rien d'autre qu'une forme d'amitié, aussi précieuse soit-elle ». Si Françoise Hardy a tiré un trait sur les rela­tions amou­reuses et sexuelles, elle n'oublie pour autant pas son premier amour : la musique. La chan­teuse a sorti début avril Personne d'Autre, son 28e album. Outre les chan­sons origi­nales, elle y reprend le morceau Seras-tu là de Michel Berger.

https://www.gala.fr/l_actu/news_de_stars/francoise-hardy-evoque-sa-sexualite-une-affaire-du-passe_414500
L'inté­gra­lité de cette inter­view est à retrou­ver dans Gala n°1297, en vente depuis le 18 avril.

Commentaires: 6
20 avril 2018 - Françoise Hardy - Personne d'autre (AllMusic Review)
Sam 21 Avr 2018 - 11:23 par Jérôme

AllMusic Review by Thom Jurek



Françoise Hardy has been absent from recording for six years. While that's not unusual for her -- she'd gone eight years between albums during her 57-year career -- the circumstances surrounding that absence directly shine a light on Personne d'Autre (Nobody Else), her 24th studio album. Hardy was diagnosed with lymphatic cancer a few years before 2012's L'Amour Fou. The process of cutting a record while going through cyclical chemo treatments was exhausting. She'd decided it was her final outing. The cancer never really went into remission during those years, and Hardy eventually became so ill, she lapsed into a coma for eight long days in 2015. But she rallied. She'd completely lost her singing voice, but she was alive and determined to fight back.

Ultimately, she did. After hearing "Dors Mon Ange" (Sleep, My Angel) by Norway's Poets of the Fall, she asked Eric Benzi, her chief collaborator and producer here, to work up a version she could sing. She adapted the lyrics in French and embellished them to where it suited her; it is the hub this album turns on. Personne d'Autre finds the yé-yé icon writing and singing as if her life depended on it (and perhaps it does). Among the three cover songs here, she offers her version of Yael Naim's "You're My Home," sung directly to her son Thomas Dutronc and husband Jacques in English. It's a signifier for the rest of this date: it's intimate and gentle, and while musically delicate, lyrically it's anything but. Hardy looks at mortality head-on through elegant pop and gauzy soft rock, as evidenced by "Un Seul Geste" where, in her still wispy yet huskier voice, she sings "Because all markers panic and time is accelerating nowhere" amid lithe guitars and spindly, shimmering keyboards.

In the title track, as piano and electronic keys create a silky sonic web, she opines "Other life, other words, pure loss/What is the point in closing your eyes/How to lose your mind so much/For a sign or two?" as guest Renaud Garcia-Fons' bowed double bass adds dimension. "Train Spécial" is a nostalgia-inflected yé-yé exercise that pays homage to Jacques. The reading of Michel Berger's "Seras-Tu Là?" (Will You Be There?) finds her trio -- Benzi, guitarist Jeff Bourassin, and bassist Roberto Briot -- appended by the Macedonian Radio Symphonic Orchestra, adding drama as well as poignancy. Her vocal poses steely questions directly at the oncoming darkness: "Will you be able to follow me there, where I'm going?/Will you know how to live the worst: loneliness/Passing time and habit/Look at them, our enemies/Tell me yes." Hardy's voice is strong and resolute as it is also vulnerable throughout. While not as career-defining as her early-'70s work, or even 1996's Le Danger, Personne d'Autre finds Hardy in full command of her authority as a songwriter and, despite her voice's wear and tear, the full weight and charm of her signature as a singer. If this is indeed her final recording, it's one she can be proud of and one for fans to celebrate.

Source : https://www.allmusic.com/album/personne-dautre-mw0003160885

Commentaires: 3
20 avril 2018 - Le retour en demi-teinte de Françoise Hardy (RTS)
Ven 20 Avr 2018 - 17:04 par Jérôme

Le retour discographique en demi-teinte de Françoise Hardy



La chanteuse française Françoise Hardy. [Parlophone France - Warner Music]

A 74 ans, la mélancolique chanteuse française Françoise Hardy effectue son retour avec "Personne d'autre". Un 28e album en demi-teinte repoussé par la maladie et qui ne convainc que par intermittence.
"Personne d'autre" aurait pu ne jamais voir le jour. La faute à un lymphome qui a poussé l'icône pop des sixties dans ses derniers retranchements après dix ans de lutte déjà contre ce tenace cancer.
Dans un entretien accordé à l'émission "Paradiso" de la RTS, Françoise Hardy explique la genèse de ce retour qui a failli ne pas voir le jour: "Je n'avais pas l'intention spécialement de faire un nouvel album. Tout cela est parti d'un ami qui a travaillé avec moi mais est désormais à la retraite qui a appelé ma maison de disques pour leur dire que je ne ferai plus jamais rien si on ne me relançait pas... Et puis il y avait eu un tel état de grâce pour mon précédent album, "L'amour fou", que je n'avais pas envie d'enregistrer à nouveau. Je me disais que c'était bien de finir sur un tel album. Et puis, la deuxième raison, beaucoup plus prosaïque, est que j'avais eu d'énormes problèmes de santé en 2015 (...) et qu'un enregistrement est une source de stress peu compatible".

Revigorée mais peu inspirée


A 74 ans, Françoise Hardy rebondit pourtant en chantant. Revigorée même, celle qui avait affirmé à plusieurs reprises vouloir arrêter la chanson s'offre un retour discographique inespéré avec douze titres où elle évoque notamment l'au-delà avec une étonnante sérénité: "Et demain tout ira bien, tout sera loin/Là, au final, quand je prendrai le large/Tout sera loin/Donne-moi la main/Là, au final, quand je prendrai le large" ("Le large").

>> A voir: le clip de "Le large"


"Personne d'autre", dont le titre éponyme évoque la passion qui la liait à son ancien compagnon de route Jacques Dutronc, voit aussi la chanteuse française reprendre une chanson de Michel Berger qui avait réalisé son fameux et sublime album "Message personnel" en 1973, "Seras-tu là?", et adapter en français un titre très mélodique du groupe finlandais  Poets of the Fall, "Dors mon ange" ("Sleep initialement).
Hélas, la belle mélancolie douce-amère qui prévaut dans le répertoire de Françoise Hardy fait ici cruellement défaut, chassée par une absence de reliefs et de clairs-obscurs qui aboutissent à une monotonie ronronnante ambiante. Dans ce lot d'atmosphères trop éthérées se distinguent heureusement quelques titres remarquables comme "Le large", écrit par La Grande Sophie, "Train spécial" et "A cache-cache".
Olivier Horner

Source : http://www.rts.ch/info/culture/musiques/9497617-le-retour-discographique-en-demi-teinte-de-francoise-hardy.html

Commentaires: 1
18 avril 2018 - Les lettres d’amour de Bob Dylan (RollingStone)
Ven 20 Avr 2018 - 10:25 par Jérôme

Les lettres d’amour que Bob Dylan envoyait à Françoise Hardy



Auteur : Samuel Regnard 18/04/2018 19:00

La chanteuse Françoise Hardy a reçu des ébauches de lettres d’amour écrites de la main de Bob Dylan, datant des années 60.



Il y a, dans l’imaginaire collectif, le fantasme de voir deux artistes se lier et s’aimer, afin d’en concocter un cocktail explosif de leurs talents respectifs. Récemment passée au micro de l’émission Bande Originale de France Inter, la chanteuse qu’on ne présente plus Françoise Hardy a confié qu’elle avait reçu, il y a quelques mois de cela, des fragments de lettres écrites par Bob Dylan en personne, mais jamais envoyées officiellement.
Plongée dans l’histoire de ce qui semblait être un amour impossible. Tout a commencé par un coup de foudre, lorsque Bob aperçoit Françoise sur une photographie. La passion le prend, de plein fouet, jusqu’à le pousser dans un café dans le Greenwich Village new-yorkais, à passer des heures à taper sur sa machine à écrire. Une tonne de papiers froissés, ré-écrits, perdus… mais récupérés, par le patron du café, puis un autre. « Ces deux personnes, qui ont mis beaucoup de temps à me trouver, avaient hérité de certains documents. Ils ont pensé que ceux-là pouvaient m’intéresser », précise Françoise Hardy. Cette dernière récupère un feuillet entier de lettres où est bien spécifié « For Françoise Hardy ».



La rencontre d’un instant 



Bob Dylan et Françoise Hardy se sont pourtant croisés qu’une seule fois. La salle mythique de l’Olympia, où il joue en tête d’affiche. Nous sommes en mai 1966. Dylan la reconnait, au milieu de la foule, il ne voit qu’elle. Déstabilisé, son concert se déconstruit sous le bruit de mécontentement du public. De retour dans ses coulisses, il demande aux organisateurs de prévoir une entrevue avec Françoise Hardy. « Une rencontre décevante », d’après les dires, puisque rapide, peut-être trop cordiale. Puis, c’est le blackout. Dans la même année, Bob Dylan est victime d’un grave accident de moto, ce qui l’oblige à s’extraire de la vie médiatique et songer sérieusement à sa guérison. Mais autant revenir le bras chargé d’un nouveau disque. Malgré les rumeurs les plus fumeuses, il revient deux ans plus tard sur le devant de la scène. Ce nouvel album, John Wesley Harding est vu comme un nouveau départ. Mais entre temps, Françoise Hardy aura mené sa propre vie, sans le croiser sur sa route une nouvelle fois. Plus tard, elle y réagira étrangement : « Vous n’al­lez pas me refaire parler de Bob Dylan, quand même ? », demandait-elle à Gala lors d’une interview. Ces lettres seraient-elles le symbole du pardon ?
« C’est un garçon énigmatique, un furet qui file entre les doigts » chante Françoise Hardy dans Trois petits tours, issu de son dernier album Personne d’autre. Nous n’en saurons pas plus.

Source : https://www.rollingstone.fr/bob-dylan-francoise-hardy/

Commentaires: 0
Les vidéos archivées...
2013
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2011 2012
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2009 2010
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2007 2008
Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Mon amie la rose, chanson du site

Mon amie la rose

On est bien peu de chose...

Et mon amie la rose me l'a dit
ce matin :

"A l'aurore je suis née
Baptisée de rosée

Je me suis épanouie
Heureuse et amoureuse
Aux rayons du soleil

Me suis fermée la nuit
Me suis réveillée vieille

Pourtant j'étais très belle
Oui, j'étais la plus belle
des fleurs
de ton jardin...."


forum gratuit Annuaire des forums Le bottin des forums Chanteur / Chanteuse