Françoise Hardy - Mon amie la rose - Accueil



 
AccueilBlogMurAccueilDiscographieParolesReprisesVidéosPresseLiensGalerieFAQS'enregistrerRechercherConnexion

Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique:
:: Récupérer mon mot de passe
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

paul bernard

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 207 le Ven 22 Sep 2017 - 20:09
Statistiques
Nous avons 176 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Stellar_

Nos membres ont posté un total de 22661 messages dans 3934 sujets
Quelques pochettes
Blog Françoise Hardy - Mon amie la rose
Bienvenue
Bienvenue sur ce site de discussion et d'information consacré à la chanteuse Françoise Hardy.

Vous y trouverez :
- Un blog relayant des informations d'hier et d'aujourd'hui au sujet de la chanteuse, auxquelles vous pouvez répondre en laissant un commentaire
- Un aperçu de sa discographie où chaque album est détaillé et commenté
- Une extension facebook pour partager encore plus facilement
- Une chaîne vidéo thématique sur YouTube  
- Un aperçu des reprises à l'origine de ses succès ou à l'inverse en hommage à son répertoire

En devenant membre, vous pourrez aussi :
- Participer à un forum de discussion (inscription gratuite et sans engagement)
- Découvrir des sujets exclusifs
etc…

Bonne visite,

Jérôme

Blog Françoise Hardy - Mon amie la rose
Accueil
Blog

Forum

Discographie

Reprises

Liens
Traduction à la demande
Où c’est déjà ?
17 mai 2018 - Capricorn vs. Cancer: The Story of F. Hardy (PopMatters)
Dim 20 Mai 2018 - 8:20 par Jérôme

Capricorn vs. Cancer: The Story of French Singer-songwriter Françoise Hardy


Brett Marie
17 May 2018


All her life, and in much of her music, she had parsed her relationships, her failings and her tribulations for meaning. Now, here in the room with her -- in her very body -- was Death, that annihilator of meaning.



Citation :
The Mountain-Goat is forever perching himself on perilous rocks and cliffs... In his search for material sustenance, the Mountain-Goat ascends to his chosen peak with ever-increasing sureness... Each foothold is a calculated one, for even though the Goat is anxious, he takes his time." -- 'Capricorn - I Seek Myself Through What I Use', from Alan Oken's Complete Astrology (Bantam Doubleday Dell, 1980)


Her aura invites mythology. "Nobody knows how Françoise Hardy came to this planet," says English producer Andy Votel. But it's more complicated than that.

Citation :
I was born at nine thirty in the evening during an air raid alert. It was on January 17, 1944, at the Marie-Louise Clinic at the top of Rue des Martyrs, in the Ninth Arrondissement of Paris. -- Françoise Hardy, The Despair of Monkeys and Other Trifles


She is a Capricorn. She wants you to know this. Her memoir, The Despair of Monkeys and Other Trifles opens with the precise time and place of her birth. This is shorthand; if you're versed in the workings of astrology, as she is, this detail will have already given you insight. She can say that she was the daughter of a married man's mistress, and that will tell you some things. She can describe her shy nature, her deep insecurities, her fascination with music, and that will give you more ideas. But her Star Sign will give you another perspective: She is the Mountain-Goat, destined to a life of constant striving, plodding forward in a never-ending quest to reach her personal peak.

Source : https://www.popmatters.com/francoise-hardy-essay-2569397045.html

Commentaires: 1
18 mai 2018 - C Canteloup (TFI)
Dim 20 Mai 2018 - 9:41 par Jérôme


Commentaires: 0
17 mai 2018 - Note à Note (Agora côte d'azur)
Dim 20 Mai 2018 - 9:00 par Jérôme


Commentaires: 1
20 mai 2018 Le sentiment de honte m'a toujours accompagnée (Le Monde)
Dim 20 Mai 2018 - 7:58 par Jérôme
Françoise Hardy : « Le sentiment de honte m’a toujours accompagnée »
Je ne serais pas arrivée là si… « Le Monde » interroge une personnalité en partant d’un moment décisif de son existence. Cette semaine, la chanteuse confie des blessures liées à son enfance.
LE MONDE | 20.05.2018 à 06h39 |  Propos recueillis par  Annick Cojean




Françoise Hardy à Paris, le 24 janvier dernier. Benoît PEVERELLI



Elle a frôlé la mort, et personne n’imaginait qu’elle publierait un nouvel album. Il est là, pourtant, Personne d’autre, mélancolique, poignant. A cette occasion, Françoise Hardy nous a parlé librement de ses passions, de sa vie, de la mort…

Je ne serais pas arrivée là si…

Si mon père ne m’avait pas offert une guitare lorsque j’ai été reçue au bac. Ma mère avait voulu qu’il fasse un geste pour l’occasion. Elle n’avait aucun moyen, elle savait qu’il en avait bien davantage, et elle m’avait demandé ce qui me ferait plaisir. J’ai longuement hésité entre une guitare et un petit poste transistor – car j’écoutais avec passion, sur le poste familial, une station anglaise qui diffusait non-stop de la pop musique, les Shadows, Elvis Presley, Brenda Lee… J’ai choisi la guitare.

Vous saviez en jouer ?


Pas du tout ! Je ne connaissais rien en musique. Et mon choix me demeure à ce jour incompréhensible. Sauf à penser qu’il m’a été soufflé… Un ange gardien ou des forces invisibles aident parfois à forcer le destin. En tout cas, ce fut déterminant. J’ai appris seule trois ou quatre accords, grâce à la petite méthode livrée avec la guitare. Et c’est ainsi qu’en faisant guiling guiling, j’ai fini par composer – cela me paraît un bien grand mot – Tous les garçons et les filles. Vous savez, ce n’est pas très compliqué. Tout est joué sur la même note : tatatata…

Cela vous a pris combien de temps ?


Oh ! Très peu. Dès que je rentrais de mes cours à la Sorbonne, où j’étudiais l’allemand, je m’enfermais dans la cuisine de notre deux-pièces parisien, car j’avais remarqué que le carrelage améliorait l’acoustique. Et je composais. Au moins trois mélodies par semaine. Nullissimes ! Mais j’avais quand même envie de les tester en public. Alors je me suis produite sur la petite scène du Moka Club qui distrayait des retraités dans un sous-sol du Louvre. Puis j’ai passé une audition au « Petit...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/culture/article/2018/05/20/francoise-hardy-le-sentiment-de-honte-m-a-toujours-accompagnee_5301878_3246.html#RPMLYVpEcsgX8HCt.99

Commentaires: 1
"Personne d'autre" - Efe Eme
Mer 16 Mai 2018 - 9:54 par Jérôme
“Personne d’autre”, de Françoise Hardy
16 mayo 2018 Autor:JAVIER DE CASTRO
DISCOS
Citation :
“Estas nuevas canciones, como ya nos tiene (tan bien) acostumbrados, suenan a gloria bendita y a placer auditivo absoluto”



Françoise Hardy
“Personne d’autre”
PARLOPHONE
 
Texto: JAVIER DE CASTRO.
 
El año 2015, Françoise Hardy volvió a nacer. Había logrado superar un cáncer que los oncólogos que la trataban desde hacía diez años llegaron a diagnosticarle como incurable, postrándola en un hospital parisino para enfermos terminales. Un montón de meses de quimioterapia que debió interrumpirse pues había reducido a menos de cuarenta quilos esa ya, de por sí, ligera y escueta figura, cuya belleza llegó a cautivar y a causar auténticos estragos entre sus millones de fans y admiradores de todo el mundo durante toda la segunda mitad del siglo XX y lo que llevamos de este, pues su imagen icónica ha permanecido indeleble hasta nuestros días.

Commentaires: 3
8 mai 2018 - Françoise Hardy "Personne d'autre" (www.musiczine.net)
Mer 16 Mai 2018 - 8:46 par Jérôme
Écrit par Stéphane Reignier - mardi, 08 mai 2018

Françoise Hardy
Chanson française
Parlophone / Warner Music


Françoise Hardy appartient à cette catégorie d’artistes qui n’ont plus vraiment rien à prouver, tant sa carrière musicale est riche et dense.

L’idole des yéyés s’est fait connaître auprès du grand public en chantant des standards formatés comme « Message personnel », « Tous les garçons et les filles » ou encore « Comment te dire adieu ».

A 70 ans bien sonnés, elle revient pourtant de loin !

Amoindrie par une maladie qui l’a pour ainsi dire laissée morte il y a trois ans, personne n’aurait misé un kopeck sur une éventuelle poursuite de son parcours artistique.

D’autant plus qu’après la sortie de « L’amour fou », en 2012, elle s’était jurée d’y mettre un terme définitif.

La blonde platine livre pourtant un joli cadeau sous la forme de douze chansons dans lesquelles elle se livre à moitié nue (au sens figuré !), littéralement figée dans une narration sans complexe.

C’est à l’écoute d’un titre du groupe finlandais Poets of the Fall, « Sleep », que sa flamme a été ravivée.

Pour ce 28ème opus, l’auteur-compositeur y signe quelques textes. Mais, elle s’est intelligemment entourée de la crème des crèmes : la jeune Maissiat (« Le Départ »), Erick Benzi et la Grande Sophie (« Le large ») dont le clip a été réalisé par François Ozon.

Assez introspective, elle se raconte sans détour d’un timbre de voix resté cristallin sur un condensé de son histoire d’amour tumultueuse avec Jacques Dutronc (« Personne d’autre »), dont elle vit aujourd’hui séparément, mais avec lequel elle n’a jamais divorcé. Une histoire intemporelle et universelle en quelque sorte !

Chanté dans une langue de Shakespeare approximative, mais néanmoins touchante, « You’re My Home » parviendra sans aucun doute à séduire un public anglo-saxon, grâce à ce soupçon de french touch très caractéristique.

Son « Seras-tu là » témoigne d’une inconditionnelle filiation avec un Michel Berger parti rejoindre un « Paradis Blanc » bien trop tôt.

Ciselée, sa plume ressemble à une arme de précision et détaille avec véracité et pudeur une certaine mélancolie qui pèse, témoin du reflet d’une vie faite de contretemps et d’amertumes.

Les compositions sont très susceptibles d’ensorceler le mélomane en compagnie duquel, elle s’amuse à jouer « A cache-cache ». Chacun y trouvera forcément une infime partie de son propre vécu.

Est-ce là l’album ultime ? Son « Un mal qui fait du bien », s’achève par des points de suspension comme elle aime le dire… Donc, tout est possible !

Bref, un joli retour clair obscur… inattendu ! Gageons toutefois que son « Train spécial » nous fasse encore voyager encore et encore vers l’infini…

http://www.musiczine.net/fr/chroniques/fran-oise-hardy/personne-d-autre/

Commentaires: 0
22 mai 2018 - Sur les traces de Françoise Hardy (FIP)
Mer 16 Mai 2018 - 8:38 par Jérôme


Françoise Hardy - Photo de Serge Benhamou /Gamma-Rapho via Getty


FIP invite la chanteuse à l’occasion de la récente sortie de son nouvel album "Personne d’Autre".



Fip propose un voyage musical et mélange les styles pour emmener l’auditeur sur les traces d’un artiste, à la découverte d’une ville ou d’un style musical… Chaque mardi, la vie sera Magnifip ! Une émission animée par Frédérique Labussière et réalisée par Massimo Bellini. La programmation musicale est signée Thomas Curbillon.

Commentaires: 1
20 mai 2018 - With French legend Francoise Hardy (BBC Radio 6)
Mar 15 Mai 2018 - 19:49 par Jérôme

With French legend Francoise Hardy
Amy Lamé

Amy Lamé is joined from Paris by French musical legend Francoise Hardy to chat about her illustrious career in music and the arrival of her twenty-fourth album Personne d'autre.
She recalls previous collaborations with the musician Iggy Pop and Britpoppers Blur as well as a new visual collaboration with the film director Francois Ozon who's used Francoise's music extensively within his own movies.
When asked about the possibility of touring by Amy, Francoise responds with an explanation as to how she personally sees herself within the world of music which saw her give up performing on-stage back in 1968.
A broadcaster, performer and writer, Amy has been a regular voice on 6 Music. As well as sitting in for Tom Ravenscroft, Lauren Laverne, Nemone and Steve Lamacq, she has also presented one-off specials. These include the Sunday Service slot last year, where she explored the music that led up to Gay Liberation in the late 1960s, the music that drove the movement forward and the songs that inspired her, as part of 6 Music's Loud and Proud season.

https://www.bbc.co.uk/programmes/b0b3fm3g

Commentaires: 0
12 mai 2018 - Sociedad recreativa : Elegância (www.vidas.pt)
Lun 14 Mai 2018 - 14:07 par Jérôme


Source : https://www.vidas.pt/opiniao/cronicas/sociedade_recreativa/detalhe/20180511_2140_elegancia.html

Commentaires: 1
13 mai 2018 - Françoise Hardy dans L'émission du dimanche (France 3)
Mer 25 Avr 2018 - 10:56 par Jérôme



Commentaires: 3
14 mai 2018 - Le journal de 7h30 (France Inter)
Lun 14 Mai 2018 - 9:45 par Jérôme
Le journal de 7h30

lundi 14 mai 2018 - par Amélie Perrier


Se caler à 9'33 pour entendre une nouvelle fois Françoise Hardy parler de Bob  Wink dans le cadre de la promo de la sortie en anglais du Désespoir des Singes...



https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-7h30/le-journal-de-7h30-14-mai-2018

Commentaires: 0
9 mai 2018 - A French National Treasure (The New York Times)
Jeu 10 Mai 2018 - 9:45 par Jérôme
Françoise Hardy, a French National Treasure, Is Back from the Brink


The singer Françoise Hardy was placed in a coma in 2016 by doctors who feared she might never wake up. Now she is back with a new album, and a memoir in English.CreditEd Alcock for The New York Times

By Agnès C. Poirier
May 9, 2018

PARIS — “Bob Dylan refused to go back onstage unless I came to see him immediately,” Françoise Hardy recalled in a recent interview. On the evening of May 24, 1966, Mr. Dylan’s 25th birthday, he was playing his first concert in Paris and wanted nothing more than to see the then 22-year-old French singer, whom he had dedicated a song to but never met.

“I went and he agreed to go back on stage,” she said. A few months earlier, while in London, Ms. Hardy had turned the heads of Mick Jagger, Keith Richards, George Harrison, Paul McCartney, John Lennon and Brian Jones. Singing in French, English, Italian and German, the shy beauty and talented French songwriter cast a spell on many of her contemporaries — and over France for nearly 60 years.

https://www.nytimes.com/2018/05/09/arts/francoise-hardy-interview.html

Commentaires: 8
2 mai 2018 - Zeit Magazin
Jeu 3 Mai 2018 - 15:20 par Jérôme

©️ Jonas Unger

Françoise Hardy : "Bob Dylan war anscheinend von mir besessen"





Die französische Sängerin Françoise Hardy über einen verliebten Rockstar, unbequeme Mode und ein unerwartetes neues Album.
Interview:   Christoph Dallach



ZEITmagazin Nr. 19/2018  2. Mai 2018

Unbemerkt, fast lautlos betritt Françoise Hardy die stille Lobby eines Hotels in der Nähe der Champs-Élysées. Ein Mitarbeiter ihrer Plattenfirma hatte vorab darauf hingewiesen, dass Hardy keine Begrüßungen per Handschlag mag. Freundlich lächelnd sagt sie in akzentfreiem Deutsch zuerst "Guten Tag" und fügt dann vergnügt noch eine deutsche Redewendung hinzu: "Volkswagen. Das Auto." Françoise Hardy, die als Meisterin tieftrauriger Lieder gilt, lacht und entschwindet in die Suite, in der sie etwas später zum Gespräch empfangen wird.

ZEITmagazin: Frau Hardy, woher stammen Ihre Deutschkenntnisse?
Françoise Hardy: Als Teenager habe ich mehrmals den Sommer in der Nähe von Innsbruck verbracht, zusammen mit meiner Mutter und meiner Schwester. Dort haben wir Deutsch gelernt. Meine Mutter war damals in einen österreichischen Grafen verliebt, bei dem wir wohnten. Er besaß ein Anwesen inmitten wunderschöner Berge. Der ... (auf Deutsch:) Graf?

ZEITmagazin: Richtig, Graf.
Hardy: Entschuldigen Sie, viele Wörter sind mir im Laufe der Jahre entfallen. Der Graf jedenfalls war ein netter Mann. Ich liebte Innsbruck. Ich war 17, als wir das letzte Mal dorthin reisten.

ZEITmagazin: Was gefiel Ihnen dort besonders?
Hardy: Das Kino! In Paris durfte ich nur einmal im Jahr ins Kino, weil es meiner Mutter zu teuer war. Ich sehnte mich nach der großen, weiten Welt auf der Leinwand.

ZEITmagazin: Mit 17 unterzeichneten Sie Ihren ersten Plattenvertrag. Wie kam es dazu?
Hardy: Ich hatte immer davon geträumt, eine Schallplatte aufzunehmen. Als ich mein Abitur machte, bedrängte meine Mutter meinen Vater, mir etwas zu schenken. Ich hatte die Wahl zwischen einem Radio und einer Gitarre. Ich wählte die Gitarre und war sofort begeistert, weil ich begriff, dass ich mit nur drei Akkorden schöne Songs schreiben kann. Ich sang dann bei einer großen Plattenfirma vor – und die nahmen mich tatsächlich gleich unter Vertrag.

Commentaires: 9
10 mai 2018 - French Icon F. Hardy on the Music of Her Life(Pitchfork)
Jeu 10 Mai 2018 - 9:56 par Jérôme

Françoise Hardy in 1963, at age 19. Photo by Martine Lebon/INA via Getty Images

by Quinn Moreland
Assistant Editor

When a 17-year-old Françoise Hardy signed her first record deal in 1961, she unwittingly helped kick off a new musical movement. Alongside contemporaries like France Gall, Sylvie Vartan, and Sheila, Hardy quickly became a star of yé-yé, the burgeoning French pop style that mixed sentimentality with overt sexuality. But the notoriously shy Parisian’s songs were also haunted by insecurity, loneliness, and a fear of temporality. This mystique, paired with Hardy’s undeniable beauty, made her a muse to men like Bob Dylan, who famously immortalized her in prose on the back cover of 1964’s Another Side of Bob Dylan. But reducing Hardy to a mere muse erases her extensive impact on music, fashion, and culture at large. “More than a singer, she’s becoming an universal myth with whom thousands of young girls dream of identifying,” claimed one French publication in 1967.



As the ’60s came to a close and yé-yé faded away, Hardy began exploring new styles like bossa nova, most remarkably on her beloved 1971 album La question. Since then, she continued to release a steady string of albums, and in the mid ’90s, Hardy made two high-profile guest appearances on songs by Blur and Malcolm McLaren. And though her own acting career ended in the early ’80s, Hardy’s music has been championed in subsequent films like Bernardo Bertolucci’s The Dreamers and Wes Anderson’s Moonrise Kingdom. Now 74, the singer has placed her own life under a microscope in the form of a new memoir, The Despair of Monkeys and Other Trifles, and her 24th studio album, Personne d’autre, an intimate reflection on mortality, memory, and romance.

On the phone from France, Hardy discusses her personal soundtrack through the years, the songs that have moved her beyond words. It’s a sentiment familiar to Hardy’s fans, especially non-French-speaking ones, who may not understand every lyric but know what she’s singing about anyway.



https://pitchfork.com/features/5-10-15-20/french-icon-francoise-hardy-on-the-music-of-her-life/

Commentaires: 4
7 mai 2018 - Sous les jupes de FIP
Jeu 26 Avr 2018 - 20:57 par Jérôme


Chaque lundi de 20h à 22h, une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et Luc Frelon.


Sous les Jupes de Fip soulève le voile tous les lundis à 20h sur les sons et les couleurs de votre semaine musicale ; retrouvez une sélection de nouveautés et de pépites sonores dénichées par les programmateurs, ainsi que les petits secrets des disquaires. Une émission animée par Emilie Blon-Metzinger et Luc Frelon, réalisée par Massimo Bellini. La programmation musicale est signée Thomas Curbillon.


Lundi 7 mai, FIP est très heureux de recevoir Françoise Hardy dont la dernière oeuvre Personne d'Autre vient de sortir, six ans après l'Amour fou que l'icône de la chanson française avait annoncé comme son dernier enregistrement. Un retour surprise et magnifique pour l'artiste qui, après avoir frôlé la mort, nous offre douze titres au spleen élégant chantés avec cette voix claire inimitable. Une collection de titres intimes et chargés d'émotion, empreints d’une douce sérénité qui contraste avec les thèmes de l'amour impossible ou de la mort. Pour la réalisation de ce Personne d'Autre, allusion directe à Jacques Dutronc, Françoise Hardy a fait appel à Erick Benzi et a des artistes comme à Yael Naim, Maissiat, Thierry Stremler ou La Grande Sophie sur le titre Le Large dont François Ozon a réalisé la vidéo. 



Source : https://www.fip.fr/emissions/sous-les-jupes-de-fip/2018/fip-invite-francoise-hardy-05-07-2018-20-00

Commentaires: 4
Les vidéos archivées...
2013
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2011 2012
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2009 2010
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
2007 2008
Sept Octo Nove Déce
Janv Févr Mars Avril Mai Juin Juil Août Sept Octo Nove Déce
Mon amie la rose, chanson du site

Mon amie la rose

On est bien peu de chose...

Et mon amie la rose me l'a dit
ce matin :

"A l'aurore je suis née
Baptisée de rosée

Je me suis épanouie
Heureuse et amoureuse
Aux rayons du soleil

Me suis fermée la nuit
Me suis réveillée vieille

Pourtant j'étais très belle
Oui, j'étais la plus belle
des fleurs
de ton jardin...."


forum gratuit Annuaire des forums Le bottin des forums Chanteur / Chanteuse